Rapprocher la science et le développement

De fortes doses de vitamine D pourraient aider à combattre le VIH/Sida
  • De fortes doses de vitamine D pourraient aider à combattre le VIH/Sida

Crédit image: Jenny Matthews/Panos

Lecture rapide

  • Des chercheurs ont mesuré les effets des rayons ultraviolets B et de la vitamine D sur le VIH en Afrique du Sud

  • Ils ont constaté que la prise de la vitamine D permet une augmentation du taux de globules blancs qui aident l’organisme à lutter contre les maladies

  • Mais un expert recommande d’approfondir les études avant de se lancer dans de vastes campagnes de supplémentation en vitamine D

Shares
[LE CAP] D’après une nouvelle étude, la supplémentation en vitamine D peut améliorer la capacité du corps humain à se protéger contre les maladies, notamment l’infection à VIH, dans les régions africaines où durant certaines saisons, l’on est exposé aux rayons ultraviolets B ou UVB émis par le soleil.
 
Des chercheurs d’Afrique du Sud, du Royaume-Uni et des États-Unis, affirment que malgré l’influence du statut vitaminique D sur les statistiques sanitaires, il est rare de trouver des études sur son impact sur la prévention ou l’aggravation de l’infection à VIH.
 
Selon cette étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) au mois de juin, la supplémentation en vitamine D peut freiner la réplication du VIH, augmenter le taux de globules blancs dans le sang et neutraliser l’anémie hivernale.
 

“Il faut des études plus approfondies pour s’assurer que les vitamines administrées ont un impact sur le VIH et que les patients n’assimileront pas la prise de ces suppléments à un traitement.”

Marcus Low, Treatment Access Campaign

 
"La supplémentation en vitamine D peut être un moyen simple et économique, en particulier dans les milieux défavorisés, de réduire le risque d’infection à VIH-1 et freiner la progression de la maladie", conclut l’étude.
 
Sur la base d’échantillons de sang, les chercheurs ont évalué les statuts vitaminiques D de 100 individus sains issus de l’ethnie Xhosa et des communautés métisses de la ville du Cap en Afrique du Sud, en fonction des saisons.
 
Les résultats ont montré que 64 pour cent des Xhosa et 70 pour cent des participants issus des communautés métisses du Cap présentaient une carence en vitamine D pendant l’hiver. Ces taux étaient les plus élevés chez les femmes dans les deux groupes.
 
"Vu ces résultats et l’importance connue de la vitamine D pour le système immunitaire, nous avons voulu mesurer les effets de la supplémentation sur la réaction des globules à l’infection à VIH", explique Anna Coussens, chercheuse postdoctorale en Afrique du Sud et membre de l’équipe de chercheurs ayant réalisé l’étude.
 
D’après le Conseil sud-africain de recherche en sciences humaines, plus de six millions de Sud-Africains ont été infectés par le VIH en 2012. Parmi eux, les négro-africains, notamment les Xhosa, avaient les taux d’infection les plus élevés, suivis des communautés mixtes ou métisses du Cap.
 
Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang de ces deux groupes en hiver et en été entre février et août 2013 à Khayelitsha en Afrique du Sud. Ils ont ensuite exposé ces échantillons in vitro (dans des tubes à essai) au VIH.
 
Après avoir administré aux échantillons de chacun des 30 participants Xhosa une dose hebdomadaire de 50000 IU de cholécalciférol (une forme de vitamine D) pendant six semaines durant l’hiver, les échantillons ont montré une baisse de la charge virale égale à celle enregistrée par les échantillons d’été. Ces échantillons ont également montré une augmentation du taux de CD4, ainsi qu’une baisse du risque d’anémie.
 
"Compte tenu de la très forte prévalence du VIH en Afrique du Sud, et du fait que l’infection et les ARV [médicaments antirétroviraux] peuvent entraîner des carences en vitamines, la supplémentation vitaminique peut être un traitement d’appoint efficace et bon marché", soutient Coussens.
 
La supplémentation vitaminique peut également être pratiquée ailleurs en Afrique. "Elle pourrait avoir un impact positif en Tanzanie, où des études ont établi une prévalence des carences en vitamines", d’après Coussens. "Et surtout pour les personnes vivant dans les pays proches de l’équateur où les saisons de pluies ont des conséquences sur l’exposition au soleil », poursuit Coussens." 
Toutefois, Marcus Low, responsable des stratégies à Treatment Access Campaign, association de lutte contre le VIH basée au Cap, estime que la mise en œuvre de vastes campagnes de supplémentation vitaminique doit se faire avec prudence.
 
"Étant donné que le négationnisme du SIDA a la peau dure dans ce pays, nous devons nous assurer que notre politique de soins de santé publique est fondée sur des preuves scientifiques solides et les meilleures pratiques", recommande-t-il.
 
"Il faut des études plus approfondies pour s’assurer que les vitamines administrées ont un impact sur le VIH et que les patients n’assimileront pas la prise de ces suppléments à un traitement"
 
 Cet article est une production de la rédaction Afrique subsaharienne de SciDev.Net.

Références

Anna K. Coussens and others High-dose vitamin D3 reduces deficiency caused by low UVB exposure and limits HIV-1 replication in urban Southern Africans (Proceedings of the National Academy of Sciences [PNAS], 30 June 2015) 
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.