Rapprocher la science et le développement

  • Résistance aux antibiotiques : Questions fréquemment posées

Priya Shetty rpond certaines questions communes sur la rsistance aux antibiotiques et les dangers que ce phnomne reprsente pour le monde en dveloppement.

Depuis la mise au point des premiers antibiotiques il y a 50 ans (voir Encadr 1), le monde a eu recours ces mdicaments pour venir bout des nombreuses varits de bactries pathognes. Leur absence aurait certainement eu de graves implications pour la sant de toutes les populations, et celle des pays en dveloppement, en particulier.

Malheureusement, lefficacit des antibiotiques est menace. A travers le monde, les bactries muent pour se dfendre contre les mdicaments qui les auraient terrasses par le pass. Une transformation qui ne surprend pas les organismes sont en constante mutation afin de sadapter aux nouvelles conditions. Cest la vitesse laquelle certaines souches dveloppent des rsistances qui met la sant mondiale en danger.

En raison de lusage rpandu des antibiotiques dans le monde par exemple, sous formes de pilules pour le traitement des maladies humaines, ou comme anabolisants chez les animaux destins lalimentation les bactries sadaptent aux antibiotiques modernes plus vite que nous ne pouvons en dvelopper de nouveaux.

Comment les bactries deviennent-elles rsistantes aux antibiotiques ?

Les bactries dveloppent des rsistances de diverses manires mais elles passent toutes par un changement du matriel gntique existant (appele mutation spontane) ou lacquisition dun nouveau matriel gntique. Lajout dun nouveau matriel gntique peut se produire lorsque les virus qui ninfectent que les bactries (appels bactriophages) transfrent lADN entre deux bactries troitement lies. Les bactries peuvent galement absorber lADN des bactries qui se trouvent autour delles. La faon la plus commune dont un change dADN peut se produire cest lorsque de petits morceaux dADN appels plasmides sont changs entre des bactries en contact direct.

Voici quelques un des moyens par lesquels les bactries dveloppent des rsistances :

Figure 1. Mcanismes de rsistance aux antibiotiques

Crdit : The Science Creative Quarterly (http://www.scq.ubc.ca/)/Fan Sozzi

Pourquoi les antibiotiques sont-ils aussi importants pour le monde en dveloppement ?

Contrairement aux pays dvelopps o les gens ont facilement accs aux antibiotiques, beaucoup de personnes dans les pays en dveloppement qui disposent gnralement des systmes de soins de sant inefficaces, dinfrastructures en mauvais tat et des ressources insuffisantes meurent de maladies que lon peut traiter facilement. Les maladies telles que la tuberculose peuvent tre mortelles si elles ne sont pas traites et, en affaiblissant les systmes immunitaires, elles peuvent rendre les gens vulnrables de graves maladies infectieuses telles que le VIH/sida et le paludisme.

La tuberculose elle seule tue 1,6 millions de personnes chaque anne dont 98% vivent dans les pays en dveloppement (voir figure 2 ). [13] Les donnes sur la rsistance aux antituberculeux indiquent que 3,2% de tous les nouveaux cas sont rsistants plusieurs mdicaments. [4] Environ 70 millions de personnes seraient infectes par la tuberculose latente (cest--dire inactive) bacilles multirsistantes. [5]

Les maladies sexuelles bactriennes demeurent un problme majeur de sant dans le monde en dveloppement. Entre 3 et 18% des femmes enceintes qui frquentent les centres prnatals en Afrique ont la syphilis. Mme au sein des populations africaines faible risque, 40% des personnes ont des infections telles que la gonorrhe et la chlamydie. La rsistance du gonocoque la bactrie responsable de la gonorrhe - la pnicilline peut slever jusqu 90% en Asie, et dpasser 35% en Afrique sub-saharienne et dans les Carabes. Les femmes qui ont la gonorrhe rsistante aux antibiotiques risquent de contracter dessalpingites et dtre victimes de linfertilit, ce qui peut accrotre le risque de transmission du VIH. [5,6]

Dans plusieurs pays dvelopps, les infections rsistantes aux antibiotiques transmis dans les hpitaux, telles que le SARM, sont la une. Dans les pays en dveloppement, le manque de ressources, le taux lev de frquentation et une offre mdicale insuffisante peuvent aggraver le risque dinfection des malades par des bactries rsistantes. Les statistiques sud-africaines laissent croire que les taux dinfection en milieu hospitalier dans les pays en dveloppement se situent autour de 15%, ce qui en fait une cause majeure de mortalit. [5]

Certains facteurs de hausse de la rsistance aux antibiotiques tels que la sur utilisation et le mauvais usage se retrouvent dans tous les pays, mais certains facteurs sont spcifiques aux pays en dveloppement et sont gnralement absents dans les pays dvelopps.

A titre dillustration, la prescription des antibiotiques indiqus pour une maladie bactrienne exige un diagnostic prcis. Dans plusieurs pays pauvres, les moyens dun tel diagnostic sont tout simplement inexistants. Dpourvus de moyens dun diagnostic prcis et face un patient qui souffre, les mdecins vont trs souvent mettre une hypothse raisonne sur la cause de la maladie et prescrire un antibiotique qui cible plusieurs bactries.

