13/11/17

Une méthode de réduction des émissions issues des plantations de canne à sucre primée

Sugar cane brazil
Crédit image: Panos

Lecture rapide

  • Un chercheur brésilien a été récompensé pour une méthode écologique
  • Les émissions de protoxyde d'azote sont réduites de 95% grâce aux engrais
  • Ces travaux pourraient aider le Brésil à atteindre ses objectifs de réduction de CO2

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez sur cette page ne seront pas utilisées pour vous envoyer des emails non- sollicités et ne seront pas vendues à un tiers. Voir politique de confidentialité.

Un scientifique brésilien qui a mis au point une méthode qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans la culture de la canne à sucre, a reçu un prix qui récompense chaque année un chercheur dont les travaux se seront distingués dans le domaine de l'utilisation des engrais.
 
Heitor Cantarella a reçu le prix Norman Borlaug, de l'International Fertilizer Association (IFA), lors de la Journée mondiale des engrais, le 13 octobre – date à laquelle le chimiste allemand Fritz Haber a mis au point un procédé de synthèse de l'ammoniac, en 1908.
 
Les travaux de Heitor Cantarella permettent une réduction de 95% des émissions d'oxyde nitreux associées à la culture de la canne.

“Si nous ne contrôlons pas les émissions associées à la production d'éthanol, nous pouvons perdre les avantages du remplacement des combustibles fossiles.”

Heitor Cantarella

  
La canne à sucre est utilisée pour produire du bioéthanol et contribue donc déjà à la réduction des émissions de dioxyde de carbone provenant de la combustion de combustibles fossiles.
 
Mais elle libère de l'oxyde nitreux qui, en termes comparatifs, provoque un effet de serre environ 300 fois plus important que le dioxyde de carbone.
 
Les engrais utilisés en agriculture jouent un rôle important dans la réduction de la libération d'oxyde nitreux.
 
Heitor Cantarella a créé une méthode par laquelle les inhibiteurs d'uréase sont utilisés pendant la culture de la canne à sucre, pour empêcher la transformation de l'urée – l'engrais le plus utilisé dans l'agriculture, au Brésil – en dioxyde de carbone. Les inhibiteurs de nitrification sont également utilisés pour bloquer la transformation de l'ammoniac en nitrate.
 
C'est une étape importante dans la réduction des émissions d'oxyde nitreux, car les bactéries dans le sol transforment le nitrate en oxyde nitreux et autres gaz.
 
Les chercheurs ont calculé un taux de réduction de 85 à 95% pour les sols contenant de l'urée et des inhibiteurs, comparativement aux sols contenant de l'urée ou du sol sans engrais.
 
Mais "si nous ne contrôlons pas les émissions associées à la production d'éthanol, nous pouvons perdre les avantages du remplacement des combustibles fossiles", a déclaré Heitor Cantarella, directeur du Centre de recherche et de développement des sols et des ressources environnementales à l'Institut Agronomique de Campinas, dans une interview avec SciDev.Net. "Le rôle de l'utilisation des engrais est important pour adopter des pratiques d'atténuation."
 
En tant que signataire de l'Accord de Paris sur le changement climatique, le Brésil doit réduire ses émissions de 43% d'ici à 2030. La culture durable de la canne à sucre peut y contribuer.
 
Afin de tenir ses engagements internationaux, le gouvernement brésilien discute actuellement du Renovabio, une politique de régulation des bio-carburants qui fixe des objectifs de réduction des émissions.
 
"La rationalisation de l'utilisation des engrais place la production de canne à sucre et, par conséquent, d'éthanol, sur la voie de devenir une denrée plus durable, en augmentant sa valeur en remplacement des combustibles fossiles", explique le physicien Newton La Scala Junior, à Sao Paulo.
 
Cependant, la culture de la canne fait face à des défis en plus de la nécessité d'utiliser judicieusement les engrais. Un exemple est la combustion de résidus de paille pendant la récolte, qui est responsable des émissions de dioxyde de carbone et des problèmes respiratoires dus à l'inhalation de la fumée et de la suie.
 
Des alternatives à la combustion de ces résidus sont à l'étude. La Scala et d'autres chercheurs étudient également les avantages de laisser la paille au-dessus du sol, pour aider à réduire l'érosion et à fournir des nutriments au sol.
 
Cet article a été initialement publié par le desk Amérique latine et Caraïbes de SciDev.Net.

Trust-Logo-Stacked