Rapprocher la science et le développement

La réponse à la crise énergétique dans un livre

Crédit image: Flickr/UN Women Gallery

Lecture rapide

  • L’expérience a déjà fait ses preuves en Afrique et ailleurs

  • L’idée est d'exploiter des sources d’énergie locales pour développer des mini-réseaux locaux

  • Cette approche a l’avantage de créer une économie rurale et de stopper l’exode rural

Shares
"Smart Villages", une organisation basée en Angleterre, vient de produire un recueil d’expériences de production d’électricité dans des localités non connectées au réseau.

La question de la fourniture de l’énergie électrique en Afrique est tellement préoccupante qu’elle n’intéresse plus uniquement les Africains.

C’est ainsi que de plus en plus d’initiatives sont prises par des personnes ou des institutions situées hors du continent pour faire face à ce problème.

C’est le cas de "Smart villages : New thinking for off-grid communities worldwide", une structure basée en Grande-Bretagne, et qui propose des initiatives d’accès à l’électricité aux localités qui ne sont pas connectées au réseau électrique conventionnel de leurs pays respectifs.

Dans l’ouvrage qu’elle vient de produire et qui porte exactement le même nom, cette organisation mise en place par des universitaires anglais, rassemble les expériences déjà réalisées dans le cadre de cette initiative, en Afrique comme en Asie et en Amérique latine.

Le ton est donné dès la préface signée de Sir Brian Heap, associé de recherche au Centre d’études pour le développement de l’université de Cambridge et conseiller principal chez "Smart Villages" :

"Le but de ces essais est d'explorer l'accès à l'énergie comme un point de départ pour le développement rural", dit-il.

Avant de décliner les questions centrales de cet ouvrage : "Du côté de l'offre, quels sont les progrès scientifiques et technologiques d'aujourd'hui et de demain qui pourraient transformer la façon dont l'énergie, l'électricité en particulier, peut être rendue plus facilement disponible en vue de la transformation du monde rural ? En ce qui concerne la demande, quels sont les facteurs favorables qui font de l'accès à l'énergie un catalyseur pour le développement durable des villages hors réseau?"

La réponse à ces interrogations est fournie sous forme d’exemples dans cet ouvrage de 124 pages, dont les articles peuvent être librement reproduits, pourvu que ce soit dans un but non lucratif.

L’exemple de la Sierra Leone est rapporté dans ce document par Christiana A. Thorpe, ancienne ministre de l’Education de ce pays d’Afrique de l’ouest.

On apprend de son récit que le concept des "Smart Villages" dans ce pays a commencé avec l’idée de distribuer des systèmes solaires domestiques dans les zones rurales, en supprimant notamment les barrières financières et techniques.

Douze femmes venant de douze des villages où l’accès à l’électricité était des plus difficiles ont été emmenées en Inde, où elles ont suivi une formation pour l’utilisation de ces systèmes.

“Ainsi, en août 2014, 59 femmes venant de toutes les régions du pays avaient déjà terminé leur formation et sont censées aider à apporter à terme de l’électricité à 21 810 foyers à travers le pays.”

Christiana A. Thorp, ancienne ministre de l'éducation, Sierra Leone


L’idée était que les femmes ainsi entraînées deviennent elles-mêmes des formatrices pour les autres femmes du pays en matière d’électrification par les panneaux solaires.

"Ainsi, en août 2014, 59 femmes venant de toutes les régions du pays avaient déjà terminé leur formation et sont censées aider à apporter à terme de l’électricité à 21 810 foyers à travers le pays", peut-on lire.

Une autre expérience qui retient l’attention dans ce livre est celle de la Tanzanie, racontée par Andrew Mnzava de la Commission pour la science et la technologie (COSTECH), un organisme public tanzanien.

Réitérant qu’il n’est pas possible de parvenir au développement de nos villages sans électricité, il martèle que cela exige la mise en place d’une véritable politique nationale.

"L’une des clés du succès de l’électrification rurale et en particulier l’électrification hors réseau [en Tanzanie] aura été la création d’une agence de l’énergie rurale (REA)", dit-il.

Et d’ajouter : "Aujourd’hui, un Conseil de l’énergie rurale composé du gouvernement, du secteur privé, des associations de consommateurs et des partenaires au développement, supervise les actions de la REA et du fonds de l’énergie rurale (REF) qui, lui, est alimenté par des taxes prélevées sur les produits pétroliers, l’électricité et par les partenaires au développement, en l’occurrence la Banque mondiale, la coopération suédoise, les Etats-Unis et l’agence norvégienne de coopération internationale."

L’on apprend à ce titre que 154 projets de ce type ont d’ores et déjà été entrepris dans le pays, dont 18 exploitant l’énergie produite par des mini-centrales hydroélectriques, 73 l’énergie solaire photovoltaïque et 63 l’énergie produite à partir des coques de riz.

Mais Andrew Mnzava met en garde contre le fait que l’existence d’une structure comme la REA en Tanzanie peut se révéler insuffisante dans certaines circonstaces.

"En l’absence d’une réelle politique de l’énergie renouvelable dans certains pays, un grand nombre de structures pareilles se sont retrouvées en train de se consacrer plutôt à l’extension du réseau électrique existant", remarque-t-il.

Au total, ce livre paru en 2015 montre comment en attendant l’extension, du reste trop lente, du réseau conventionnel de distribution de l’électricité dans les pays africains, des solutions locales efficaces peuvent être trouvées dans chaque village, en fonction de ses spécificités.

Il fourmille en effet d’anecdotes d’ici et d’ailleurs qui montrent à quel point cette électricité rapide à obtenir peut apporter de l’autonomie aux habitants des villages, tout en développant une économie rurale qui donnerait un coup de frein à l’exode rural.

Références

Ouvrage collectif
Smart Villages "New thinking for off-grid communities worldwide"
Banson, Cambridge, 2015, 124 pages

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.