Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Maria Rebollo Polo, chef d'équipe d’ESPEN (Projet spécial élargi pour l'élimination des Maladies tropicales négligées) au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, montre que les efforts de lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) sont aussi efficaces contre la COVID-19.
 
Chaque jour amène son lot d’actualités sur les conséquences de la COVID-19 à travers le monde. Et si nous savons que les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), notamment la distanciation physique et les mesures de lavage des mains, peuvent considérablement réduire la propagation de cette pandémie, certaines régions sont confrontées à des obstacles dans leur mise en pratique.
 
En Afrique subsaharienne, plus d'un tiers de la population n'a pas accès à l’eau et à des dispositifs de lavage des mains adéquats. En outre, la COVID-19 risque d’accabler des communautés souffrant déjà d'autres maladies comme les maladies tropicales négligées (MTN). 

“Les mesures préventives permettant de lutter contre la COVID-19 sont également efficaces contre les MTN. Une eau propre, une bonne hygiène et un assainissement adéquat sont les fondements de la lutte contre ces défis sanitaire.”

Maria Rebollo Polo, OMS Afrique

Les MTN sont un groupe de maladies transmissibles touchant plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde, dont plus d'un tiers (39 %) vivent en Afrique.
 
Ces maladies dangereuses et destructrices, telles que le trachome, la schistosomiase et l'onchocercose, peuvent être prévenues et traitées, mais elles continuent de provoquer de graves défigurations, la cécité et d'autres handicaps sur le long terme qui constituent des obstacles à l'éducation, à la croissance économique et au développement, en général. Le non-traitement des MTN cause jusqu'à 200.000 décès par an en Afrique.
 
Les mesures préventives permettant de lutter contre la COVID-19 sont également efficaces contre les MTN. Une eau propre, une bonne hygiène et un assainissement adéquat sont les fondements de la lutte contre ces défis sanitaires.
 
Pourtant, malgré la reconnaissance de l’accès à l'eau et de l'assainissement comme droits de l'homme en 2010, beaucoup continuent de vivre sans y avoir accès. Souffrir d'une MTN peut affaiblir le système immunitaire, rendant les personnes affectées plus susceptibles d’être infectées par la COVID-19 et plus durement touchées par les complications liées au virus.

Protéger les communautés

Au cours des derniers mois, l'importance de ces mesures de protection contre la COVID-19 a été soulignée à l'échelle mondiale. Mais il faut aujourd’hui également insister sur l'importance de protéger les communautés contre les MTN, afin de s'assurer que les malades ne sont pas oubliés pendant la pandémie.
 
À travers le Projet spécial élargi pour l'élimination des Maladies tropicales négligées (ESPEN) du Bureau régional pour l’Afrique de l'Organisation mondiale de la Santé, nous œuvrons pour le contrôle et l’élimination des MTN sur le continent africain.
 
Malheureusement, nous savons que les pays et les communautés les plus pauvres et les moins bien équipés pour faire face à la COVID-19 sont également les plus touchés par les MTN. On estime que 896 millions de personnes dans le monde utilisent des installations sanitaires sans eau courante et 1,5 milliard d’individus n’ont pas accès à des services d'assainissement. 

“Souffrir d'une MTN peut affaiblir le système immunitaire, rendant les personnes affectées plus susceptibles d’être infectées par la COVID-19 et plus durement touchées par les complications liées au virus.”

Maria Rebollo Polo, OMS Afrique

Cela représente un danger non seulement pour les populations de ces communautés, mais également pour les professionnels de santé et tous ceux qui se trouvent en première ligne de la lutte contre la COVID.
 
Dans le contexte de la pandémie, nos dernières recommandations encouragent les autorités sanitaires locales à utiliser les plateformes de lutte contre les MTN existantes, ainsi que les mécanismes de surveillance et de sensibilisation pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement, afin de soutenir le déploiement des mesures anti-COVID-19.
 
73% des pays d’Afrique ont depuis informé ESPEN que leurs professionnels de santé luttent d’ores et déjà simultanément contre ces deux fléaux que sont la COVID-19 et les MTN.

Professionnels de la santé

Les professionnels de santé locaux remplissent de nombreuses missions allant de la sensibilisation sur les risques à l'engagement des communautés contre la COVID-19, de la promotion des mesures d'hygiène à la surveillance (dépistage, recherche active de cas, recherche et suivi des contacts et notifications des suspects, en particulier aux points d’entrée).
 
Mais, ils s’impliquent aussi dans la gestion des rumeurs, la prévention et le contrôle des infections, et enfin le soutien au triage dans les établissements de santé. En somme, une immense contribution à la lutte contre les MTN et à la COVID-19.
 
Nous avons travaillé dur pour que les programmes de lutte contre les MTN soient déployés dans de nombreuses communautés du continent. Il est désormais crucial de maintenir ces programmes et de les adapter pour répondre à la crise actuelle.
 
Les dirigeants nationaux et locaux ne doivent pas ignorer les MTN à cause de la COVID-19, mais plutôt adopter une double approche. C'est pourquoi les récentes initiatives comme la campagne Stay Safe Africa - qui vise à protéger les citoyens contre cette nouvelle maladie, tout en reconnaissant les cadres et les défis existants - sont si importantes. 

“Les MTN sont des maladies de la pauvreté et des inégalités. En les éliminant, nous ferons avancer le développement et protégerons les communautés de ces maladies évitables et traitables.”

Maria Rebollo Polo, OMS Afrique

Au cours de la prochaine décennie, la feuille de route 2021-2030 de l'Organisation mondiale de la Santé guidera la réponse mondiale aux MTN et garantira la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies, à savoir mettre un terme à ces maladies et réduire de 90 % le nombre de personnes nécessitant des interventions médicales.
 
Cela reste possible, même dans le contexte de la pandémie. Les MTN sont des maladies de la pauvreté et des inégalités. En les éliminant, nous ferons avancer le développement et protégerons les communautés de ces maladies évitables et traitables.
 
En Afrique, 600 millions de personnes ont aujourd’hui besoin d'un traitement contre les MTN. Plus que jamais, le continent doit prioriser l’accès à l’eau, l'hygiène et l'assainissement.

Meilleure hygiène

Cette pandémie a montré la capacité des gouvernements à plaider en faveur d'une meilleure hygiène et de bonnes pratiques de lavage des mains, et ainsi démontré leur capacité à faire de même pour d'autres maladies.
 
Les programmes de lutte contre les MTN sont venus en aide à plus d'un milliard de personnes au cours des quatre dernières années et, à mesure que les campagnes de traitement reprendront, il sera essentiel de mettre l'accent sur l'hygiène et la distanciation sociale, tout en garantissant l'accès aux médicaments.
 
Nous avons les outils, les données et les connaissances nécessaires pour faire de ces priorités une réalité. Ne laissons pas pour compte les plus vulnérables face à ces maladies, je suis convaincue que la poursuite de nos efforts contre les MTN nous aidera dans notre combat contre la COVID-19.

Thèmes apparentés