Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[KIGALI] Dans le cadre de la prise en charge de la COVID-19, le Rwanda vient d’adopter un prototype de robot humanoïde qui permet aux médecins d’assurer un traitement à distance des patients sans s’exposer au virus et d’effectuer le dépistage dans les lieux publics.
 
Mobile sur roues, chacun des cinq robots mis en service le 19 mai à Kigali est équipé d’un bras robotisé et son cerveau électronique est programmé pour effectuer des courses dans les salles de l’hôpital où le personnel soignant peut, à distance, lui donner certaines instructions sur les tâches à effectuer.
 
« Ces robots peuvent également assumer d’autres tâches auxiliaires comme servir les repas dans les salles d’hospitalisation ou transporter des échantillons pour analyse au laboratoire », explique Daniel Ngamije, ministre rwandais de la Santé.
 
S’exprimant le 19 mai au centre de traitement des malades de la COVID-19 aménagé à Kanyinya, un quartier de la banlieue de Kigali, ce dernier a déclaré que « cette technologie des robots va assister les médecins non seulement dans des tâches habituelles de contrôle médical de la COVID-19 mais aussi dans la détection des cas suspects dans la communauté ». 

“Cette technologie des robots va assister les médecins non seulement dans des tâches habituelles de contrôle médical de la COVID-19 mais aussi dans la détection des cas suspects dans la communauté”

Daniel Ngamije, ministre de la Santé, Rwanda

Avec son apparence physique semblable à celle d’un être humain, le robot possède une tête surmontée d’une caméra. A la place du visage se trouve un écran qui sert d’interface permettant la communication directe entre le personnel soignant et le malade.
 
Sabin Nsanzimana, directeur général au Rwanda Biomedical Centre (Centre biomédical rwandais), une institution gouvernementale de recherche et d’innovation dans le domaine médical, affirme qu’au-delà des hôpitaux, ces robots seront également utilisés pour effectuer le dépistage dans les lieux publics.
 
« Cette innovation robotique va jouer un rôle important dans d’autres efforts visant la prévention de la transmission de la COVID-19 au pays », a-t-il déclaré à SciDev.Net juste avant le lancement officiel de cette innovation.
 
Parmi ces initiatives, Sabin Nsanzimana cite la détection de températures corporelles anormales dans les foules. Selon Zora Robotics, l’entreprise belge qui construit ces appareils, chaque robot a la capacité de dépister entre 50 et 150 personnes par minute.
 
L’autre avantage qu’offre cette technologie, fait remarquer Tommy Deblieck, co-PDG de cette société, est que ces robots peuvent, en plus de prendre la température, détecter si une personne porte un masque facial ou non.
COVID-19 Robot Rwanda 2
Dialogue avec un des robots
Credit: SDN/A. Twahirwa

Cette technologie arrive au moment où les officiels rwandais estiment que le personnel médical reste particulièrement exposé à la COVID-19 par manque de matériel efficace pour se protéger.
 
Toutefois, Sabin Nsanzimana relève que la robotique ne vient pas remplacer les médecins, mais qu’il s’agit plutôt d’un outil supplémentaire pour améliorer les pratiques dans le contrôle et la prévention de la COVID-19.
 
Les deux seuls centres de traitement de la COVID-19 existant au Rwanda ont été équipés de ces cinq nouveaux robots dont le coût de 3 300 dollars l’unité a été partiellement couvert par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
 
Pour l’instant, le Rwanda a acquis 5 robots conçus par Zora Robotics Africa, une entreprise qui fabrique les robots utilisés dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'industrie, dont la première usine d'assemblage a été établie à Kigali en vue d'assurer la pérennisation de cette initiative.
 
Au moment où le pays s’achemine vers le déconfinement total, le ministère rwandais de la Santé affirme que d’autres robots vont être acquis pour être utilisés dans les gares et d'autres lieux publics afin d'améliorer le contrôle de l'épidémie et l'efficacité de la désinfection tout en réduisant l'exposition de la population aux risques.
 

Pénurie de personnel

Malgré les assurances des officiels sanitaires rwandais avec cette innovation robotique, certains experts dans le domaine de la Santé déplorent toujours la pénurie du personnel médical pour lutter efficacement contre la COVID-19.
 
Jean Damascène Rurangwa, un médecin épidémiologiste basé à Kigali, déclare par exemple à SciDev.Net qu’au regard de la situation actuelle de la COVID-19, aucun robot ne peut faire un meilleur travail que les médecins.
 
« Pour faire réussir cette innovation, on a d’abord besoin de s’assurer que l’expert médical qui prendra les décisions cruciales dans le traitement de la COVID-19 maîtrise cette technologie », analyse le médecin.
 
Mais les officiels rwandais indiquent que l’utilisation de cette technologie nécessitera un mois d’essai pour permettre au personnel médical de s'entraîner à son maniement.

Thèmes apparentés