Rapprocher la science et le développement

  • Un médicament contre le VIH améliore l'efficacité d'un antipaludéen

Un mdicament antirtroviral couramment administr aux enfants porteurs du VIH en Afrique sub-saharienne amliore l'efficacit d'un mdicament essentiel contre le paludisme, selon les conclusions d'une nouvelle tude.

Des tudes en laboratoire ont tabli depuis longtemps qu'une classe d'antirtroviraux du VIH, appels inhibiteurs de protase, peut paralyser le parasite responsable du paludisme, le Plasmodium, et des chercheurs ougandais et amricains ont voulu mieux comprendre pourquoi.

Ils ont ainsi test deux 'cocktails' d'antirtroviraux sur 170 enfants ougandais sropositifs gs de moins de cinq ans. L'un de ces cocktails contenait deux inhibiteurs de protase -- le lopinavir et le ritonavir.

Au cours de l'essai sur deux ans, les enfants qui l'on a prescrit le cocktail contenant les inhibiteurs ont connu une baisse de cas de paludisme de 41 pour cent par rapport ceux qui n'en ont pas reu.

La rduction de 41 pour cent des les pisodes cliniques de paludisme est la fois statistiquement et cliniquement importante, a not Paula Brentlinger, une clinicienne de l'Universit de Washington, Seattle, ScienceNOW. Le fait que cela ait t ralis chez l'une des populations les plus exposes au paludisme dans le monde est particulirement encourageant.

A leur grande surprise, les chercheurs ont constat que les deux inhibiteurs de protase avaient un impact limit sur le parasite mme du paludisme. Toutefois, ils ont dcouvert que l'un des inhibiteurs -- le ritonavir a stimul la longvit dans le corps d'un antipaluden frquemment utilis, la lumfantrine.

Les enfants qui ont reu des cocktails d'antirtroviraux contenant du ritonavir avaient ainsi cinq fois plus de lumfantrine dans le corps une semaine aprs avoir reu l'antipaluden.

Nous pensons que ces cas de plus grandes exposition la lumfantrine sont l'origine de la protection contre les pisodes rcurrents de paludisme, a dclar Jane Achan, une chercheuse l'Universit Makerere, en Ouganda, lors de la prsentation des rsultats de l'tude au dbut du mois.

Carlos Kent Campbell, chef du Programme de lutte contre le paludisme PATH, une organisation but non lucratif base aux Etats-Unis, affirme que les moustiquaires restent la stratgie de prvention la plus essentielle et que la plupart des enfants exposs au risque de paludisme ne sont pas sropositifs.

Mais il note nanmoins que les consquences imprvues mais positives du ritonavir pourraient aider rduire la parasitmie, une premire cause d'anmie lie au paludisme chez les jeunes enfants africains.

Pour S. Patrick Kachur, directeur du programme de lutte contre le paludisme du Centre for Disease Control, la dcouverte pourrait aussi tre bnfique pour les tudes sur les antipaludens action prolonge pour des populations spcifiques.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.