Rapprocher la science et le développement

Pour des experts africains, le continent doit changer d’approche face aux TIC
  • Pour des experts africains, le continent doit changer d’approche face aux TIC

Crédit image: Flickr/debelzie

Tout SciDev.Net

Dans les coulisses des dépêches de nos correspondants

Location Map

20/12/13

Shares
[ADDIS ABEBA] Le consensus unanime ne pouvait être mieux exprimé: ‘Balayons d’abord devant notre porte avant de nous lancer dans des activités externes’.  Tel est l’accord conclu par les experts et les décideurs politiques, dont des personnalites de premier plan, réunis du 2 au 6 décembre derniers à Addis-Abeba, en Ethiopie, à l’occasion de la semaine africaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) organisée dans le cadre de la célébration du 50ème anniversaire de l’Union Africaine (UA).

Ils avaient comme objectif de faire le point sur la situation des connexions Internet sur le continent africain.

Ils ont également réfléchi aux mesures que le continent devrait prendre pour réduire le fossé numérique avant de nouer des partenariats internationaux.

Le forum a eu recours à une approche comparative, prenant pour référence principale les pays d’Europe et d’Amérique, où les TIC sont développées. 

"Des 54 ministres en charge des TIC attendus, seuls trois ont répondu présents. Une faible participation qui traduit un manque criard d’engagement des Etats membres, ce qui pourrait constituer un frein au développement homogène des TIC sur le continent"

Gilbert Nakweya


Sous la houlette de Yamfwa Mukanga - Ministre zambien des transports, des travaux publics, de l’approvisionnement  et de la communication, les participants venus des Etats membres de l’UA ont apporté leurs contributions aux stratégies de résolution des problèmes auxquels le secteur des TIC est confronté en Afrique, puis discuté de la voie à suivre.

Leurs délibérations ont été résumées dans un communiqué que la Commission de l’Union Africaine soumettra à l’examen de la prochaine session de la Conférence des ministres en charge des technologies de l’information et de la communication de l’UA.

Le communiqué résume les domaines prioritaires et les défis faisant face aux TIC en Afrique.

Des mesures pour surmonter ces obstacles y sont aussi proposées.

La gouvernance de l’Internet fut l’un des domaines au centre des préoccupations des pays africains, les participants recommandant à la Conférence des ministres de l’UA de demander au gouvernement brésilien d’aider les diplomates et les experts africains à participer et contribuer à la Conférence sur la gouvernance de l’Internet, qui sera organisée l’année prochaine à Sao Paulo. 

Les jeunes n’ont pas été oubliés. Plusieurs sessions de formation et de discussions ont été organisées à leur intention afin de les aider à renforcer leurs compétences pour devenir des gourous de la technologie.

On les a exhortés à faire preuve d’imagination et de créativité dans les TIC pour contribuer à la résolution des multiples crises qui frappent le continent, dont la pauvreté et l’insécurité alimentaire

Malgré le débat fécond, des doutes ont été émis sur la mise en œuvre des résolutions, à cause de la faible représentation des Etats membres au forum. Des 54 ministres en charge des TIC attendus, seuls trois ont répondu présents.

Une faible participation qui traduit un manque criard d’engagement de la part des Etats membres, ce qui pourrait constituer un frein au développement homogène des TIC sur le continent.

Certains participants se sont dits inquiets de l’absence des décideurs et des responsables des gouvernements des pays invités. Le manque d’engagement de ces acteurs clés du secteur remet en cause, à leurs yeux, l’applicabilité des résolutions prises par le continent dans ce type de forum.

Le thème du forum s’articulait autour de la notion suivante : "Promouvoir le panafricanisme, la renaissance africaine à travers les TIC vers la vision 2063 de L’UA."

Au terme de la conférence, les participants ont convenu que si l’Afrique dispose des capacités pour développer les TIC, des investissements pérennes et des engagements plus fermes de la part des Etats membres seront nécessaires afin de concrétiser tout ce potentiel.

Cet article est une production de la rédaction Afrique subsaharienne de SciDev.Net.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.