Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Depuis plus de cent ans, le traitement principal contre les morsures de serpents est fait de sérum antivenimeux par injection de venin de serpent à des chevaux et par la collecte des anticorps ainsi obtenus.

Mais les anticorps dérivés du cheval comportent des risques d'effets secondaires graves. Ainsi, lorsqu'Andreas Hougaard Laustsen et ses collègues ont mis au point un sérum antivenimeux développé en laboratoire, celui-ci portait les promesses d'un traitement plus sûr des piqûres de serpents toxiques, une maladie négligée qui tue quelque 138.000 personnes par an.

Andreas Hougaard Laustsen, conseiller auprès de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur les questions relatives aux morsures de serpent et responsable du laboratoire de pharmacologie tropicale de l'Université technique du Danemark, explique à SciDev.Net comment la biotechnologie moderne pourrait aider à lutter contre un vieil ennemi - le serpent venimeux.
 

En quoi votre antivenin expérimental diffère-t-il des antivenins existants ?

Il est important de souligner que les sérums antivenimeux existants, lorsqu'ils sont produits correctement, sont essentiels à la survie et neutralisent efficacement le venin de serpent. Ils sont basés sur des anticorps - il existe quelques formats spécifiques différents - mais on pourrait dire qu’ils sont essentiellement basés sur des anticorps dérivés du cheval. Le problème est que lorsque vous prélevez une substance chez un cheval et que vous l'injectez à un être humain, le système immunitaire humain l'identifie comme un corps étranger. Cela peut provoquer une maladie sérique […] ou vous pouvez finir par attraper une anaphylaxie, qui est une réaction hyperallergique immédiate, un effet similaire à celui des personnes allergiques aux guêpes et piquées. Nous avons pensé : pourquoi ne pas remplacer les anticorps de cheval par des anticorps humains ? Et pendant que nous y sommes, au lieu d’utiliser des humains pour produire des anticorps - ce qui, bien sûr, serait contraire à l’éthique -, pourquoi ne pas introduire certaines des technologies utilisées pour produire des anticorps monoclonaux ou des anticorps thérapeutiques ? Parmi les dix médicaments les plus vendus, huit sont des anticorps humains. En raison du grand intérêt que ce domaine suscite, de nombreuses technologies de production ont été développées pour utiliser ces molécules à faible coût. Nous voulons essentiellement éliminer le risque de réactions indésirables aux sérums antivenimeux et pouvoir les fabriquer à moindre coût.

Quels sont les autres pièges de l'utilisation d'anticorps extraits d'animaux ?

Lorsque vous prenez des anticorps de cheval, vous ne faites pas de différence entre les anticorps reconnaissant les toxines du venin et ceux développés par le cheval contre toutes sortes d’autres choses, par exemple des bactéries et des virus. Pour 99% des sérums antivenimeux, vous obtenez le lot entier (d'anticorps) et probablement environ 70 à 90% des anticorps ne sont pas dirigés contre les toxines de serpent médicalement pertinentes, ces anticorps ne servent donc à rien. Ce que nous essayons de faire, c’est de limiter le nombre d’anticorps que nous voulons produire à ceux qui ciblent des toxines de serpent médicalement pertinentes. On estime qu'il existe environ 25.000 composants différents dans le venin de serpent, si l'on compte tous les venins de serpent. Nous voulons nous concentrer sur les composants les plus pertinents du venin, ce qui signifie également une réduction des coûts de développement.

Quelles sont les prochaines étapes de votre recherche ?

Nous avons développé des anticorps contre certaines des neurotoxines importantes du mamba noir. Si nous cherchons simplement à cibler le mamba noir, nous avons probablement besoin de deux anticorps supplémentaires sur lesquels nous travaillons, afin de pouvoir disposer de tout le sous-ensemble d’anticorps pouvant être utilisés pour une expérience de sauvetage. Celle-ci consiste à injecter du venin à une souris de manière à simuler une morsure de serpent. Ce serait typiquement une injection intramusculaire. Ensuite, attendez un peu et injectez du sérum antivenimeux directement dans les veines pour voir si cela sauve la vie de la souris.  C’est la prochaine étape qui, sous certaines conditions, pourrait éventuellement être atteinte en un an. Il est important de se demander si un tel produit pourrait faire l’objet d’essais cliniques et de développements ultérieurs. Cependant, je ne pense pas qu’il soit commercialement réalisable ou pertinent de produire simplement un antivenin de mamba noir. Je pense qu’il y a tout simplement trop peu d’espèces couvertes. En Afrique, où vit le mamba noir, il serait peut-être pertinent de choisir un sérum antivenimeux qui agit contre les cinq espèces de mamba, ainsi que contre les piqûres de cobra neurotoxiques. Ceci est pertinent car, lorsque vous réfléchissez au fonctionnement du produit final, le médecin traitant ne devrait pas avoir trop de doute quant à l'efficacité du sérum antivenimeux dans une morsure donnée.

Pourquoi les médecins hésitent-ils parfois à prescrire un sérum antivenimeux ?

Dans de nombreux cas, les victimes de morsures de serpent ne font pas nécessairement l’objet d’une grave envenimation. Il y a beaucoup de serpents qui délivrent des morsures sèches [sans injection de poison]. Vu du point de vue du serpent, son objectif n’est pas de te tuer ni de vous manger, il n’existe pas de serpents venimeux assez gros pour avaler un être humain. Son objectif est essentiellement de nous dissuader. Certains serpents offrent beaucoup de morsures sèches pour nous chasser, d'autres espèces de serpents ont tendance à injecter du venin. Étant donné que le sérum antivenimeux pose des problèmes, à la fois en termes de coûts et d’effets indésirables, les médecins hésitent à l’utiliser jusqu’à indication contraire, ce qui signifie fondamentalement que vous laissez le patient développer ses symptômes, auquel cas vous pourriez estimer que vous avez déjà du retard dans la lutte contre les toxines.

Êtes-vous optimiste quant au développement de nouveaux sérums antivenimeux ?

Toute personne qui comprend les sérums antivenimeux ne se demande pas si les anticorps sont thérapeutiquement corrects. Ce qu’ils se demandent, c’est : est-ce trop cher à développer et à fabriquer ? Les personnes qui comprennent le venin ne disposent généralement pas des installations ni de l'infrastructure pour développer des anticorps. De nombreux laboratoires disposant d’installations permettant de développer des anticorps ne savent pas que les morsures de serpents sont un problème, et n’y ont aucun intérêt, car l'opération n’est pas attrayante sur le plan commercial. Nous en sommes aux tout débuts de ce que vous pourriez appeler le travail anti-génome de nouvelle génération. La plupart des tentatives ont été sporadiques. Les gens trouvent quelque chose qui fonctionne un peu. Il existe peu de laboratoires de recherche sur les sérums antivenimeux disposant d'installations adéquates de découverte des anticorps. J'espère que cela changera radicalement au cours des deux prochaines années.