Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[ACCRA] Une application pour smartphone aide les petits exploitants d'Afrique subsaharienne et d'Amérique latine à collecter des données, à partager des informations sur les nouvelles pratiques agricoles et à lutter contre les effets du changement climatique.
 
L'application, appelée GeoFarmer, offre aux agriculteurs et aux praticiens de l'agriculture la possibilité de gérer correctement les cultures et les exploitations agricoles, de réduire les risques liés à la production, tout en augmentant la productivité et, finalement, d'améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs, selon une étude publiée dans le numéro de mars de la revue Computers and Electronics in Agriculture. 

“Dans la prochaine version de GeoFarmer, les partenaires incluront l'accès aux résultats dès la fin de chaque enquête.”

Osana Bonilla-Findji, programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire

« L'idée est liée à la science citoyenne, où les citoyens, dans notre cas, les agriculteurs, peuvent participer au processus de test de nouvelles pratiques avec des experts ou des scientifiques », a déclaré Anton Eitzinger, co-auteur de l'étude et principal chercheur en changement climatique au Centre international d'agriculture tropicale, qui a aidé à développer l'outil, en collaboration avec des partenaires, notamment le programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire.
 
Anton Eitzinger ajoute que l'objectif était de créer un outil pour stimuler une communication à double sens entre experts en agriculture et agriculteurs, tout en testant de nouvelles pratiques, afin que les agriculteurs puissent partager leurs expériences avec des experts, mais également avec d'autres agriculteurs.
 
L'application propose un outil de sondage personnalisable et gratuit pouvant collecter des informations sur l'analyse de situation et un outil de cartographie pour aider les utilisateurs à télécharger des images, des messages audio ou à émettre des commentaires.
 
Les chercheurs ont testé l'utilisation de l'application pour la collecte de données en Tanzanie, de 2014 à 2015 et ont tiré parti des enseignements pour approfondir la collecte de données en Ouganda, en 2016.
 
D'autres essais pilotes ont été menés en Colombie et au Ghana en 2017.
 
L'étude ajoute que l'outil dispose d'une fonctionnalité hors ligne et de synchronisation facilitant la collecte de données, même en cas de faible accès à Internet.
 
Par exemple, au Ghana, les utilisateurs de l'outil ont collecté plus de 60.000 enregistrements de 356 agriculteurs disposant d'un accès Internet insuffisant en deux semaines. « Nous démontrons que GeoFarmer est un moyen rentable de fournir et de partager des indicateurs opportuns de performance à la ferme », indique l’étude.

"C'est un outil potentiellement utile que les agriculteurs et les praticiens de l'agriculture peuvent utiliser pour mieux gérer leurs cultures et leurs fermes."

Osana Bonilla-Findji, co-auteur de l'étude et responsable scientifique du programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire, a déclaré à SciDev.Net: « Dans la prochaine version de GeoFarmer, les partenaires incluront l'accès aux résultats, tout de suite après avoir terminé chaque enquête dans l'application, afin qu'un agriculteur utilisant l'application soit en mesure d'avoir accès aux résultats globaux de l'enquête.
 
”Selon les chercheurs, cette approche complète les méthodes traditionnelles de suivi de projet, en augmentant la fréquence des consultations avec les acteurs clés, afin de comprendre l’impact des interventions et de fournir des informations opportunes pour les interventions.
 

Prince Maxwell Etwire, chercheur au Conseil ghanéen pour la recherche scientifique et industrielle, explique à SciDev.Net que l’utilisation des technologies de l’information et de la communication peut aider les petits exploitants à améliorer leurs pratiques et leurs rendements agricoles.
 
Prince Maxwell Etwire recommande de renforcer l’utilisation d’applications telles que GeoFarmer par les petits exploitants, grâce à une couverture accrue de la téléphonie mobile et à une utilisation améliorée des technologies de l’information et de la communication, pour fournir des conseils spécifiques aux clients.

Références

Anton Eitzingera et autres - GeoFarmer: un système de suivi et de rétroaction pour les projets de développement agricole (Computers and Electronics in Agriculture, March 2019)