Rapprocher la science et le développement

  • Du 'super blé' qui résiste à la rouille dévastatrice

Selon un expert en rouille du blé, les 'super variétés' de blé résistantes au redoutable champignon Ug99, agent de la rouille de la tige du blé, pourraient remplacer le blé cultivé actuellement dans les régions touchées par le fléau en à peine deux ans - à condition de persuader les agriculteurs de les adopter.

Découvert en Ouganda il y a 13 ans, l'Ug 99 est de plus en plus virulent. Le champignon s'est répandu en Afrique de l'Est et en Afrique australe, et les spores ont même atteint l'Iran et le Yémen. Des cultivateurs de blé travaillent sur la mise au point de variétés résistantes prometteuses à Njoro au Kenya, dans l'espoir que l'une d'elles pourrait venir à bout du champignon.

Aujourd'hui, ils sont parvenus à développer de nouvelles variétés présentant une bonne résistance et un rendement jusqu'à 15 pour cent supérieur à celui des variétés actuelles, selon Ronnie Coffman, directeur du Projet résistance durable à la rouille du blé ('Durable Rust Resistance in Wheat Project'  en anglais) à l'Université de Cornell aux Etats-Unis.

La rouille de la tige, également connue sous le nom de rouille noire, est encore plus dévastatrice que la rouille jaune qui a anéanti environ 40 pour cent des récoltes en Asie centrale et dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Les nouvelles variétés développées par l'obtenteur spécialiste du blé Ravi Singh et ses collègues au Centre international pour l'amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) au Mexique, sont résistantes à ces deux types de rouilles. Elles ont été dévoilées lors de l'édition 2011 de l'Atelier technique de l'Initiative Borlaug contre la rouille à Minneapolis aux Etats-Unis cette semaine (du 13 au 16 juin).

Ces variétés ont été mises au point à travers une combinaison de plusieurs gènes qui, individuellement, n'ont qu'une faible résistance, mais une fois combinées en une seule plante apportent une meilleure résistance, grâce à leurs défenses combinées, à l'agent pathogène Ug99.

'Nous essayons de sensibiliser les agriculteurs sur ce nouveau matériel végétal et de les convaincre de les adopter avant que la rouille du blé ne devienne endémique, surtout dans des pays comme l'Ethiopie', a déclaré Coffman.

Pour Coffman, les deux pays qui ont le plus besoin d'aide sont l'Ethiopie et le Yémen. Toutefois, l'instabilité politique en cours au Yémen a freiné les efforts de lutte contre la rouille du blé et le matériel végétal envoyé récemment dans ce pays par le CIMMYT s'est détérioré à la douane. Les spécialistes concentrent ainsi leurs efforts sur l'Ethiopie, dans un premier temps.

'Nous pensons que les agriculteurs éthiopiens vont adopter les nouvelles variétés,'  ajoute-t-il. 'Une grande épidémie de rouille jaune est en cours dans ce pays. Elle n'est pas aussi dévastatrice que la rouille de la tige, mais elle est assez virulente et les agriculteurs veulent un matériel végétal capable d'y résister.'

'Ces nouvelles variétés sont résistantes aux deux types de rouille, et par conséquent, nous espérons que la prévalence de la rouille jaune va les pousser à accepter les nouvelles variétés. Lorsqu'on n'offre pas aux agriculteurs une incitation tangible, ils ont tendance à ne pas accepter les nouvelles variétés'.

Coffman précise que si l'incitation fonctionne, toute l'Ethiopie pourrait cultiver des espèces résistantes d'ici seulement deux ans, et ce délai peut être valable pour toute l'Afrique de l'Est.  'Mais c'est un grand si,' s'est-il empressée d'ajouter

Pour Singh,  'nous devons voir les gouvernements investir dans le développement de systèmes semenciers, y compris la production et la distribution des semences. Dans plusieurs régions, il faudra l'appui et le leadership des pays riches et des organismes internationaux pour transposer ces innovations dans les champs'.

Ci-dessous, une vidéo pédagogique de l'Initiative internationale Borlaug contre la rouille relative à la rouille de la tige du blé :

 

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.