Rapprocher la science et le développement

  • Réduction des émissions des forêts: Faits et chiffres

Hannah Chalmers livre des informations sur la faon dont la rduction des missions produites par la dforestation peut jouer un rle dterminant dans la lutte contre les changements climatiques.

D'aprs le Dpartement des affaires conomiques et sociales des Nations unies, plus de 1,6 milliard de personnes travers le monde dpendent des ressources forestires pour leur subsistance. [1] Les forts procurent galement un ventail d'coservices, comme le stockage de l'eau, l'augmentation des prcipitations, le recyclage des lments nutritifs, la stabilisation de biodiversit et du sol, et peuvent contribuer la lutte contre les inondations et stimuler la productivit agricole.

Mais avec la croissance dmographique et le dveloppement des pays, de nombreuses forts sont de plus en plus sous pression en particulier dans le monde en dveloppement, o l'on observe un accroissement de la dforestation (voir Tableau 1)

Tableau 1: Aire forestire et changement sur le territoire. [2]

La deforestation a galement des implications fortes sur le changement climatique (voir Figure 1). D'aprs les estimations,la dforestation est responsable d'environ 20 pour cent des missions de gaz effet de serre dans le monde soit un taux suprieur aux missions de l'ensemble du secteur des transports.[4]

La dforestation dans les ngociations mondiales sur le climat

L'importance de la valeur du boisement (cration des forts) a t internationalement reconnue en 1997, quand elle a t incorpore dans l'accord du Protocole de Kyoto sur les actions globales mener pour rduire les risques du changement climatique. Mais la rduction de la dforestation et de la dgradation des forts a t, tout au long de l'histoire, absente des ngociations internationales car difficile mettre en pratique.

Au cours de ces dernires annes, alors que les ngociateurs travaillent sur un nouvel accord mondial qui remplacera le Protocole de Kyoto quand il arrivera chance en 2012, le problme de la lutte contre la dforestation -- en particulier dans les rgions tropicales revient sur la table puisqu'on pense de plus en plus qu'elle est essentielle pour l'attnuation du changement climatique venir.

La proposition de l'intgrer dans un accord post-2012 sur le changement climatique a volu avec le temps. Au dpart, on mettait l'accent sur la rduction des missions issues de la dforestation (RED), mais les ngociations actuelles se concentrent sur la rduction des missions issues de la dforestation et de la dgradation des forts (REDD). Des suggestions plus rcentes incluent l'tude de la dforestation, de la dgradation et l'amlioration des stocks de carbone forestier (REDD-plus).

Le Tableau 2 rsume le dveloppement des activits de REDD, y compris les rcents gestes politiques, en commenant par la premire proposition datant de 2005.

Activits cls

La Coalition des pays fort tropicale humide, conduite par le Costa Rica et la Papouasie-Nouvelle-Guine, propose un mcanisme pour le REDD dans les pays en dveloppement la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (UNFCCC) runie Montral, au Canada. La proposition[1.05MB] reoit un large soutien, un groupe de contact est cr, et un processus de deux ans, dont le but est d'explorer des options, est initi.

Sur la base des informations fournies par les parties la UNFCCC, la communaut internationale commence a tudier la faon d' inclure la proposition dans les futures ngociations lors d' une runion de l'Organisme subsidiaire du conseil scientifique et technique (SBSTA).

Le premier atelier de l'UNFCCC sur le RED dans les pays en dveloppement se tient Rome, en Italie. Les participants discutent des questions scientifiques et d'approches politiques.

La revue Stern sur les aspects conomiques des changements climatiques recommande que les mesures de dforestation vites soient incluses dans la politique mondiale sur le climat.

L'Australie et l'Indonsie crent le Partenariat sur les forts de Kalimatan et le climat[76.3kB], financ dans un premier temps par l'Australie hauteur de Aus$30 millions, dans le but de dvelopper et de faire une dmonstration grande chelle de REDD dans le Kalimatan central, en Indonsie.

