02/11/20

Certains pesticides interdits en Europe sont vendus en Afrique

Spraying pesticides
Des producteurs agricoles aspergeant des cultures de pesticides. Crédit image: cambodia4kidsorg (CC BY 2.0)

Lecture rapide

  • Une enquête révèle que l’Europe produit et exporte des pesticides pourtant interdits sur son territoire
  • Classées dangereuses, ces substances sont susceptibles de faire des victimes dans les pays d’Afrique
  • Il y a aussi un risque pour les consommateurs de fruits et légumes venant de pays utilisant ces pesticides

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez sur cette page ne seront pas utilisées pour vous envoyer des emails non- sollicités et ne seront pas vendues à un tiers. Voir politique de confidentialité.

[LAUSANNE] Dans une enquête publiée le 10 septembre 2020, Public Eye, anciennement appelée Déclaration de Berne, indique qu’en 2018, quelques 81 615 tonnes de pesticides interdits d’utilisation en Europe, y sont pourtant fabriqués, puis exportés hors de l’Union européenne (UE).
 
Ladite investigation précise que 7 500 tonnes de 25 substances différentes jugées trop dangereuses pour l’Europe, ont ainsi été exportées vers le continent africain.
 
« En 2018, notre enquête a montré qu’une vingtaine de pays africains figuraient parmi les principales destinations de ces exportations de pesticides interdits mais fabriqués en Europe. Le Maroc et l’Afrique du Sud recevaient les plus gros volumes sur le continent, suivis par l’Egypte, le Soudan et le Sénégal », indique Laurent Gaberell, expert en économie agricole chez Public Eye

“Notre enquête a montré qu’une vingtaine de pays africains figuraient parmi les principales destinations de ces exportations de pesticides interdits mais fabriqués en Europe”

Laurent Gaberell, Public Eye

Cette organisation qui enquête sur les violations des droits de l’homme imputables aux acteurs suisses a recensé les principaux exportateurs européens de pesticides dangereux. Il s’agit du Royaume-Uni, suivi de l’Italie, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la France, de l’Espagne et de la Belgique.
 
L’enquête réalisée en collaboration avec Unearthed, une entité de Greenpeace, alerte sur un scandale qui permet à l’industrie agrochimique de 11 pays européens, de fournir à 85 pays non européens des substances nuisibles pour l’environnement et pour la santé des humains.
 
Parmi les 41 pesticides interdits au sein de l’UE et ainsi déversés sur les autres continents, l’enquête cite l’Atrazine, le paraquat, le dichloropropène, le cyanamide… Les auteurs de cette enquête dénoncent alors « l’hypocrisie d’un système législatif qui permet aux sociétés agrochimiques » européennes, de s’adonner à un tel commerce.
 
Les substances mises en cause ont d’abord été utilisées en Europe où leur toxicité a motivé leur interdiction, pour des raisons de santé ou de protection de l’environnement.
 
Ces exportations vers l’Afrique « paraissent complètement en contradiction avec l’Agenda de l’UE pour soutenir une transformation durable de l’agriculture africaine, notamment à travers la promotion de l’agroécologie », souligne Laurent Gaberell dans un entretien avec SciDev.Net.
 
Pourtant, malgré une interdiction formelle et documentée de ces substances, les avis des spécialistes semblent encore diverger.
 

Maladies

CropLife est l'organisation qui représente les fabricants de ces pesticides. Selon l’agronome Nonon Diarra, son représentant au Mali, «les pesticides relèvent des mêmes familles chimiques que les produits de la pharmacie humaine. Les médias « diabolisent » les pesticides souvent sans aucun fondement… »
 
Il ajoute que « la dangerosité dépend de l’exposition de l’homme ou de la nature à ces produits, au même titre que les produits de la pharmacie humaine ». L’observance des consignes devant, selon lui, permettre d’en «éviter les effets néfastes».
 
Mais le biologiste Arnaud Apoteker, ancien conseiller au Parlement européen et actuel délégué général de Justice Pesticides (une association qui regroupe des personnalités qui ont été à divers titres confrontés aux conséquences des pesticides sur la santé et les ressources naturelles), rappelle que « les pesticides, quels qu’ils soient, sont des substances destinées à tuer des organismes vivants considérés comme nuisibles : mauvaises herbes, insectes, champignons, etc. Ils sont donc tous des poisons, disséminés en quantités importantes sur des surfaces considérables ».
 
Il alerte alors sur la nocivité des pesticides interdits au sein de l’UE en raison de la palette des dangers encourus, avec par exemple l’herbicide atrazine qu’il a qualifié de perturbateur endocrinien « très puissant » qui altère le développement chez les enfants.
 
« Des études montrent que le chlorpyrifos cause des dommages au cerveau, en particulier pour les jeunes ou des fœtus. De très nombreuses maladies telles que le Parkinson, la stérilité, la leucémie et différents types de cancers sont causés par les pesticides », précise Arnaud Apoteker.
 
Et, c’est selon lui, sans compter « l’effet cocktail » qui résulterait de l’exposition cumulée à plusieurs de ces substances.
 

Renforcer la législation

Face à ces enjeux, une trentaine d’experts des Nations Unies ont appelé en juillet 2020, à mettre fin à ce commerce qu’ils ont qualifié de « déplorable ». Mais, les acteurs de la filière se défendent de respecter les obligations légales et déclaratives.
 
En effet, l’industrie agro-chimique se conforme à la règlementation en matière de consentement préalable informé (PIC) vis-à-vis des pays importateurs. Ces derniers sont donc, expressément informés du niveau de nocuité des produits.
 
D’ailleurs, les exportateurs européens rappellent le principe de souveraineté des états importateurs à décider du choix des pesticides autorisés sur leurs sols.
 
Cette pratique constitue selon Arnaud Apoteker « un véritable scandale ». Pour lui, « il est nécessaire de renforcer la législation internationale afin que ce double standard ne puisse plus exister ».
 
Si la France s’est récemment démarquée des autres pays en se dotant d’une loi (n° 2018-938 du 30 octobre 2018) qui interdit aux acteurs français d’exporter des pesticides interdits, celle-ci n’entrera en vigueur qu’en 2022.
 
En attendant, les consommateurs européens ne sont pas à l’abri d’un effet boomerang puisque l’Europe importe des fruits et légumes en provenance de pays consommateurs de ces pesticides toxiques.
 
Ainsi, le Brésil, le Maroc, l’Afrique du Sud, la Colombie, l’Inde ou le Mexique, qui importent de l’Europe des pesticides toxiques, fournissent en retour à l’UE, avocat, mangue, tomate, raisin, banane ou pomme…

Trust-Logo-Stacked