Rapprocher la science et le développement

Les troubles du sommeil, un problème de santé majeur
  • Les troubles du sommeil, un problème de santé majeur

Lecture rapide

  • Un tiers des personnes souffrant de troubles du sommeil consultent des médecins

  • Ceux-ci peuvent être source de problèmes de santé

  • Ils peuvent également être source de problèmes économiques

Shares
Selon un groupe d’experts, bien que la plupart des troubles du sommeil soient évitables ou susceptibles d’être traités, moins d'un tiers des malades demandent de l'aide professionnelle.
 
Ce constat a été effectué par la World Sleep Society (WSS), la Société Mondiale du sommeil, dans un communiqué rendu public à l’occasion de la Journée mondiale du sommeil (17 mars).
 
Plusieurs initiatives à l’échelle internationale ont été lancées pour sensibiliser sur les bienfaits du sommeil, ainsi que les conséquences sanitaires, mais aussi économiques, du manque de sommeil.
 
Les organisateurs appellent à l'action sur des questions importantes liées au sommeil, en utilisant des efforts de collaboration conduits par les professionnels du sommeil dans le monde entier.
 
L'objectif est de faire connaître les nombreux fardeaux liés aux troubles du sommeil.
 
Selon la WSS, le sommeil a un impact sanitaire sur la prévalence de maladies naturelles.
 
Une récente étude montre que ceux qui souffrent d'apnée obstructive du sommeil sont plus susceptibles de souffrir d'insuffisance cardiaque ou d'accidents vasculaires cérébraux.
 
De même, ceux qui obtiennent rarement une nuit de sommeil ininterrompue ont souvent une tension artérielle plus élevée et un plus grand risque de diabète, d'obésité et d'autres maladies chroniques.
 
 
Les individus qui luttent pour obtenir une nuit entière de sommeil sans aucune interruption connaissent des taux plus élevés d'hypertension, de diabète, d'obésité et d'autres maladies chroniques.
 
Des études ont aussi montré que les personnes souffrant d'insomnie sont celles qui présentent le plus de symptômes d'anxiété et de dépression.
 
Lorsque la qualité du sommeil est affectée, notent les experts, la santé se dégrade, de même que la qualité de vie.
 
Au vu de ces réalités, la Journée mondiale du sommeil vise à sensibiliser le monde sur l'importance de traiter tous les troubles du sommeil, y compris les plus légers, notamment l’apnée du sommeil.
 
C'est une condition dans laquelle une personne peut subir des pauses dans la respiration de cinq à 30 fois par heure ou plus pendant le sommeil.
 
Ces épisodes réveillent le dormeur à la recherche d'air pour respirer. Ils empêchent un sommeil reposant et sont associés à l'hypertension artérielle, à l'arythmie cardiaque, aux accidents vasculaires cérébraux et à l'insuffisance cardiaque.
 
Un adulte sur cinq souffre d'au moins une apnée du sommeil légère, et la maladie affecte plus d'hommes que de femmes.
 
Le type le plus commun est l'apnée obstructive du sommeil dans laquelle le poids sur la partie supérieure du thorax et du cou contribue à bloquer le flux d'air.
 
Outre l'obésité contribuant à l'apnée du sommeil, la privation de sommeil causée par l'apnée du sommeil peut, dans un cycle malsain en cours, conduire à l'obésité.
 
Sur le plan économique, selon un consortium mondial de médecins et de professeurs comprenant l'Association mondiale de médecine du sommeil et Rand Europe, les coûts de la privation de sommeil vont bien au-delà des symptômes physiques.
 
Selon le groupe de réflexion, le manque de sommeil coûte par exemple à l'économie canadienne jusqu'à 21,4 milliards de dollars par an.
 
"Le manque de sommeil chez la population active canadienne entraîne un risque de mortalité plus élevé - 13% plus élevé pour ceux qui dorment en moyenne moins de six heures par rapport à ceux qui dorment en moyenne sept à neuf heures - et des niveaux de productivité plus bas au travail", a déclaré le consortium dans un communiqué de presse. "Le Canada perd un peu plus de 80 000 jours de travail par année en raison du manque de sommeil chez la population active."
 
Enfin, les psychologues de l'Université de Warwick en Angleterre ont analysé les habitudes de sommeil de plus de 30.500 Britanniques sur une période de quatre ans et ont constaté que l'amélioration de la qualité du sommeil conduit à des niveaux de santé mentale et physique comparables à ceux d'une personne qui a gagné un jackpot de loterie de près de 250.000 $.
 
L'équipe, dirigée par le Dr Nicole Tang du Département de psychologie de l'Université de Warwick, a constaté que la qualité du sommeil au fil du temps avait des avantages qui compensaient le nombre d'heures d'une personne qui a dormi.

Le thème de l’édition 2017 de la Journée mondiale du sommeil est "Dormir soigneusement, nourrir la vie."
 
Cette orientation a volontairement été choisie par les organisateurs, qui tiennent à faire véhiculer le message selon lequel tandis que la qualité de vie avec un trouble du sommeil peut être améliorée, la reconnaissance de l'importance du sommeil pour la santé globale et le bien-être mérite une meilleure prise en charge dans les politiques publiques, notamment en matière de santé.
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.