Les mesures prises par le REDD sont officiellement reconnues comme tant des mesures d'attnuation appropries au niveau national (MASS) qui pourraient tre incluses dans la politique climatique post 2012 lors des ngociations de Bali, en Indonsie. Le Plan d'action concert de Bali[101kB] comprend: des approches par la politique et des incitations financires sur des questions relatives aux missions produites par la dforestation et la dgradation des forts dans les pays en dveloppement; et le rle de la conservation, de la gestion durable des forts ainsi que l'amlioration du stockage du carbone forestier dans les pays en dveloppement;

Des ngociations sur le REDD sont prsent entreprises au sein du Groupe de travail ad hoc de l'UNFCCC sur les actions coopratives long terme et du SBSTA.

Le Forest Carbon Partnership Facility (FCPF) de la Banque mondiale devient oprationnel pour fournir des fonds destins aider les pays en dveloppement se prparer pour les activits du REDD, les valuer et les tester.

Le Fonds des Forts du Bassin du Congo (FFBC) est cr pour rduire la dforestation dans le Bassin du Congo par le biais de l'amlioration des capacits des communauts locales en gestion forestire. Financ au dpart grce une subvention de 100 millions (US$ 165 millions) des gouvernements britannique et norvgien, le FFBC se veut un fonds financpar plusieurs pays.

L'UNFCCC organise un atelier Tokyo, au Japon, sur les questions de mthodologie lies au REDD. La rencontre met l'accent sur la ncessit d'utiliser des mthodes solides et rentables pour valuer les changements intervenus dans la couverture forestire et les stocks de carbone, et sur la ncessit d'amliorer les capacits techniques des pays en dveloppement pour qu'ils puissent les mettre en uvre.

Le Programme UN-REDD est cr pour soutenir le dialogue international sur l'inclusion du REDD dans un rgime climatique post 2012. C' est une initiative conjointe du Programme des nations unies pour l'environnement (UNEP), du Programme des nations unies pour le dveloppement (PNUD) et de l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le Brsil cre un fonds international pour financer la rduction de la dforestation en Amazonie, avec pour but de le porter US$ 21 milliards d'ici 2021. Une promesse initiale de US$ 100 millions est faite par la Norvge.

L'UNFCCC tient une confrence sur le climat Poznan, en Pologne. Beaucoup de discussions propos du REDD lors d'vnements parallles et hors du processus formel des Nations unies se sont tenues, mais peu d'avances dans les ngociations elles-mmes.

Les reprsentants des communauts locales partout dans le monde signent La dclaration d'Anchorage sur les changements climatiques, en insistant sur la ncessit que les ngociations internationales sur le climat tiennent compte des populations indignes et respectent leurs droits, y compris dans toutes les initiatives convenues dans le REDD.

Le concept de REDD-plus, dont le rle de la conservation et de l'amlioration du stockage du carbone forestier, est dbattu lors des ngociations sur le climat l'initiative de l'UNFCCC, Bonn, en Allemagne.

Les ministres africains de l'environnement ont l'intention d'adopter la Dclaration de Nairobi sur le climat[71.4kB], y compris la ncessit pour les fonds de mettre en place des incitations pour la rduction desmissionspar le biais d'une gestion durable du sol.

L'UNFCCC organisera une confrence sur le climat Copenhague, au Danemark. Le Plan d'action de Bali exige qu'un accord mondial pour un cadre international post 2012 soit trouv lors de cette confrence. Pour le REDD, cela implique de trouver un accord sur des mthodologies visant favoriser son inclusion dans les systmes comptables et de commercialisation du carbone.

Tableau 2: Paysages politiques de REDD dans les ngociations mondiales sur le climat. [4-6]

REDD pour le dveloppement

Siles mesures du REDD peuvent tre mises en uvre avec succs, elles devraient offrir aux pays en dveloppement une opportunit rentable de rduire leurs missions de carbone tout et tirant des bnfices comme la conservation de la biodiversit et l'amlioration des moyens de subsistance.

