Rapprocher la science et le développement

L’huile de palme, un produit potentiellement cancérigène
  • L’huile de palme, un produit potentiellement cancérigène

Crédit image: Panos

Lecture rapide

  • L'huile de palme générerait un contaminant cancérigène lors de sa transformation

  • Son composant principal, l'acide palmitique, augmente les métastases

  • Aucune étude épidémiologique n'a encore été réalisée sur un risque de cancer

Shares
[JAKARTA] Selon un expert indonésien, si l'huile de palme - qui est largement utilisée dans l'industrie agroalimentaire - a un contaminant potentiellement cancérogène, aucune étude épidémiologique n'a été menée sur son impact sur la santé humaine.
 
La controverse sur le potentiel cancérigène de l'huile de palme a éclaté depuis mai 2016 où l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) a établi que l'huile de palme "génère plus de contaminants potentiellement cancérigènes que d'autres huiles végétales, lorsqu'elle est raffinée à des températures supérieures à 200 degrés Celsius."

“Dans l'évaluation des risques de ces composés, la preuve à partir des études épidémiologiques sur les hommes n'est pas nécessaire pour tirer des conclusions sur les risques pour la santé humaine.”

Hellen Knutzen, EFSA

 
En janvier, la revue Nature a publié les résultats d'une étude qui a montré que l'acide palmitique (un composé essentiel de l'huile de palme) stimule les métastases (propagation du cancer) par les antigènes CD36 - une protéine spécifique dans les cellules cancéreuses qui est responsable d'éliminer les acides gras.
 
Selon l'EFSA, l'huile de palme produit de l'ester glycidylique d'acide gras (GE) lorsque le processus de raffinage atteint des températures supérieures à 200 degrés Celsius.
 
Donald Siahaan, expert principal en alimentation de l'Institut indonésien de recherche sur les palmiers à huile, déclare que bien que le caractère cancérigène de l'ester glycidylique d’acide gras ait été prouvé, cela ne justifie pas encore une interdiction de l'huile de palme.
 
"Tout d'abord, aucune norme internationale n'a été établie pour la concentration d'esters glycidyliques d’acides gras dans l'huile de palme et le contaminant existe naturellement dans de nombreux aliments, y compris ceux transformés à partir de soja", a déclaré Donald Siahaan à SciDev.Net. Deuxièmement, selon l'expert, la recherche concernant les esters glycidyliques d’acides gras a été limitée aux laboratoires. "La nourriture est complexe. Ce qui se passe dans le laboratoire ne se produit pas toujours dans notre corps parce qu'il y a tant de facteurs qui influencent les réactions chimiques."
Selon le chercheur indonésien, seule une étude épidémiologique à long terme, impliquant un grand nombre de participants et réalisée sur au moins 10 ans, peut établir le niveau de risque dans la consommation d'huile de palme. Les arguments de Donald Siahaan font écho à l'argumentaire de la firme Ferrero, le fabricant des tartinades Nutella, suite à la déclaration de l'EFSA. Ferrero consomme environ 185 000 tonnes d'huile de palme par an dans la fabrication de ses produits.
 
Cependant, Hellen Knutzen, qui préside le panel Contaminants dans la chaîne alimentaire de l'EFSA, qui a étudié l'huile de palme, affirme qu'il existe suffisamment de preuves pour conclure que le glycidol est génotoxique et cancérigène.
 
"Dans l'évaluation des risques de ces composés, la preuve à partir des études épidémiologiques sur les hommes n'est pas nécessaire pour tirer des conclusions sur les risques pour la santé humaine", explique Hellen Knutzen à SciDev.Net.
 
Elle ajoute que les évaluateurs étudient la marge entre la dose qui cause le cancer chez les animaux de laboratoire et la dose à laquelle les humains sont exposés. Si la marge n'est pas suffisamment importante, il est conclu qu'il existe un risque potentiel pour la santé humaine.
 
L'EFSA n'étnt pas habilitée à émettre des directives, la Commission de l'Union Européenne envisage des mesures qui peuvent inclure la fixation de niveaux admissibles de GE dans les produits alimentaires.
 
Donald Siahaan affirme pour sa part que le ministère indonésien de l'agriculture  prévoit de mener sa propre étude sur les concentrations de GE dans l'huile de palme à travers le pays. L'Indonésie, le plus grand producteur mondial d'huile de palme, a pour objectif de produire annuellement 40 millions de tonnes d'huile de palme d'ici 2020.
 
Le palmier à huile est originaire du Libéria, du Cameroun, de la Sierra Leone, du Bénin et de la République démocratique du Congo, mais le Nigeria était de loin le plus grand producteur d'huile de palme en Afrique et le cinquième plus grand producteur mondial en 2015.
 
La demande d'huile de palme a augmenté depuis les années 1970, ce qui en fait une entreprise rentable avec un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars par an, qui devrait atteindre 88 milliards de dollars d'ici à 2022.
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.