Rapprocher la science et le développement

  • R&D : les budgets cumulés des pays asiatiques dépassent celui des USA

Shares

[LONDRES] Selon un rapport américain publié cette semaine (17 janvier), pris collectivement, dix pays asiatiques, dont certains sont des pays en développement d'Asie du sud-est, ont rattrapé les Etats-Unis, le leader mondial en matière de recherche et développement (R&D).

Les budgets scientifiques cumulés de la Chine, de la Corée du Sud, de l'Inde, de l'Indonésie, du Japon, de la Malaisie, de Singapour, de Taïwan, de la Thaïlande et du Vietnam ont progressivement augmenté entre 1999 et 2009 pour atteindre 32 pour cent des investissements mondiaux dans la science, contre 31 pour cent aux Etats-Unis.

Une "tendance majeure a été l'expansion rapide des performances de la R&D dans les régions de l'Asie de l'Est/Sud-Est et de l'Asie du Sud", selon le rapport biennal intitulé 'Indicateurs 2012 de la Science et de la Technologie' produit par le National Science Board, un organisme d'élaboration des politiques de la Fondation nationale des sciences des Etats-Unis, et qui s'appuie sur diverses statistiques nationales et internationales.

Le rapport note par ailleurs que la part des dépenses de R&D faites par les multinationales américaines en Asie-Pacifique a augmenté.

"La montée rapide de l'Asie comme un principal centre mondial de science et technologie (S&T) est principalement due aux développements en Chine", indique le rapport. "Mais plusieurs autres économies asiatiques (surnommés 'les 8 d'Asie' [Corée du Sud, Inde, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande]) ont également joué un rôle. Tous ont l'intention d'améliorer la qualité de et l'accès à l'enseignement supérieur et de développer des infrastructures de recherche et de S&T de niveau mondiale".

"Les 8 d'Asie fonctionnent comme une zone de fournisseurs peu structurée pour les industries chinoises d'exportations de produits manufacturés de haute technologie. Cette zone de fournisseurs semble de plus en plus comprendre le Japon. Le Japon, un pays dominant en S&T, continue de perdre du terrain par rapport à la Chine et aux 8 d'Asie dans les domaines des produits manufacturés de haute technologie et du commerce", poursuit le rapport.

"La forte croissance du produit intérieur brut (PIB) de l'Inde continue de contraster avec sa modeste performance globale en S&T".

Les chiffres montrent que la Chine, bien qu'étant encore loin derrière les Etats-Unis, est maintenant le deuxième plus grand acteur mondial en matière de R&D, avec 12 pour cent des investissements mondiaux dans la recherche. Elle a ainsi dépassé le Japon, dont la contribution était de 11 pour cent en 2009.

La proportion du PIB que la Chine consacre au financement de la science a doublé depuis 1999 passant à 1,7 pour cent et le rythme d'augmentation réel des dépenses de R&D de la Chine "reste exceptionnellement élevé, se situant à environ 20 pour cent par an", souligne le rapport.

Globalement, les dépenses mondiales de R&D ont, d'après les estimations, dépassé US$ 1,25 trillion en 2009, contre US$ 641 milliard une décennie plus tôt.

"Dans de nombreuses régions du monde en développement, les gouvernements considèrent la science et la technologie comme partie intégrante de la croissance économique et du développement, et ont donc entrepris de construire des économies d'avantage fondées sur les connaissances".

"Ils ont pris des mesures pour ouvrir leurs marchés au commerce et aux investissements étrangers, développer leurs infrastructures scientifiques et technologiques, stimuler la R&D industrielle, développer leurs systèmes d'enseignement supérieur, et renforcer les capacités locales de R&D. Au fil du temps, les capacités mondiales en S&T ont augmenté, nulle part autant qu'en Asie".

Une étude, publiée l'an dernier dans la revue Scientometrics, a déclaré que les articles scientifiques ont proliféré en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années, semblant indiquer une évolution régionale vers des économies fondées sur les connaissances.

La production cumulée des publications scientifiques et techniques asiatiques se rapproche de celle des Etats-Unis et de l'Union européenne, et l'Asie est déjà une importante productrice de publications en ingénierie.

"L'ingénierie est vitale pour les économies fondées sur les connaissances et technologiquement avancées, et de nombreuses économies asiatiques renforcent leurs capacités en ingénierie", lit-on dans le condensé du rapport. "La Chine publie 15 pour cent des articles en ingénierie mondiaux, et l'Asie dans son ensemble publie deux fois plus d'articles en ingénierie que les Etats-Unis et deux fois et demi plus que l'UE [Union européenne]".

Lien vers le rapport complet

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.