Trop souvent, les malades ne sont pas informs sur les raisons pour lesquelles ils doivent aller au bout de leur traitement (bien quil ne sagisse pas dun dfaut particulier aux pays en dveloppement). Une tude mexicaine a conclu que 60% des malades ne respectent pas la posologie prescrite. [7]

Les pays en dveloppement ont souvent un accs limit aux mdicaments, et la mauvaise qualit des infrastructures entrane parfois des approvisionnements erratiques. Quand bien mme les mdicaments seraient disponibles, les gens peuvent ne pas tre en mesure de se les offrir, et tre par consquent obligs de sapprovisionner auprs des vendeurs non forms ou dans la rue. Une tude vietnamienne a conclu que 72% des achats de mdicaments se font sans ordonnance. [8]

Les antibiotiques vendus illgalement peuvent tre contrefaits et ne contenir aucun principe actif; plus grave, elles peuvent parfois contenir une faible dose du principe actif, insuffisante pour tuer les bactries mais suffisante pour quelles dveloppent une rsistance. La contrefaon des mdicaments reprsentent 6 20% des ventes de mdicaments, dont la majorit sont des antibiotiques. [9]

Les causes de la rsistance aux antibiotiques dans les pays dvelopps lusage croissant des dtergents antibactriens et les pressions exerces sur les mdecins par les malades qui veulent quon leur prescrive des antibiotiques sans gard leurs indications sappliquent galement aux pays en dveloppement.Avec les voyages travers le monde, les bactries rsistantes aux antibiotiques ne sont plus confines leur pays dorigine.

Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement faire plus dantibiotiques?

La question qui saute lesprit est celle de savoir pourquoi les industries pharmaceutiques ne peuvent pas simplement produire plus dantibiotiques. Premirement, le dveloppement de nouveaux mdicaments cote excessivement cher. Il faut environ US$ 900 millions pour faire passer un mdicament des laboratoires aux officines. Linvestissement ncessaire pour la recherche et la production de ces mdicaments peut parfois coter plus cher que les bnfices que ces entreprises peuvent jamais tirer de la vente de ces mdicaments.

Selon les experts, la recherche et le dveloppement des antibiotiques a connu une baisse denviron 60% au cours de la dernire dcennie. [10] Face lobligation de choisir entre mettre laccent sur les antibiotiques ou sur dautres mdicaments susceptibles de gnrer de meilleurs profits, les industriels du mdicament choisissent souvent logiquement ces derniers.

Mme si des mesures dincitation la recherche de nouveaux antibiotiques taient prises pour les industriels du mdicament, lobstacle de la difficult croissante dcouvrir de nouvelles classes subsisterait. Au dbut du dveloppement des antibiotiques, de nouvelles classes taient dcouvertes en lintervalle de quelques annes, mais ce rythme a invitablement ralenti.

Figure 2. Prvalence de la tuberculose bacilles multirsistantes dans les nouveaux cas de tuberculose entre 1994 et 2000
Source: The Lancet Infectious Diseases/OMS

Encadr 1: Historique de la dcouverte des antibiotiques

1928 Dcouverte par Alexander Fleming des proprits antibactriennes de la pnicilline dans les moisissures.
Annes 30 Une classe de mdicaments appels sulfamides devient la premire gnration dantibiotiques.
1941 Invention du mot antibiotique par Selman Walksman.
Annes 40 Dbut de la production industrielle de la pnicilline. Dbut dutilisation de faibles doses pour acclrer la croissance des animaux destins lalimentation.
1950sInfection des hpitaux dans plusieurs pays par une souche du staphylocoque dor rsistante la pnicilline.
Annes 50 et Annes 60 Dbut de lutilisation de masse des mdicaments de deuxime gnration tels que le chloramphnicol et la terramycine. Dveloppement de nouvelles variantes synthtiques de pnicilline. Premire apparition du SARM.
Annes 80 et Annes 90 Dcouverte de nouvelles variantes danciens mdicaments mais pas de dcouverte de nouvelles classes.


Crdit photo: www.flickr.org/AJC1

Références

[1] TB Alliance. The threat of TB. Available at: http://www.tballiance.org/why/tb-threat.php (25 February 2008)

[2] The World Health Organization. TB — a global emergency, WHO report on the TB epidemic (1994)

[3] The World Health Organization. Global tuberculosis control — surveillance, planning, financing (2004)

[4] Dye C., Espinal M.A. Will tuberculosis become resistant to all antibiotics? Proceedings of the Royal Society B: Biological Science 268: 45–52 (2001)

[5] Okeke I.N., et al. Antimicrobial resistance in developing countries. Part I: recent trends and current status. The Lancet Infectious Diseases 5, 481–93 (2005)

[6] Urdea M. et al. Requirements for high impact diagnostics in the developing world. Nature 444, 73–79 (2006) [7] Reyes H., et al. Antibiotic noncompliance and waste in upper respiratory infections and acute diarrhea. Journal of Clinical Epidemiology 50, 1297–1304 (1997).

[8] Larsson M., et al. Antibiotic medication and bacterial resistance to antibiotics: a survey of children in a Vietnamese community. Tropical Medicine & International Health 5, 711–721 (2000)

[9] Okeke I.N., et al. Antimicrobial resistance in developing countries. Part II: strategies for containment. The Lancet Infectious Diseases 5: 568–76 (2005)

[10] Bailey P. In the pipeline: New agents to combat bacterial infections http://www.wellcome.ac.uk/doc_WTX026129.html (25 February 2005)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.