Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy



[NEW DELHI] Le Polontholissa (nom singhalais d'un serpent de l'espèce des Hypnale) présente de nombreuses bizarreries - à commencer par ses nombreux noms ; mais la plus redoutable est le fait qu’il n’existe pas d’antidote pour son venin mortel.

Cela fait du Polontholissa (Hypnale hypnale), un tueur majeur endémique des Ghats occidentaux, une chaîne de montagnes du sud de l'Inde et du Sri Lanka.

L'antivenin polyvalent standard utilisé pour les quatre serpents les plus venimeux de la région - le cobra indien (Naja naja), le krait indien (Bangarus caeruleus), la vipère de Russell (Daboia russelii) et la vipère des pyramides (Echis carinatus) - ne fonctionne pas sur le Polontholissa.

“Il est bon que les agriculteurs et les randonneurs sans méfiance se souviennent de ces attributs car, pour le moment, le seul moyen de prévenir l’envenimement de la vipère au nez bossu est de rester à l’écart du reptile.”

V.T. Vijayakumar

Pire encore, le sérum antivenimeux polyvalent, fabriqué en Inde et exporté au Sri Lanka et dans plusieurs pays africains, peut provoquer des réactions allergiques massives lorsqu’il est administré à une victime mordue par un Polontholissa ou par une espèce autre que celle des quatre serpents les plus venimeux.

Après des études approfondies dans les années 1990, le Polontholissa a été reconnu comme un serpent important sur le plan médical.

En conséquence, les chercheurs ont commencé à s'interroger sur la prévalence du «Big Four» au cours d'études cliniques, toxicologiques et biologiques, tandis que les autres espèces venimeuses sont restées négligées.

Même maintenant, la majeure partie de la littérature scientifique sur le Polontholissa se limite au sud de l’Inde ou au Sri Lanka.

Comme il n’était pas considéré comme aussi meurtrier que les serpents du Big Four, aucune étude sur son venin et son traitement n’a été réalisée, ce qui a entraîné des taux élevés de mortalité et de morbidité, explique Sajeeth Kumar, chercheur à la Government Medical College à Kozhikode, Kerala et auteur principal d’une étude sur les serpents venimeux, publiée dans le International Journal of General Medicine.

« Là où on pensait que la piqûre de Polontholissa n’avait pour résultat que d’envenimer localement, il s’est avéré qu’il y avait également des effets systémiques graves, avec plus d’un organe affecté », explique Sajeet Kumar à SciDev.Net.  

« Notre étude de 1.500 cas de morsures de serpent toxiques a montré que l'envenimation de Polontholissa entraîne généralement une lésion rénale aiguë conduisant à une nécrose corticoïde et à la mort. »

La plupart des victimes de morsures souffrent de coagulopathie, une affection dans laquelle le sang perd sa capacité de coagulation, ce qui entraîne une hémorragie interne pouvant durer six jours en moyenne, nécessitant un suivi médical étroit. »

Trouver le composant particulier du venin de Polontholissa qui empêche la coagulation du sang pourrait revêtir une importance thérapeutique majeure », poursuit Sajeet Kumar.  

Il mentionne des études visant à mettre au point des médicaments à base de venin de vipère, tels que des anticoagulants, susceptibles d'empêcher la formation de caillots indésirables, responsables des arrêts cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et de l'hypertension.

La principale cause de décès par morsures de Polontholissa est le syndrome de fuite capillaire, une affection dans laquelle des liquides et des protéines s'échappent des petits vaisseaux sanguins vers les tissus environnants.  

Il en résulte une pression artérielle dangereusement basse et une diminution du volume de plasma sanguin.

« Le syndrome de fuite capillaire est réfractaire à toute mesure de traitement standard et ajoute aux complications du traitement d'une morsure de Polontholissa, dit Sajeet Kumar.

« C’est la raison pour laquelle le manque de sensibilisation, les retards d’hospitalisation et les traitements par du personnel non médical augmentent le risque de mortalité chez les Polontholissa. »

En l'absence de sérum antivenimeux, les installations médicales de base nécessaires à la gestion des morsures de Polontholissa comprennent des appareils de dialyse du sang pouvant aider à sauver les reins, des ventilateurs en cas de détresse respiratoire et du plasma frais congelé destiné aux patients présentant des signes de la coagulopathie.

« Il est clair que nous avons un besoin urgent de développer et de fabriquer un antivenin doté d'une activité contre le venin de Polontholissa », déclare Sajeet Kumar.

« Nous espérons que l'antivenin polyvalent, actuellement en cours d'essais cliniques au Sri Lanka, sera utile dans le sud de l'Inde. »

L’antivenin polyvalent mis au point par l’Université de Peradeniya au Sri Lanka, en étroite collaboration avec l’Instituto Clodomiro Picado du Costa Rica, contient un antivenin spécifique aux vipères du Sri Lanka.
 
Le Sri Lanka a lancé le projet après avoir découvert que le sérum antivenimeux polyvalent importé d'Inde était non seulement inutile contre Polontholissa, mais qu'il provoquait également des réactions allergiques graves dans un nombre de cas inacceptable.

Selon Sarath Kotagama, défenseur de l'environnement et professeur émérite de sciences de l'environnement à l'Université de Colombo, les réactions indésirables provoquées par l'antivenin indien en font «une partie du problème» du traitement des morsures de serpent.

« Il existe des différences dans le venin des serpents indien et sri lankais, bien que les deux appartiennent à la même espèce.

Selon des experts indiens, la variabilité de la composition et de la puissance du venin de serpent est commune à toutes les espèces, à tel point que l’Inde met actuellement en place une politique de production de sérum antivenimeux pour des zones spécifiques.

« Les facteurs écologiques et environnementaux, le sexe, l'âge, le régime alimentaire et la saison font partie des facteurs qui influent sur la composition du venin de serpent», explique Kartik Sunager, chercheur sur le venin de serpent à l'Institut indien des sciences de Bangalore.

Le nouvel antivenin polyvalent a démontré, lors d’essais pré-cliniques, sa capacité à neutraliser le venin des trois principales espèces de vipérides du Sri Lanka - la vipère de Russel, la vipère des pyramides et Polontholissa.

L’inclusion d’anticorps de Polontholissa en fait le seul antivenin disponible pour le traitement de cette espèce, mais sa fabrication commerciale n’a pas encore commencé.

« Le danger des morsures de Polontholissa est également lié à sa couleur marron et gris tachetée recouverte d'un motif de taches noires qui camoufle bien l'animal nocturne pendant qu'il se repose dans la journée, au milieu de feuilles mortes, de buissons et de bûches tombées », estime V.T. Vijayakumar, un environnementaliste spécialisé dans les serpents.

« Bien que se déplaçant lentement, il a une disposition irritable lorsqu'il est dérangé et frappe rapidement. »

« Il est bon que les agriculteurs et les randonneurs sans méfiance se souviennent de ces attributs car, pour le moment, le seul moyen de prévenir l’envenimement de la vipère au nez bossu est de rester à l’écart du reptile », déclare V.T. Vijayakumar.

Thèmes apparentés