Rapprocher la science et le développement

Résurgence de la rougeole et de la rubéole au Cameroun
  • Résurgence de la rougeole et de la rubéole au Cameroun

Crédit image: Flickr / Sanofi Pasteur

Lecture rapide

  • 74 personnes sont déjà mortes de la rougeole en 2015 contre 49 en 2014

  • Une campagne de vaccination gratuite a été lancée pour endiguer ces fléaux

  • Cette campagne fait cependant face à une certaine résistance des populations

Shares
Le nombre de cas de rubéole et de rougeole ne cesse d’augmenter ces derniers temps au Cameroun.
 
S’agissant de la rougeole, on est passé de 49 décès en 2014 à 74 en 2015 ; et à ce jour, presque toutes les régions du pays sont touchées par cette maladie.
 
Dans la province du Nord-Ouest par exemple, l’on signale 114 cas pour 13 décès enregistrés : tandis que dans la province de l’Est, les autorités sanitaires signalent déjà 189 cas.
 
De l’avis de ces derniers, le nombre de districts de santé menacés par les épidémies de rougeole a considérablement augmenté.
 
Selon Grégoire Mvongo, le gouverneur de cette province, "les districts de santé les plus touchés sont ceux qui sont frontaliers à la République centrafricaine ; à cause du flux de réfugiés".
 
Dans la province du Littoral où se trouve la capitale économique Douala, "l’on dénombre à ce jour 94 cas diagnostiqués positifs. Mais jusqu’à présent l’on n’a enregistré aucun décès", affirme Jacques-Georges Otti, chef de l’unité du programme élargi de vaccination à la délégation régionale de la Santé publique pour le Littoral.
 
Dans la province de l’Ouest et dans la partie septentrionale du pays, des centaines d’enfants atteints de rougeole ont été également recensés.
 
S’agissant de la rubéole qui est aussi en nette recrudescence, Jacques-Georges Otti indique qu’"entre 2008 et 2015, l’on a diagnostiqué 659 cas positifs au Cameroun",
 
Cette maladie dont bon nombre de Camerounais découvrent l’existence est considérée par les spécialistes de la santé comme très dangereuse.
 
A en croire Eric Ymsu, délégué médical, "chaque année, la rubéole conduit à de nombreux avortements involontaires au Cameroun".
 
Ce spécialiste insiste sur le fait qu’il est impératif que toutes les femmes en âge de procréer soient vaccinées contre cette pathologie.
 
Justement, face à la situation actuelle, les autorités ont lancé le 24 novembre dernier une vaste campagne de vaccination gratuite contre ces deux maladies.

“Entre 2000 et 2014, on estime que la vaccination contre la rougeole a permis de sauver la vie à 17,1 millions de personnes”

OMS

 
Cette opération qui va s’étendre jusqu’au 29 novembre s’adresse aux enfants de 9 mois à 14 ans à travers tout le territoire national.
 
Sauf que sur le terrain, de nombreux parents rechignent à faire vacciner leurs enfants.
 
Pour certains d’entre eux, la multiplicité des campagnes de vaccination organisées ces dernières années par les pouvoirs publics n’augure rien de bon.
 
"Depuis le début de l’année, c’est la énième fois qu’on demande de faire vacciner les enfants. Il y a d’abord eu plusieurs campagnes de vaccination contre la polio. Maintenant on nous dit qu’il faut encore vacciner les enfants. Trop de vaccinations peuvent rendre les enfants malades", se plaint Honorée Guiegou, une mère de famille.
 
Dans d’autres localités du pays, par exemple dans la province du Nord-Ouest, les parents pensent que le traitement traditionnel est efficace pour leurs enfants.
 
D’autres personnes encore évoquent le fait que leur religion leur interdit de faire vacciner leurs enfants.
 
Des points de vue battus en brèche par les responsables sanitaires qui martèlent que la vaccination demeure le seul moyen pour éviter d'être contaminé par le virus.
 
Ces résistances ont amené les autorités à intensifier la sensibilisation des populations, mais aussi des responsables religieux.
 
"Nous voulons amener les églises et les mosquées à être ouvertes pour cette opération, parce que c’est une campagne tous azimuts. La rougeole et la rubéole sont des maladies qui freinent le développement d’un pays", a indiqué Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la province du Littoral, lors du lancement de cette campagne nationale de vaccination gratuite à Douala.
 
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’intensification des activités de vaccination a permis de faire baisser considérablement le nombre de décès dus à la rougeole.
 
Ainsi, entre 2000 et 2014, on estime que la vaccination contre la rougeole a permis de sauver la vie à 17,1 millions de personnes.
 
Le nombre de décès à l’échelle mondiale a diminué de 79%, passant de 546 800 en 2000 à 114 900 en 2014.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.