Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Selon deux études par simulations statistiques, des antipaludéens de mauvaise qualité représentent jusqu'à 43% du coût économique annuel du paludisme chez les enfants de moins de cinq ans, en Afrique subsaharienne.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que les antipaludéens de mauvaise qualité contribuent à 31.000-116.000 décès supplémentaires par an dans la région, les enfants de moins de cinq ans étant les plus touchés.

Mais les chercheurs estiment que les estimations des effets sur la santé et l'économie des faux antipaludéens sont rares dans la région.

« Lorsque nous avons examiné la prévalence des médicaments de mauvaise qualité et les effets négatifs qu’ils peuvent avoir sur la santé, nous avons voulu fournir des données et des estimations que les décideurs pourraient utiliser pour comprendre l’ampleur du problème et y donner suite », a déclaré Sachiko Ozawa, auteur principal des deux études.

Sachiko Ozawa, professeur associé à la faculté de pharmacie Eshelman de l'université de Caroline du Nord, aux États-Unis et ses collaborateurs, ont mis au point un modèle qu'ils ont appliqué au comportement de patients sollicitant des soins et aux processus d'approvisionnement en médicaments antipaludéens en Ouganda et dans la province du Katanga, en République démocratique du Congo.

“Le public peut exiger du système de santé de fournir des médicaments de bonne qualité.”

Sachiko Ozawa, École de pharmacie Eshelman de l'Université de Caroline du Nord.

« Nous avons estimé que les antipaludéens falsifiés ou de mauvaise qualité comptent pour 20,9 millions de dollars (35%) des coûts liés au paludisme dans la province de Kinshasa et pour 130 millions (43%) sur les 301 millions de dollars dépensés chaque année dans le Katanga », indique l’étude, menée en République démocratique du Congo et publiée la semaine dernière (21 janvier), dans la revue American Journal of Tropical Medicine and Hygiene.

En Ouganda, les chercheurs ont estimé que les médicaments falsifiés et de mauvaise qualité comptaient pour 31 millions de dollars, soit 8% du coût annuel du paludisme chez les enfants de moins de cinq ans ayant sollicité des soins, selon l'étude, publiée ce 9 janvier dans le Malaria Journal.

Les coûts comprennent les dépenses couvertes par le gouvernement, les paiements directs aux patients et les pertes de productivité.
Sachiko Ozawa a déclaré à SciDev.Net que, selon les estimations des chercheurs, si la résistance aux antipaludéens était due aux médicaments contrefaits et de mauvaise qualité, 7% supplémentaires d'enfants ougandais de moins de cinq ans mourraient du paludisme chaque année.

« Le public peut exiger du système de santé de fournir des médicaments de bonne qualité », a renchéri Sachiko Ozawa.

Le modèle a été utilisé pour créer une population virtuelle d'enfants présentant des caractéristiques variables telles que le statut socio-économique et la probabilité de contracter le paludisme.

Les auteurs ont ensuite simulé ce qui se passe lorsque les enfants contractent le paludisme et sollicitent des soins, en intégrant des hypothèses telles que les hospitalisations, l'utilisation de médicaments et l'impact des antipaludéens non conformes aux normes et falsifiés.

Selon Sachiko Ozawa, bien que le modèle présente des limites telles que des lacunes dans la littérature sur le coût réel des médicaments de qualité inférieure et des médicaments contrefaits pour les patients, leurs familles et le gouvernement, des résultats similaires pourraient être générés dans d'autres pays africains.

Patrick Ogwang ’, maître de conférences en pharmacie à l’Université des sciences et technologies de Mbarara en Ouganda, souscrit aux conclusions des deux études.

Selon lui, des antipaludéens falsifiés ou de mauvaise qualité entraînent des complications dans le traitement du paludisme.

Et d'ajouter que les cliniques privées sont plus susceptibles de servir des antipaludéens contrefaits et de mauvaise qualité que les établissements publics.

« Se rendre dans des hôpitaux appartenant au gouvernement pour se faire traiter contre le paludisme est un moyen sûr de réduire le risque de se voir offrir des antipaludéens falsifiés ou non conformes aux normes », a-t-il déclaré à SciDev.Net.

Cet article a été écrit par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net.

Références

[1] Modélisation de l'impact économique des antipaludéens de mauvaise qualité et falsifiés en République démocratique du Congo (American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 21 janvier 2019).
[2] Sachiko Ozawa et al. Développement d'un modèle à base d'agents pour évaluer l'impact d'antipaludéens falsifiés et non conformes aux normes : étude de cas en Ouganda (Malaria Journal, 9 janvier 2019).

Thèmes apparentés