Certains projets initiaux dmontrent dj la capacit du REDD atteindre des objectifs de dveloppement. Les activits de la Fondation durable des Amazones (FAS), au Brsil, en sont une illustration. [7] Son programme Bolsa Floresta, mis en uvre avec les communauts locales en Amazonie, value et indemnise les populations locales pour le rle qu'elles jouent dans la conservation de la fort. D'aprs le FAS, jusqu'en 2008, Bolsa Floresta avait vers , sur un rythme mensuel, des rcompenses presque 5000 familles.

Le FAS contribue galement la gestion de la rserve de Juma cre par le gouvernement de l'Etat de l'Amazonie en 2006 et comprenant presque 600000 hectares de la fort amazonienne comme un projet REDD dans lequel la surveillance de la dforestation sera finance par la vente de crdits. Le projet de Juma est cens empcher la dforestation de plus de 360000 hectares de fort tropicale et la libration de plus de 200 millions de tonnes de dioxyde de carbone. [7]

Pas de taille unique

Mais le succs de ces projets ne garantit pas que le REDD puisse tre rapidement ou facilement appliqu partout. Le principe de base de REDD savoir que les pays devraient tre indemniss pour la rduction des missions issues de la dforestation peut tre simple, mais le dveloppement de mthodologies solides et quitables pour l'appliquer ne l'est pas.

L'importance des diffrences prvalant entre les pays ligibles au REDD sont un obstacle. Elles concernent aussi bien une couverture forestire touffue qu'une dforestation importante, comme c'est le cas en Asie du sud-est, une couverture forestire faible et une faible dforestation, comme on le voit en Asie du sud et dans certaines rgions de l'Afrique sub-saharienne.[5]

Ces conditions varies signifient que des pays ont, titre individuel, des opinions trs diffrents sur les instruments mettre en ouevre pour la russitedu REDD. Ainsi, les pays ayant eu des taux de dforestation levs au cours de l'histoire, profiteraient plus d'un mcanisme REDD utilisant des bases historiques au lieu des bases projetes. Par contre, les pays ayant unecouverture forestirer faible et de faibles taux de dforestation peuvent ne pas tirer profit d'un mcanisme REDD sauf s'il comporte galement des activits qui amliorent le stockage du carbone;

Le critre des 3E

Des chercheurs du Centre pour la recherche forestire internationale (CIFOR), en Indonsie, ont identifi certains des problmes auxquels sont confronts les scientifiques et les ngociateurs qui tentent de mettre en uvre les activits de REDD, en inscrivant leurs discussions dans le critre des 3E: efficacit du carbone, cot-efficacit, et quit et quit et co-profits. [8]

Dans le cadre de l'valuation de l'efficacit du programme de rduction des missions de gaz effet de serre, la surveillanceet la vrification des changements intervenus dans la couverture forestire, en particulier en ce qui concerne la dgradation, constituent un problme important. Les conditions de base qui permettent de dterminer le degr des avantages dcoulant de l'attnuation du climat et qui peuvent tre crdits sur le compte d'un projet sont ncessaires, de mme que les mthodes permettant d'valuer la dure des changements attribus au REDD Dans ce contexte, les crdits de REDD ne sont pas distribus uniquement pour freiner la dforestation ou la dgradation des forts etdterminer si le succs d'un projet REDD dans une rgion conduit la dforestation ou la dgradation forestire dans une autre.

L'efficacit, calcule en fonction des cots des activits du REDD, dpendra du cots de la surveillance, de l'tablissement des rapports et des politiques de mise en uvre et des paiements des cots de renonciation, lorsque les utilisateurs des sols seront indemniss pour renoncer des utilisations alternatives des sols. Certains chercheurs ont dcouvert que, bien que les cots de renonciation puissent tre faibles, il exsite de fortes chances que de nombreux pays en dveloppement aient besoin d'investissements importants dans les domaines du renforcement des capacits, de la science, de la politique et des institutions avant de pouvoir mettre le REDD en uvre. (voir Quels sont les cots rels de la rduction des missions des forts?); L'Institut des ressources mondiales, Washington, a soulign la ncessit d'explorer des mthodes pour le financement durable des projets de REDD ainsi que d'autres incitations positives pour une mise en uvre russie. [9]

