Rapprocher la science et le développement

  • Un test du VIH qui nécessite juste une goutte de sang

Shares

Selon des scientifiques, un test du VIH utilisant des échantillons de sang séché s'avère rapide, peu onéreux, et pourrait ainsi contribuer au dépistage et au traitement des bébés séropositifs au cours de la première année de vie.

Cette technique permet l'extraction et l'amplification du matériel génétique du virus à partir d'une quantité infime de sang captée sur du papier filtre.

Ces chercheurs affirment que les bébés séropositifs auront plus de chances de survivre s'ils reçoivent un traitement dès la première année de vie (voir Treat HIV babies early, urge researchers).

Or le diagnostique usuel, ayant recours aux anticorps, n'est pas possible chez les bébés avant l'âge de 18 mois, quand les anticorps transmis par la mère ont été éliminés. Et les tests commerciaux de détection du matériel génétique du VIH sont relativement chers, nécessitant de grandes quantités de sang ainsi que des conditions particulières de stockage et de transport des échantillons.

Ce nouveau test utilisant du papier filtre est présenté dans PLoS ONE ce mois (5 juin). Le diagnostique ne nécessite que de petits échantillons sanguins sur du papier filtre, faciles à prélever et à transporter, ou même expédier par la poste, jusqu'aux laboratoires, dans un sac à fermeture.

Les chercheurs, dirigés par Mohan Somasundaran à l'Ecole de Médecine de l'Université du Massachusetts aux Etats-Unis, ont testé cette méthode sur 56 patients, dont 19 bébés nés de mères séropositives à l'Hôpital Heal à Goma, en République démocratique du Congo.

Ils ont conclu que le test donne des résultats fiables, et deux fois plus rapidement et 40 fois moins cher que les tests viraux commerciaux. L'efficacité n'est pas affectée après une conservation des échantillons à 37 degrés Celsius pendant sept jours.

Somasundran a déclaré au Réseau Sciences et Développement (SciDev.Net) que ce test pourrait également servir à évaluer l'efficacité de la thérapie antirétrovirale, en déterminant les quantités de virus continues dans le sang.

Pour Quarraisha Abdool Karim, Directeur du Centre de Recherches sur le Sida en Afrique du Sud, à l'Université du KwaZulu-Natal, les échantillons de sang séché sont moins susceptibles de se détériorer que les échantillons liquides, ce qui les rend particulièrement utiles en zones rurales où il n'existe pas de laboratoires, a relevé .

"Nous n'avons que six semaines à attendre avant de pouvoir tester les bébés avec cette méthode, le traitement peut donc être appliqué et les bébés peuvent ainsi être suivis plus tôt," explique Karim.

"La technique d'échantillonnage est simple. Elle permet aux cliniques de disposer de résultats testés chaque mois tout en stockant les échantillons dans de bonnes conditions," se réjouit Vindu Eulalievyolo, chercheur basé à l'Hôpital Heal.

Références

PLoS ONE doi 10.1371/journal.pone.0005819 (2009)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.