Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Selon une étude, les changements climatiques et les activités humaines telles que le labourage des sols dans les basses terres sèches des montagnes tropicales ont provoqué des pertes énormes d'espèces végétales et animales.
 
Une équipe de 50 chercheurs ayant contribué à l’étude estiment que l’effet combiné des changements climatiques et des activités émanant des installations humaines dans les zones de biodiversité des régions montagneuses est peu connu.

“Afin de préserver les fonctions vitales des sols, des plantes et des animaux sur leurs terres, les agriculteurs devraient toujours essayer de recourir aux pratiques d’utilisation des terres à un niveau qui soit durable.”

Marcell Peters, Université de Würzburg

Étant donné que les populations de ces régions dépendent de la nature pour leur subsistance, les chercheurs ont eu la curiosité d'évaluer la biodiversité et les fonctions écosystémiques de la plus grande montagne d’Afrique, le mont Kilimandjaro, en Tanzanie.
 
« Nos données suggèrent que des changements plus graves dans le fonctionnement des écosystèmes se produisent dans les basses terres arides et la zone de montagne froide », indique l'étude, publiée dans la revue Nature, le mois dernier (27 mars).
 
« Notre étude révèle que le climat peut moduler les effets de l'utilisation des terres sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes, et indique une résistance réduite des écosystèmes dans des environnements climatiques difficiles à des changements continus dans l'utilisation des sols dans les régions montagneuses tropicales. »
 
Marcell Peters, auteur principal de l'étude et professeur associé au département d'écologie animale et de biologie tropicale de l'Université de Würzburg (Allemagne), explique à SciDev.Net que l'utilisation des terres endommage de manière significative les processus écologiques soumis à des conditions climatiques extrêmes et des zones de savane sèche à la base du Kilimandjaro.
 
Selon Marcell Peters, le problème a été aggravé par des activités humaines telles que la surexploitation, l'augmentation de la taille des champs et la réduction des habitats semi-naturels, y compris les arbres et les haies vives.
 
« Afin de préserver les fonctions vitales des sols, des plantes et des animaux sur leurs terres, les agriculteurs devraient toujours essayer de recourir aux pratiques d’utilisation des terres à un niveau qui soit durable et qui préserve une riche biodiversité », a déclaré Marcell Peters à SciDev.Net.
 
« A long terme, cela sera beaucoup plus rentable qu'une agriculture intensifiée à grande échelle. »
 
Les chercheurs ont établi 60 sites d’étude de basse et haute altitude dans la partie méridionale du mont Kilimandjaro, qu’ils ont visités régulièrement pour prendre des mesures, notamment pour surveiller et identifier les plantes, les insectes, les oiseaux et les mammifères.
 
La collecte des données a eu lieu de janvier 2011 à décembre 2016.
 
Peu d’espèces ont été perdues aux altitudes moyennes de la montagne, où la neige est abondante, mais les températures chaudes.
 
Les agriculteurs y cultivent le café et la banane, en utilisant des méthodes de culture traditionnelles, a expliqué Marcell Peters.
 
Cependant, les chercheurs ont observé de nombreux impacts négatifs dans les zones de savane sèches et chaudes à la base du Kilimandjaro, où le maïs est largement cultivé.
 
Selon eux, les données issues de cette étude pourraient être utilisées pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies d'utilisation durable des écosystèmes du Kilimandjaro.
 
Padili James, consultant géo-environnementaliste basé en Tanzanie, explique à SciDev.Net que « compte tenu de la demande croissante de denrées alimentaires et de cultures commerciales dans les régions voisines du Kilimandjaro et des pratiques agricoles non durables exercées au fil du temps, il est indéniable que l'étude est d'une grande validité. »
 
« D'après mes interactions régulières avec les habitants de Moshi, dans la région du Kilimandjaro, la demande en énergie et les activités liées aux terres agricoles sont les principales causes de la perte d'espèces végétales et animales dans les basses terres », ajoute-t-il.

Références

Marcell K. Peters et autres - Les interactions climat-utilisation des sols façonnent la biodiversité des montagnes tropicales et les fonctions de l'écosystème (Nature, 27 mars 2019)