Rapprocher la science et le développement

L'Afrique et l'Asie en tête du nombre d'adultes aveugles
  • L'Afrique et l'Asie en tête du nombre d'adultes aveugles

Crédit image: Andriy Popov

Lecture rapide

  • En 2015, 36 millions de personnes étaient des aveugles, la plupart en Afrique et en Asie

  • Les chercheurs projettent ce chiffre à environ 115 millions en 2050

  • Les pays d­­evraient s'attaquer à la cécité et autres problèmes connexes

Shares
[NAIROBI] Selon une étude, l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud ont le pourcentage le plus élevé de personnes mal voyantes dans le monde.
­­
L'étude publiée dans Lancet Global Health du 2 août montre que la cécité affecte 36 millions de personnes à l'échelle mondiale, les pays en développement portant le plus lourd fardeau.
 
Kovin Naidoo, co-auteur de l'étude et fondateur de l'African Vision Research Institute, à l'Université du Kwazulu-Natal, en Afrique du Sud, affirme que "la croissance et le vieillissement de la population mondiale entraînent une augmentation substantielle du nombre de personnes touchées."

“Les résultats sont pertinents pour les auxiliaires des unités de santé affectés au service des personnes aveugles et malvoyantes, y compris les éducateurs et les établissements de formation.”

Kovin Naidoo
African Vision Research Institute


Les chercheurs, qui sont membres du Vision Loss Expert Group, un réseau international de spécialistes des soins oculaires, ont procédé à une étude systématique et à une méta-analyse de bases de données sur la population, relatives à la déficience visuelle et à la cécité, publiées entre 1980 et 2015. Ils ont récupéré 3.878 documents, mais en ont analysé 61 pour parvenir à leurs conclusions.
 
Les chercheurs ont estimé la prévalence des troubles de l'œil tels que la cécité et la déficience visuelle en 2015, comparé leurs estimations aux chiffres de 1990 et fait des projections pour 2020 et 2050.
 
Ils ont constaté qu'en 2015, la prévalence de la cécité chez les adultes était plus élevée dans le monde en développement par rapport aux régions développées, l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud étant les plus touchées.
 
Par exemple, alors que les régions développées avaient une prévalence de la cécité des adultes de moins d'un pour cent, celle de l'Afrique de l'Ouest était de 5%, tandis que l'Afrique de l'Est et l'Asie du Sud totalisaient 4% chacune.
 
"Nous prévoyons qu'environ 38,5 millions de personnes seront aveugles en 2020 (sur une population mondiale totale de 7 à 7,5 milliards d'habitants) et 114,6 millions de personnes en 2050 (sur une population mondiale totale de 9,6 milliards de personnes)", écrivent les auteurs.
Une altération de la vision, définie comme une limitation d'une ou plusieurs fonctions de l'œil, a également affecté de manière disproportionnée les régions en développement.
 
L'étude indique qu'environ 55% de toutes les personnes malvoyantes dans le monde sont des femmes et que 89% des personnes ayant une déficience visuelle vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
 
La cécité et la déficience visuelle augmentent avec le vieillissement de la population parce que les populations vivent plus longtemps en raison de l'amélioration des soins de santé et des progrès technologiques, explique Kovin Naidoo à SciDev.Net.
 
"Il existe actuellement un besoin urgent de ressources humaines dans ces domaines pour répondre aux besoins", explique-t-il encore. "Cependant, si la croissance de la population se poursuit comme prévu, l'impact économique potentiel sera significatif car les gens auraient du mal à être productifs et les plus jeunes auraient à s'occuper des personnes atteintes de cécité et d'altération de la vision".
 
L'étude, note Kovin Naidoo, souligne que les efforts réalisés entre 1990 et 2010, tels que les services communautaires de soins oculaires et la focalisation stratégique sur les maladies des yeux, en particulier sur les cataractes et les erreurs de réfraction non corrigées, ont eu un impact significatif sur l'atténuation de la cécité et de la déficience visuelle.
 
"Les résultats sont pertinents pour les auxiliaires des unités de santé affectés au service des personnes aveugles et malvoyantes, y compris les éducateurs et les établissements de formation, les organisations de la société civile, les politiques, les défenseurs des soins oculaires, les ministères de la santé et l'OMS", a déclaré Kovin Naidoo.
 
Andrew Bastawrous, professeur assistant en santé oculaire internationale à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, au Royaume-Uni, affirme pour sa part que la prévalence de la cécité a diminué régulièrement au cours des 25 dernières années, en raison de l'accent stratégique sur les maladies qui font la plus grande différence auprès plus grand nombre de personnes : les cataractes et autres erreurs de réfraction non corrigées.
 
Il appelle à réduire les obstacles à l'accès aux services et à renforcer les systèmes de santé pour éviter que des milliers de personnes ne perdent inutilement la vue.
 
Selon Andrew Bastawrous, la lutte contre la cécité requiert l'utilisation d'une technologie de pointe pour fournir des solutions efficaces axées sur les données et centrées sur l'homme, ainsi que l'établissement d'un partenariat public-privé et la création de nouveaux modèles de financement qui incitent à l'impact et à l'amélioration continue.
 
Andrew Bastawrous ajoute que les gouvernements doivent donner priorité à une bonne acuité visuelle pour toute la population, aider à développer de nouveaux traitements et stimuler la recherche pour comprendre les obstacles et les solutions dans une grande variété de systèmes.

Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net

Références

Rupert R. A. Bourne et autres - Magnitude, temporal trends, and projections of the global prevalence of blindness and distance and near vision impairment: a systematic review and meta-analysis (The Lancet Global Health, 2 Août 2017)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.