Rapprocher la science et le développement

Protéger certains insectes pour combattre la faim
  • Protéger certains insectes pour combattre la faim

Crédit image: Flickr / Cifor

Lecture rapide

  • Certains insectes comme les abeilles assurent la pollinisation des plantes

  • D’autres aident à combattre les ravageurs qui s’attaquent aux cultures

  • Les chercheurs conseillent de les utiliser plutôt que les produits chimiques

Shares
Protéger les insectes utiles, et en particulier ceux qui sont comestibles, pourrait participer à la diminution de la famine et à la lutte contre la malnutrition en Afrique.
 
C’est la principale résolution  de la 21ème conférence de l'Association africaine des entomologistes (AAIS) qui s’est tenue à Cotonou (Bénin) du 19 au 23 octobre 2015 sous le thème : "Changements climatiques et impacts sur les insectes en Afrique: opportunités et risques".
 
"Il faut protéger les insectes utiles notamment les insectes alimentaires parce qu’ils devraient, nous en sommes convaincus, participer à la diminution de la famine et à la lutte contre la malnutrition dont l’Afrique constitue est l’un des principaux foyers", martèle Joseph Lebel Tamesse, président de l’AAIS, reconduit à ce poste pour un second mandat au cours des assises.
 
Car, indiquent les chercheurs, les insectes utiles servent à l’alimentation des hommes et des animaux (grillons, chenilles de karité) et certains parmi eux sont, en tant que parasitoïdes, des ennemis naturels contre des insectes nuisibles (fourmis tisserands, guêpes).
 
En outre, il y en qui sont des pollinisateurs, assurant du coup la migration et la reproduction des plantes, et sans lesquels "il n’y aurait pas de vie", selon Abou Togola, entomologiste au Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) à Cotonou (Bénin)
 
C’est notamment le cas des abeilles, grands pollinisateurs des plantes (environ 80 %) qui produisent par ailleurs du miel aux vertus thérapeutiques reconnues.
 
Dans cette catégorie des insectes utiles, l’on retrouve aussi le ver à soie qui participe à la production du textile, selon les chercheurs.
 
"Dans les champs, le complexe des ennemis parasitaires contribue à protéger la majeure partie des cultures. Il s’agit des parasitoïdes, des araignées, des guêpes etc. qui nous aident à combattre les ennemis des cultures", ajoute Abou Togola.
 
"Les données obtenus ici sont de nature à booster la biodiversité en Afrique et à mieux protéger notre environnement parce que l’emploi des herbicides n’a pas réduit de façon considérable l’effectif des insectes nuisibles", renchérit Joseph Lebel Tamesse.

“Il faut protéger les insectes utiles parce qu’ils devraient, nous en sommes convaincus, participer à la diminution de la famine et à la lutte contre la malnutrition dont l’Afrique constitue l’un des principaux foyers”

Joseph Lebel Tamesse
Président de l’AAIS

 
Pour autant, les 200 participants à la conférence ont montré leurs inquiétudes en rapport aux changements climatiques qui ont des effets "dramatiques" sur la production agricole et sur la vie des insectes.
 
"Les variations de température et d’humidité ont une influence considérable sur le comportement et l’accroissement des insectes. Ces phénomènes contribuent à l’augmentation ou à la diminution de la population des insectes, voire à la disparition de certaines espèces", croit savoir Abou Togola.
 
Manuele Tamò, chercheur à l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) souligne pour sa part que le scenario actuel du phénomène pourrait conduire à l’expansion des insectes et des maladies endémiques dans de nouveaux territoires.
 
Il ajoute qu’on peut aussi assister à un développement rapide des ravageurs avec une multiplicité de leur cycle de vie en une saison et à l’augmentation des dégâts potentiels occasionnés par les espèces invasives.
 
De son côté, Joseph Lebel Tamesse affirme que les changements climatiques influencent le cycle de vie des insectes en accélérant les générations des insectes nuisibles ou en entraînant la diminution voire la disparition des insectes utiles.
 
Prenant l’exemple des criquets acridiens, Abou Togola relève que la sécheresse peut favoriser la multiplication et la prolifération des criquets et leur mouvement vers des zones beaucoup plus éloignées avec à la clé une dispersion des attaques.
 
Aussi les entomologistes africains conseillent-ils l’utilisation des parasitoïdes pour lutter contre les insectes nuisibles ; au détriment des produits chimiques très dangereux pour l’environnement.
 
La Conférence de Cotonou a permis de faire le point sur les connaissances en entomologie avant la conférence des Nations unies sur le climat (COP 21) qui se tient fin novembre – début décembre prochain à Paris (France).

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.