Dans l'valuation des questions d'quit et de co-profits, on reconnat que le REDD peut rduire la pauvret, amliorer la gouvernance forestire et contribuer la conservation de la biodiversit. Mais cela dpendra de la manire dont les projets REDD sont mis en uvre. Certains scientifiquessoutiennent que l'envergure du REDD est trop limite et qu'il serait prfrable mieux d'valuer les forts pour tous leurs coservices, pas seulement pour le carbone. D'autres ont soulev des proccupations relatives au traitement des populations autochtones et des communauts locales dans les projets du REDD, et de les impliquer dans la prise de dcisions: ces propositions manent de la plupart des parties prenantes, parmi lesquelles les communauts autochtones elles-mmes. [10]

La naissance d'un consensus

On note une grande diversit d'opinions sur la manire dont le REDD pourrait et devrait fonctionner. En plus des pays qui sont ligibles pour le REDD, d'autres parties prenantes soumettent des propositions l'UNFCCC ou participent d'une autre manire aux discussions, y compris les pays dvelopps signataires du Protocole de Kyoto qui pourraient vouloir ngocier des crdits REDD, et de nombreuses organisations non gouvernementales.

Tout cadre global doit tre suffisamment flexible pour s'adapter aux besoins des diffrents pays. Ceci implique la reconnaissance des stades de dveloppement diffrents des payset de leur capacit de surveillance, d'tablissement de rapports et de vrification des activits du REDD.

Cependant, bien que le problme de la flexibilit soit important, il faudra trouver un accord sur un cadre gnral avant que le REDD ne puisse tre inclu dans un accord mondial sur les changements climatiques Copenhague. Il y a de fortes chances que celui-ci comporte une approche en trois phases comprenant:

Le Tableau 3 rsume une srie d'autres aspects qui doivent tre galement abords avant qu'une'une stratgie finale puisse tre adopte. Bien que certaines de ces aspects prsentent des difficults techniques, la majorit d'entre eux relvera galement de problmes politiques. Par exemple, la fixation des conditions de base comporte un lment technique savoir la prdiction demanire raliste de la dforestation et de la dgradation futures dans un scnario de maintien du statu quo mais galement des implications pour la nature des avantages qu'un pays recevra, tant donn que des conditions de base dtermineront le niveau auquel un pays devrait commencer bnficier de crdits pour les rductions des missions.[8]

Consensus naissant

Rduction des missions produites par la dforestation (RED), rduction des missions produites par la dforestation et la dgradation (REDD), ou rduction des missions produites par la dforestation et la dgradation etamlioration du stockage du carbone (REDD-plus)

Seuls les pays en dveloppement devraient tre autoriss participer. Les mcanismes comportent des aspects de la dforestation et de la dgradation, bien que l'amlioration soit de plus en plus soutenue.la prfrence semble aller aux approches par tapes qui commencent avec la dforestation puis font intervenir des activits de dgradation et d'amlioration.

A quel niveau devrait-on calculer les rductions des missions? Et sur quelle priode de temps?

Priode de rfrence: conditions de base historiques, conditions de base historiques rectifies, ou conditions de base prvues

On se dirige vers une forte prfrence pour des calculs nationaux, bien que cela puisse affecter certains pays en dveloppement qui n'ont pas la capacit de crer des comptes nationaux de carbone. La majorit des propositions non gouvernementales prfrent les conditions de base historiques, alors que la plupart des propositions gouvernementales suggrent des conditions de base historiques avec un facteur de compensation du dveloppement.

O va l'argent? Y a-t-il un mcanisme supplmentaire de rcompense pour le stockage du carbone?

Mcanisme: financementadditionnel via, par exemple, des dons volontaires, des revenus issus des ventes aux enchres ou d'une taxe sur des activits telles que les transports maritime et arien.

Relativement peu de propositions comportent des mesures de redistribution.

D'o provient l'argent? Y a-t-il plusieurs sources de financement?

