Rapprocher la science et le développement

  • La nouvelle politique scientifique du Nigéria suscite de grands espoirs

Shares

[ABUJA] Le gouvernement du Nigeria espère faire un "bond en avant" dans le monde industriel grâce à sa nouvelle politique scientifique, technologique et d'innovation (STI), qui devrait être approuvée à la fin du mois (29 mai) par le Président Goodluck Jonathan dès que le nouveau gouvernement sera en place.

Le projet a été approuvé la semaine dernière (13 mai) par le Conseil national de la Science et des Technologies, le principal organe de conseil du pays dans le domaine scientifique. Ceux qui ont soumis ce projet ont indiqué qu'une étape fondamentale pour développer le système national dʹinnovations, avait été franchie en incluant pour la première fois ce mot dans le titre de la politique. Elle vise notamment à créer des mécanismes pour encourager, commercialiser et diffuser les technologies locales dans le cadre du développement industriel, ainsi qu'à développer les capacités STI dans les différents secteurs pour favoriser la compétitivité à l'échelle internationale.

Les politiques STI précédentes ont été largement critiquées, en particulier car elles n'étaient pas reconnues juridiquement et ne pouvaient pas être mises en œuvre. Les critiques ont également indiqué que la dernière politique, conçue en 2003, avait été établie sans avoir fait l'objet d'une large consultation.

Les autorités gouvernementales ont déclaré à SciDev.Net que, contrairement aux précédentes versions, plusieurs parties concernées avaient apporté leur contribution pour développer cette politique qui serait également soutenue d'un point de vue juridique. Il s'agit de la conséquence d'un projet de réforme des STI mené par l'UNESCO (l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), qui a préconisé dʹétablir un système national d'innovation et qui a demandé aux pays de rendre prioritaires les initiatives de développement économique, la recherche et le développement (R&D) dans le domaine de la science et des technologies, ainsi que les mécanismes de financement de ce type dʹactivités.

Mohammed Ka'oje Abubakar, ministre de la Science et des technologies, a indiqué à SciDev.Net : "[Il] ne s'agit pas d'une révision, car la [politique] qui existe déjà est moribonde et obsolète. Nous avons rédigé une nouvelle politique STI pour le Nigeria qui luttera contre les difficultés que connaît actuellement ce pays.

"Ce projet de politique a été réalisé et approuvé par le Conseil national de la Science et des Technologies conformément à l'engagement que le gouvernement fédéral a pris sous la direction de [Jonathan] pour que le Nigeria retrouve sa place parmi les vingt premières économies du monde d'ici 2020.

"Nous sommes optimistes quant au fait que le Conseil exécutif fédéral, qui nous a guidés pour achever ce projet de politique, l'approuvera".

Willie Siyanbola, Directeur-Général du Centre national pour la gestion des technologies, qui a dirigé la révision, a déclaré : "Cette politique associe les sciences et les technologies à la politique économique du Nigeria".

"Pour la première fois au Nigeria, nous amenons l'innovation à la politique [STI]. Le gouvernement veut faire un bond en avant".

Cette politique préconise d'établir un mécanisme de financement impliquant le gouvernement, le secteur privé et les partenaires du développement international. Il recommande également qu'un budget annuel représentant au moins deux pour cent du produit intérieur brut (PIB) soit attribué aux activités scientifiques et technologiques au cours des cinq prochaines années, puis qu'il soit "progressivement élevé à 2,5 pour cent" au cours des dix années suivantes.

Il existe des projets pour encourager et sous-traiter la recherche dans le pays par des entreprises publiques et privées en utilisant les avantages fiscaux et d'autres techniques d'incitation.

Un Fonds national spécial dédié à la science et à la technologie devrait être créé dans le cadre de cette politique afin de soutenir les activités de recherche et de développement dans les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ainsi que dans le secteur privé.

L'un des objectifs de cette politique est d'établir un cadre juridique pour institutionnaliser sa mise en œuvre.

Oluegun Adewoye, membre de l'Académie des sciences du Nigeria, a déclaré : "L'Académie des sciences espère que cette politique sera suivie par une stratégie de mise en œuvre... et que cette politique n'empruntera pas le même chemin que la précédente".

Lien vers le projet de la politique STI (en anglais)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.