Rapprocher la science et le développement

  • Un projet de pêche durable remporte un prix d'une valeur de US$ 100.000

Shares

Une œuvre de charité dédiée à la conservation maritime et aidant les communautés côtières à assurer des pratiques de pêche durables et rentables, a remporté un prix de 100 000 dollars américains (75 000 euros).

Blue Ventures, une organisation britannique de conservation œuvrant au Belize, à Madagascar et en Malaisie, est arrivée en première position du Buckminster Fuller Challenge, une compétition internationale qui a récompensé le mois dernier (10 juin), à New York, les projets innovants sur la durabilité.

Cette œuvre de charité se focalise sur des concepts approuvés permettant de réduire lʹimpact de la pêche sur les habitats marins, tout en tenant compte du fait que les revenus des communautés locales s'appuient sur la pêche.

"Nous n'examinons pas seulement la gestion des stocks ou les restrictions de pêche, nous observons également la manière de soutenir des moyens de subsistance alternatifs qui lèvent la pression pesant sur certains stocks", a déclaré à SciDev.Net Kathleen Edie, responsable des expéditions et de la finance chez Blue Ventures.

Un projet pilote que Blue Ventures a aidé à établir et à gérer, est par exemple un réseau d'exploitations de concombre de mer et d'algues, à assise communautaire, à Madagascar. Au cours des trois prochaines années, le projet sera intensifié et sa gestion complète sera transférée aux locaux, ce qui lèvera la pression qui pèse que les ressources locales tout en permettant aux villageois de conserver la mainmise sur leurs finances.

Cette œuvre de charité a recommandé la fermeture saisonnière des pêcheries de poulpe, en particulier dans les zones vulnérables ; elle a également aidé à mettre en œuvre des entreprises alternatives fondées sur l'artisanat et la restauration, avec des organisations locales de femmes.

Blue Ventures commence actuellement à reproduire au Belize les projets malgaches réussis, alors qu'il se focalise, en Malaisie, sur la collaboration avec les universités pour réhabiliter les zones affectées par le tourisme de plongée et les espèces envahissantes.

Selon K. Edie, "il faut nécessairement que ces techniques de gestion s'appuient sur de bonnes connaissances scientifiques". Cette œuvre de charité finance les recherches portant sur la santé des habitats marins et les effets de ces techniques ; près de la moitié des financements proviennent de volontaires qui rejoignent les chercheurs sur place.

Tony Charles, analyste des pêcheries à l'Université Saint Mary, au Canada, a indiqué que la participation du gouvernement à ces projets à assise communautaire est vitale. "Des problèmes se posent fréquemment lorsque les gouvernements n'accordent pas aux communautés l'espace dont elles ont besoin pour contrôler leurs ressources locales", a-t-il déclaré.

Selon Thomas Binet, du Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources de l'Université de Portsmouth, au Royaume-Uni, trop peu de projets de conservation intègrent les populations locales dans la conception des zones marines protégées car ils se concentrent plutôt sur les espèces emblématiques telles que les tortues.

"Cela ne facilite pas l'acceptabilité sociale [par la communauté] des régimes de protection", a déclaré T. Binet.

Blue Ventures travaille actuellement sur des projets de 'blue carbon' (carbone bleu) utilisant la végétation côtière pour séquestrer le dioxyde de carbone.

Voir ci-dessous une vidéo du Buckminster Fuller Institute sur Blue Ventures :



Solution de Blue Ventures ayant remporté en 2011 le prix du Buckminster Fuller Institute sur Vimeo.

 

Voir ci-dessous pour plus d'informations sur Blue Ventures :

 

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.