Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy


Pour endiguer le déficit de production de lait et de viande, le gouvernement nigérien a décidé de recourir aux biotechnologies, notamment à l'insémination artificielle des vaches.

La technique, introduite dans le pays depuis quelques années, fait le bonheur des éleveurs.

Selon la direction de la promotion des filières animales et de la qualité au ministère de l’élevage, l'insémination artificielle bovine a permis de faire passer la production de lait de vache de 460.000 litres à 691.000 litres, de 2010 à 2017 ; et celle de la production laitière en général (bovine, cameline, ovine et caprine) de 960.000 litres à 1.313.000 litres à la même période.

Elle permettra, selon le ministère, de porter la production locale de lait à 1.600.000 litres par an d'ici 2021.

L'enjeu est de taille : il s'agit d'utiliser ces techniques modernes, aussi bien pour garantir la sécurité alimentaire, que pour réduire le déficit de la balance commerciale du pays.

Malgré un capital bétail qui se chiffre à plus de trente-cinq millions de têtes, le Niger importe en effet chaque année environ 1,2 million de tonnes de lait et produits dérivés, pour une valeur d’environ 16 milliards de Francs CFA.