Rapprocher la science et le développement

  • La déforestation facteur de pluviométrie en Afrique de l'Ouest

Shares

Les nombreux effets négatifs de la déforestation sont bien connus, mais les scientifiques ont démontré que les agriculteurs pourraient en tirer avantage en cultivant les terres déboisées qui sont entourées par des parcelles de forêts.

Selon une étude de modélisation réalisée par des scientifiques de l'Université de Leeds, au Royaume-Uni, la conversion des forêts pluviales en terres agricoles permet de multiplier par quatre à six fois les précipitations dans ces nouvelles terres, mais elle réduit de moitié la pluviométrie dans la forêt.

Cet effet découle de la différence de température entre l'air des terres agricoles et des forêts environnantes, a déclaré Luis Garcia-Carreras, premier auteur de l'étude dont la publication a été acceptée par Geophysical Research Letters. "Les terres agricoles sont plus chaudes… ce qui donne naissance à un vent local semblable à la brise marine, qui apporte des pluies allant de la forêt pluviale aux terres agricoles", a-t-il déclaré.

La conversion de forêts en pâturage et en terres agricoles peut créer de forts gradients de température et des changements de la circulation de l'air au niveau local, mais les effets sur la pluviométrie étaient jusque-là inconnus. Les scientifiques ont donc utilisé la modélisation pour examiner l'effet que la déforestation avait sur la pluviométrie locale.

Leurs résultats montrent que, lorsque les parcelles déboisées sʹétendent sur 20 à 30 kilomètres, cela crée une brise qui entraîne une pluviométrie plus élevée dans les terres déboisées mais plus faible dans le reste de la forêt.

Selon L. Garcia-Carreras, le schéma de déforestation pourrait être important pour les agriculteurs.

"Si vous voulez maximiser la pluie sur les récoltes, vous pourriez y parvenir grâce à ces schémas où les terres sont entourées de forêts, comme les schémas de déforestation en arête de poisson en Amazonie", a-t-il déclaré à SciDev.Net. "L'inconvénient est que vous réduisez ainsi la pluviométrie dans la forêt, et l'impact de cela est encore inconnu".

Chris Taylor, du Centre britannique pour l'écologie et l'hydrologie, a indiqué à SciDev.Net que "c'est le premier regard quantitatif significatif sur l'impact que la variabilité spatiale peut avoir sur la pluviométrie dans les terres agricoles et dans les forêts pluviales".

Selon Tim Baker, expert en géographie des forêts pluviales, qui est également rattaché à l'Université de Leeds mais qui n'a pas participé à cette étude, les résultats ont des conséquences sur l'agriculture. "Si vous enregistrez une pluviométrie élevée à proximité des forêts tropicales, il est probable que les récoltes soient meilleures et même qu’elles allongent la période de l'année au cours de laquelle les cultures peuvent pousser", a-t-il déclaré.

Mais il a ajouté qu'il s'agit d'une étude de modélisation et que la pluviométrie est en réalité influencée par d'autres facteurs.

T. Baker a mis en garde contre le fait que les forêts sont plus importantes pour les gens que la création de précipitations, en ajoutant qu'il est difficile dʹexpliquer quelles recommandations politiques découlent, le cas échéant, de ces résultats. "Il y a tellement de déforestation en Afrique de l'Ouest que plusieurs forêts, qui se situent notamment au Ghana, sont déjà très fragmentées", a-t-il déclaré.

Selon L. Garcia-Carreras, des recherches supplémentaires permettraient de se focaliser sur la manière de réunir les processus à petite et à grande échelle, mais aussi de rassembler les observations portant sur les précipitations en Afrique de l'Ouest. Les études qui examinent plus attentivement les effets que les différences de pluviométrie ont à la surface des sols, sont fondamentales pour comprendre les effets à long terme de la déforestation ainsi que son impact sur les agriculteurs et les moyens de subsistance des forêts, a-t-il déclaré.

Lien vers un résumé de l'article publié dans Geophysical Research Letters (en anglais)

Références

Geophysical Research Letters doi:10.1029/2011GL049099 (2011)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.