Rapprocher la science et le développement

Le sachet pour la purification de l'eau 'tue effectivement les germes'
  • Le sachet pour la purification de l'eau 'tue effectivement les germes'

Crédit image: Flickr/Gates Foundation

Lecture rapide

  • D’après un rapport, un sachet de purification de l'eau a sauvé plus de 32 000 vies.

  • Quand il est remué dans l'eau, le sachet libère un désinfectant qui tue les germes

  • Il peut permettre à de nombreux africains à accéder à l'eau potable, selon un expert

Shares

[CAPETOWN] Un sachet de la taille d'un paquet de ketchup servi dans les fast-foods, s’est avéré efficace pour la réduction des risques de diarrhée chez les enfants, en tuant les germes contenus dans de l’eau et en améliorant la sûreté de l'eau potable.

Ce sachet a purifié plus de six milliards de litres d'eau dans près de 70 pays en développement, sauvant plus de 32 000 vies, selon un rapport présenté lors de la 246ème réunion de l'American Chemical Society, aux États-Unis, le 8 septembre.

Selon l’OMS, près de 760 000 enfants meurent de diarrhée chaque année à travers le monde et les pays en développement sont les plus touchés.

"Le sachet de purification de l'eau est conçu pour permettre aux gens de traiter et boire de l'eau provenant de diverses sources telles que les étangs à ciel ouvert, les rivières et l'eau courante qui peuvent ne pas être bonnes à boire en raison de la contamination et de leur faible coût", a déclaré Allison Tummon Kamphuis, gestionnaire de programme du P&G Children′s Safe Drinking Water (CSDW), une organisation à but non lucratif de Procter & Gamble, basée aux États-Unis.

CSDW vend un sachet à US$ 10 cents aux organisations à but non lucratif et aux partenaires humanitaires tels que Population Services International, CARE International, Save the Children et World Vision.

“De telles solutions innovantes sont essentielles pour aider en Afrique sub-saharienne les populations qui n'ont pas accès à l'eau potable.”

Nico Elema, gestionnaire de programme régional auprès des Centres d’excellence sur l’eau du NEPAD

Kamphuis a ajouté que cinq études cliniques avaient montré que son utilisation pouvait réduire de 50 pour cent en moyenne les risques de maladies diarrhéiques chez les enfants âgés de moins de cinq ans.

Le sachet, également appelé purificateur d'eau de P&G, utilise un sulfate ferrique comme produit chimique de traitement de l'eau pour éliminer les contaminants de l'eau et un désinfectant à base d’hypochlorite de calcium pour tuer les bactéries et les virus.

Ces deux produits chimiques sont approuvés par l'OMS.

Le procédé de traitement consiste à verser le contenu en poudre d'un sachet – qui pèse moins d'une once - dans un seau de 10 litres d'eau, avant de le remuer, de le laisser décanter et de le verser dans un récipient propre.

"Lorsqu'il est utilisé selon les directives, le purificateur d'eau de P&G élimine 99 pour cent de bactéries, de virus et des kystes", a déclaré Kamphuis à SciDev.Net.

Cette mini-usine de traitement de l’eau dans un sachet a été lancée en 2004 à Haïti et en Ouganda, et a jusqu'à présent été distribuée par l’intermédiaire de partenaires dans 70 pays en développement, dont la République démocratique du Congo, la République dominicaine, l'Éthiopie, l'Inde, l'Indonésie, le Kenya, le Malawi, le Mexique, la Namibie, le Nigéria, le Pakistan, le Panama, le Rwanda, le Soudan du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda.

"De telles solutions innovantes sont essentielles pour aider en Afrique sub-saharienne les populations qui n'ont pas accès à l'eau potable", a laissé entendre Nico Elema, le gestionnaire de programme régional auprès des Centres d’excellence sur l’eau du NEPAD pour l’Afrique australe, à l'Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud.

"Les organisations spécialisées sur les questions relatives à l'eau, telles que le Conseil des ministres africains de l'eau, pourraient influer sur les politiques de purification de l'eau et sont dans une position idéale pour jouer un rôle de catalyseur dans la fourniture de l'eau potable à des millions de personnes", a déclaré Elema à SciDev.Net.

Cet article est une production de la rédaction Afrique sub-saharienne de SciDev.Net.



Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.