Rapprocher la science et le développement

Un patch pour réguler le taux de sucre dans le sang
  • Diabète
  • Un patch pour réguler le taux de sucre dans le sang

Crédit image: Flickr/Trinity Care Foundation

Lecture rapide

  • Le Smart Insulin Patch, a passé avec succès les premiers tests sur des souris

  • D’autres tests sont encore nécessaires avant la mise du produit sur le marché

  • Le diabète touche aujourd’hui 387 millions de personnes dans le monde.

Shares
Des chercheurs de l'Université de Caroline du Nord et de l'Université d’État de Caroline du Nord aux États Unis viennent de créer le "Smart insulin patch", une pièce pouvant réguler de façon automatique la glycémie chez les diabétiques.

Son principe de fonctionnement est qu'une fois apposé sur la peau, il est capable, à l'aide de ses vésicules, de détecter automatiquement les pics de glycémie chez le patient.

Il secrète en conséquence la dose d'insuline nécessaire pour la normalisation et l’injecte ensuite dans le sang à travers la centaine de micro-aiguilles qui recouvrent sa surface interne.

Selon ses concepteurs, le "Smart insulin patch" qui provoque une sensation de piqûre de moustique lorsqu'il est appliqué, devra cependant être remplacé après quelques jours.

Ce produit est constitué de deux principaux matériaux entièrement bio-compatibles et disponibles dans la nature : ce sont l'acide hyaluronique (substance naturelle utilisée comme ingrédient dans de nombreux produits cosmétiques) et le 2-nitroimidazole (composé organique couramment utilisé dans le diagnostic).

“Le Smart insulin patch, tel que décrit, viendra résoudre la difficile équation du dosage de l’insuline lorsqu’on est face à un cas de diabète.”

Elis Houensou, médecin à l'hôpital Aristide Le Dantec, Dakar

Pour arriver à cette technologie, Zhen Gu, professeur à l'Université de Caroline du Nord et manager du laboratoire qui a développé le produit, explique qu'il a fallu "intégrer des vésicules artificielles qui réagissent au glucose présent dans le sang, dans des micro-aiguilles recouvrant toute la surface des patchs".

Toute cette technologie est condensée sur un minuscule carré de moins de deux centimètres de côté : c'est la taille d'un "Smart insulin patch" .

A terme, ce produit pourra être rendu encore plus intelligent, car il sera personnalisé pour une plus grande efficacité de son action dans l'organisme des patients.

Cela implique l'intégration de données personnelles du patient (poids, sensibilité à l'insuline, etc.) au patch pour lui conférer plus de précision dans le traitement.

Selon les statistiques de la Fédération internationale du diabète (FID), cette maladie touche aujourd'hui plus de 387 millions de personnes dans le monde ; un chiffre qui, d’après les précisions, passera à 592 millions en 2035.

Comme le cancer ou les maladies du cœur, le diabète a ainsi cessé d’être considéré comme une maladie de riches ; puisqu’elle fait désormais des ravages dans les pays en développement.

La FID prévoit d’ailleurs qu’en 2035, 80 % des malades du diabète résideront dans les pays à revenus intermédiaires et en voie de développement.

Bien entendu, cette répartition soulève le problème de l'accessibilité des soins aux patients résidant dans ces pays pauvres.

Interrogé à ce sujet, Zhen Gu a confié à SciDev.Net que "le Smart insulin patch sera disponible à travers le monde entier et ne coûtera pas cher ; il faut compter environ 3 dollars (environ 1 500 CFA) par patch".

C’est dire si l’invention est bien accueillie aussi bien par les patients que par les médecins.

"Le Smart insulin patch, tel que décrit, viendra résoudre la difficile équation du dosage de l’insuline lorsqu’on est face à un cas de diabète", se réjouit déjà Elis Houensou, médecin à l'hôpital Aristide Le Dantec de Dakar (Sénégal)

Cependant tout le monde devra s’armer de patience ; car, même si les premiers tests qui ont été réalisés sur des souris de laboratoire ont été concluants, il faut attendre une série d'autres tests et le produit ne pourra être disponible sur le marché que d'ici une dizaine d'années.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.