Rapprocher la science et le développement

  • Des scientifiques du monde en développement la cible de tentatives d'escroquerie

Shares

Les climatologues des pays en développement sont la cible d'une ingénieuse tentative d'escroquerie qui les invite à participer à des conférences en exigeant le versement d'un préfinancement.

Il s'agit en fait de conférences factices qui sont pourtant annoncées sur des sites Internet d'apparence authentique, et qui prétendent être parrainées par de grandes entreprises comme le pétrolier BP, ou des organisations gouvernementales.

BBC News annonce avoir vu des emails de deux scientifiques africains qui comptaient intervenir lors de certaines de ces conférences à Londres mais qui se sont désistés quand on leur demandé le versement d'un acompte.

Un site Internet, actuellement toujours en service, annonce une conférence organisée par un certaine association des volontaires sur les changements climatiques (en anglais, 'Global Warming Volunteer Group') à l'hôtel Crown London de Londres, donnant la même adresse que l'authentique hôtel Crowne Plaza, qui n'a rien à voir avec cette tentative d'escroquerie.

'L'escroquerie climatique' remonte à 2007, quand un email envoyé à des scientifiques leur prétendait que lors d'une 'sélection aléatoire d'un partenaire de développement/campagne…nous vous informons par le présent email que vous avez été sélectionné comme partenaire de la Campagne mondiale contre le réchauffement climatique…'.

Mais les tentatives actuelles sont plus sophistiquées. Certaines citent les noms de climatologues, comme le secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et prétendent être soutenues financièrement par l'Assemblée générale des Nations Unies.

Ce qu'elles ont de commun c'est le fait de demander au conférencier de participer en avance aux frais de voyage ou d'hébergement à hauteur d'environ €200 à €300 (US$ 273 à US$ 410) pour être remboursé plus tard.

Pour Langston James "Kimo" Goree VI de l'Institut international du développement durable (IISD) aux Etats-Unis, 'les escrocs ont copié des parties entières du site Internet de l'IISD, procédé à la recherche et au remplacement de 'IISD' dans le texte par leur propre faux nom, créant ainsi un faux site Internet qu'ils utilisent pour faire croire qu'ils sont légitimes'.

'Le faux site Internet est très habilement fait… ils maîtrisent assez bien le 'jargon'.'

Ils sont aussi bien à la recherche d'argent que de vos informations personnelles, comme les adresses email, explique Carole Theriault, porte-parole pour les questions de sécurité de l'entreprise spécialisée dans la sécurité Internet Sophos. 'Si vous avez répondu à une invitation par email, vous leur avez en quelque sorte dit 'Salut, c'est moi, voici mon adresse email actuelle', il est valable.'

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.