Rapprocher la science et le développement

Le coton Bt est génétiquement modifié en vue de produire un insecticide contre une chenille ravageuse.
  • Relation entre utilisation du coton GM et hausse du nombre de pucerons

Le coton Bt est génétiquement modifié en vue de produire un insecticide contre une chenille ravageuse.
Crédit image: Flickr/CIFOR

Lecture rapide

  • Des recherches précédentes ont établi un lien entre la flambée des pucerons sur le coton Bt et une utilisation moins intensive des insecticides

  • La nouvelle étude attribue cette flambée à une production réduite par la plante d’un composé chimique, baisse qui survient quand les chenilles n’attaquent plus

  • L'étude recommande que le coton Bt fasse partie d'un plus vaste système de lutte antiparasitaire

Shares

Une relation inattendue a été établie entre la culture d’un coton génétiquement modifié afin de produire un insecticide qui lui est propre pour réduire les dommages causés par les chenilles, et un nombre plus élevé dans les populations d’un autre insecte nuisible – celle des pucerons.

De précédentes études avaient d’ores et déjà établi un lien entre l'augmentation des pucerons et une utilisation en baisse d'insecticides par les agriculteurs cultivant le coton Bt (Bacillus thuringiensis).

A présent, les chercheurs ont pour la première fois lié la suppression de la production de composés de défense naturelle chez le coton Bt - causée par l’absence d'attaques de chenilles - à une flambée des ravageurs non ciblés comme le puceron du coton.

Les plantes non-transgéniques réagissent à une épidémie de chenilles par la production de composés de défense qui les protègent également contre d'autres ravageurs.

Les chercheurs ont étudié la corrélation qui existe entre les cotonniers Bt et non-Bt, les niveaux des composés de défense et les populations de pucerons à la fois dans des conditions de serre et de terrain.

Dans la serre, ils ont infesté artificiellement les cotonniers Bt et non-Bt de chenilles et ont surveillé les niveaux des différents composés de défense appelés terpénoïdes, libérés en réponse aux dommages causés par les chenilles. Les plantes ont ensuite été artificiellement infestées de pucerons.

Sur le terrain, une gamme de cotonniers Bt et non Bt ont été infestés artificiellement de chenilles et une autre laissée à l'infestation naturelle par les pucerons. Les niveaux de terpénoïdes ont été mesurés et les deux gammes ont ensuite été exposées à des infestations naturelles de pucerons.

Dans la serre, les chenilles présentes sur les cotonniers Bt sont mortes. Moins endommagées, ces plantes comportaient donc moins de composés de défense que les cotonniers non Bt.

Les chercheurs ont donc attribué l'augmentation de la population de pucerons sur ces plantes, en contraste aux plantes non Bt, à la réduction de la production de terpénoïdes.

Bien qu’une augmentation relative du nombre de pucerons ait été observée à quelques occasions sur des cotonniers Bt sur le terrain, les chercheurs n'ont trouvé aucune corrélation entre les populations de pucerons et les niveaux de terpénoïdes dans cette partie de l'expérience.

Jörg Romeis, l'un des auteurs de l'article et chef du groupe de recherche sur la biosécurité à la Station de recherche ART Agroscope Reckenholz-Tänikon, en Suisse, explique comment "l’étude montre qu'une technologie comme le coton Bt ne doit pas être utilisée isolément".

"Pour lutter contre d'autres phytophages, nous devons utiliser cette technologie dans le cadre d’une approche intégrée de lutte antiparasitaire".

Pour TM Manjunath, consultant en agrobiotechnologie et en lutte intégrée antiparasitaire, originaire d’Inde où le coton Bt est cultivé, "ce que cette étude montre avec le coton Bt peut se produire avec n'importe quelle autre mesure de lutte contre les insectes. L’infestation de pucerons et d’autres insectes nuisibles non ciblés a été observée avant l'introduction du coton Bt".

L'étude a été publiée dans le journal Proceedings of the Royal Society B le 13 mars dernier.

Lien vers le résumé de l'étude.

Références

Proceedings of the Royal Society B doi: 10.1098/rspb.2013.0042 (2013)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.