Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Le président sénégalais, Macky Sall, s’est vu décerner ce dimanche à Diamniadio, à environ 40 kilomètres de Dakar, le Prix d’Excellence 2018 de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (African Leaders Malaria Alliance, Alma).
 
La remise du prix, intervenue lors de la cérémonie d’ouverture de la septième conférence panafricaine du MIM (Multilateral Initiative on Malaria, Initiative multilatérale sur le paludisme) visait à saluer les efforts du pays en matière de lutte contre le paludisme.
 
Joy Phumaphi, secrétaire exécutive d’Alma, a estimé que le Sénégal était un exemple en la matière sur le continent africain.

“La santé est le gage d’un développement inclusif durable; c’est dans cet esprit que d’importantes initiatives ont été engagées pour lutter efficacement contre le paludisme”

Macky Sall, chef de l’Etat sénégalais

Elle a notamment loué les programmes du pays en matière de prise en charge intégrée des cas de paludisme dans la communauté (Integrated Community Case Management, iCCM)
 
Joy Phumaphi a en particulier mis l’accent sur l’initiative “Zéro Palu !”, lancée en avril 2014 par le gouvernement sénégalais et visant à impulser un mouvement national en faveur de l’élimination du paludisme.
 
La campagne engage diverses parties prenantes, des hommes politiques, des hommes d’affaires et des personnalités du monde du spectacle, à prendre des initiatives à tous les niveaux pour faire de l’élimination du paludisme une cause nationale.
 
L’initiative s’est dotée de champions communautaires, ayant pour mission de se faire les hérauts de la lutte contre le paludisme dans leurs milieux et elle atteint le public à travers une série télévisée qui éduque les populations aux méthodes de lutte.
 
La coalition "Zéro Palu!" vise en particulier à améliorer la disponibilité et la qualité des informations au niveau communautaire et à faciliter l’appropriation communautaire des moyens de prévention et de lutte contre le paludisme.
 
En remettant le prix au président sénégalais, la secrétaire exécutive d’Alma a insisté sur le fait que l’ensemble des politiques publiques menées par le pays contribuaient effectivement à réduire l’incidence du paludisme.
 
De son côté, le président sénégalais a salué les progrès réalisés par son pays dans la lutte contre le paludisme, tout en soulignant qu’il reste encore beaucoup de travail à faire.
 
Il a surtout indiqué que son pays est classé cinquième au rang des pays les plus avancés dans le domaine de la lutte contre le paludisme.
 
"La santé est le gage d’un développement inclusif durable, a poursuivi le chef de l’Etat sénégalais", avant d’ajouter que "c’est dans cet esprit que d’importantes initiatives ont été engagées pour lutter efficacement contre le paludisme, resté l’une des premières causes de mortalité dans le monde, en particulier en Afrique".
 
Le président sénégalais a en outre vanté les mérites du PNLP (Programme national de lutte contre le paludisme) qui a permis au Sénégal d’enregistrer entre 2013 et 2017 une réduction significative de la morbidité proportionnelle palustre de 40%, ainsi qu’une réduction de la mortalité de 77%.

Références


Thèmes apparentés