Un fonds volontaire, un march du carbone, ou un mcanisme li au march

On s'accorde de plus en plus sur le fait qu'une approche par tapes, qui associe les diffrentes sources de financement pour diffrents aspects du REDD, aura le plus de chances de russir. Cela permettrait diffrents pays d'utiliser des mcanismes diffrents en fonction de leur niveau de dveloppement et d'autres besoins.

Tableau 3: Questions cls examiner dans les mthodologies du REDD (sur la base de l'analyse de 32 propositions figurant en [5].

La route menant Copenhague

Bien que le REDD ne soit pas encore formellement cr dans le cadre de l'UNFCCC, certains crdits REDD se vendent dj sur des marchs de volontaires et un financement initial est vers pour des projets pilotes. La facilit de partenariat pour le carbone forestier, de la Banque mondiale comporte un mcanisme de prparation destin aider les gouvernements prendre part au REDD; En particulier, il aide les pays en dveloppement faire une estimation de leurs stocks de carbone forestier, mettre en place des scnarios nationaux de rfrence, calculer les cots de renonciation, et concevoir des systmes de surveillance, de production de rapports et de vrification. En septembre 2008, 14 pays tropicaux et subtropicaux utilisaient cette facilit.[6]

Le programme formel ONU-REDD a galement t cr avec six projets et le vote d'un budget total de plus de US$ 25 millionset des engagements ce jour (mai 2009) de US$ 52 millions. Ce programme financera dans un premier temps des projets pilotes qui seront charges d'valuer sii les structures de paiement soigneusement structures et le maintien des capacits peuvent crer des incitations pour assurer des rductions des missions relles, durables, ralisables, fiables et mesurables tout en conservant et en amliorant les autres coservices que les forts assurent.[11]

En dpit de cela, l'avenir du REDD reste incertain. A mesure qu'approche l'expiration du dlai de soumission du Pland'action de Bali, on ne sait pas encore ce sur quoi on se mettra d'accordlorsque sera dbattue Copenhague la future action mondiale sur la rponse au risque de changements climatiques dangereux.

L'importance de l'identification d'approches pour attnuer les missions de carbone produites par la dforestation et la dgradation des forts est bien l'ordre du jour. Mais onne sait pas clairement s'il sera possible de dvelopper une solide mthodologie du REDD qui pourrait assurer des rductions effectives d'missions qui sont rentables, quitables et soutenues par des options de financement durables.

La contribution des scientifiques et des ingnieurs au dveloppement de solutions techniques solides, la mise en uvre de projets pilotes et l'orientation du dbat politique pourrait -- et devrait jouer un rle capital dans la dtermination d'un ventuel rsultat.

Hannah Calmers est chercheuse au sein du Groupe de technologie nergtique pour un dveloppement durable, l' Imperial College de Londres, et consultante en changement climatique et en nergie pour Scidev.Net.

Références

[1] Forêts: Le vert et le REDD des changements climatiques [67kB]. DAES-NU (2009)
[2] Etat des forêts mondiales. FAO (2009)
[3] Emissions de carbone produites par l'utilisation des sols, 1950-2000. Institut des ressources mondiales (2003)
[4] Stern, N. Revue Stern sur les aspects économiques des changements climatiques HM Treasury  (2006)
[5] Parker, C. et al. Little REDD+ book. Global Canopy Programme (2008)
[6] Tauli-Corpuz, V. et al. Guide sur les changements climatiques et les populations autochtones [5.18MB]. Tebtebba (2008)
[7] Fondation durable de l'Amazonie. (2009)
[8] Angelsen, A. (ed.) Poursuite de REDD: Questions, options et implications [1.62MB]. CIFOR (2008)
[9] Daviet, F. Au-delà du financement du carbone:Le rôle des politiques et les mesures de développement durable dans le REDD [699kB]. Institut des ressources mondiales (2009)
[10] La Déclaration d'Anchorage. Sommet mondial des populations autochtones sur les changements climatiques(2009)
[11] Fonds du Programme ONU-REDD. PNUD (2009)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.