Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy



[LE CAP] Il n’y a peut-être pas de meilleure illustration de la difficulté d’accéder à un sérum antivenimeux approprié en Afrique que la mort de Ryan Soobrayan, directeur de la ferme africaine de reptiles et de serpents venimeux, en septembre de cette année.

Ironiquement, la ferme sud-africaine de serpents fournit du venin de serpent à des laboratoires pour le développement d'antivenins, ainsi qu'une formation à la manipulation des serpents venimeux.

Soobrayan est décédé le 29 septembre, après avoir été mordu par un mamba noir dont il tentait d'extraire le venin.

Mais ce n’est pas la morsure de serpent en soi qui l’a tué - c’est un choc anaphylactique, une réaction allergique consécutive à un traitement avec un sérum antivenimeux inapproprié.

African Reptiles and Venom, qui s'occupe de 500 serpents dans ses locaux pour l'extraction de venin, est l'une des rares entreprises impliquées dans la production d'antivenin en Afrique subsaharienne, où environ un million de morsures de serpent sont enregistrées chaque année.

Environ la moitié de ces cas entraînent l’envenimation, 25.000 autres entraînent la mort et un nombre équivalent provoque une invalidité permanente.

Un problème de pauvreté

Les zones rurales de la savane ouest-africaine et orientale sont à risque élevé de morsure de serpent, car elles abritent de nombreuses espèces de serpents dangereux, telles que l'échide ocellée, déclare Julien Potet, conseiller politique de la campagne Access de Médecins Sans Frontières, sur les maladies tropicales négligées et les vaccins, qui soutient le déploiement de médicaments bon marché dans les pays en développement.

“Les gouvernements africains devraient reconnaître le traitement des morsures de serpents en tant que partie essentielle de la couverture maladie universelle.”

Julien Potet, Médecins Sans Frontières

En Afrique, de nombreuses victimes de morsures de serpent s'adressent aux guérisseurs traditionnels plutôt qu'aux centres de santé, car le coût des soins médicaux formels dépasse le revenu moyen d'une famille d'agriculteurs.

Le sérum antivenimeux est particulièrement coûteux et peu de gens peuvent se le permettre, ce qui signifie que la fourniture d'un traitement pour ces zones n'est pas rentable pour les entreprises.

C'est la principale raison de la pénurie actuelle de sérum antivenimeux, explique Jean-Philippe Chippaux, médecin à l'Institut français de recherche pour le développement.

« L'accessibilité aux antivenins pourrait réduire considérablement la mortalité et l'invalidité, probablement de plus de 75% », a-t-il déclaré.
Mais le tableau de la production de sérum antivenimeux en Afrique est sombre.

Il y a des fabricants en Algérie, en Égypte, en Afrique du Sud et en Tunisie, mais ils ne cherchent pas à vendre en dehors de leurs propres pays.

Le Maroc a complètement arrêté sa production. L'Allemagne, qui fabriquait un sérum antivenimeux pour l'Afrique, a arrêté sa production dans les années 90 et la France, en 2010.

La Grande-Bretagne produit encore un peu de sérum antivenimeux.

L'Inde compte trois fabricants actifs. Le Brésil a l'intention de produire un antivenin unique pour l'Afrique. Jean-Philippe Chippaux note que les pays africains importent des sérums antivenimeux asiatiques et américains, à un coût énorme.

Selon lui, fabriquer des sérums antivenimeux est complexe, car les anticorps qui le composent sont produits par un animal après l’injection du venin approprié.

Jean-Philippe Chippaux a établi une ferme de serpents à l'Institut Pasteur de Côte d'Ivoire, afin d'étudier le venin de serpent, ainsi que la biologie et la taxonomie des serpents.

Un autre défi consiste à former des médecins, des infirmières et des professionnels de la santé publique à l'envenimation et aux traitements possibles, dit-il.

Interventions extérieures

Sur un continent où les budgets de la santé sont insuffisants, MSF propose depuis plusieurs décennies un traitement antivenimeux dans certains de ses hôpitaux, grâce à un budget dédié.

« Nous avons assisté à un afflux de patients dans plusieurs hôpitaux MSF après l’introduction d’antivenins gratuits », déclare Julien Potet.
« Cela signifie simplement que beaucoup de victimes, auparavant, ne pouvaient pas avoir accès à une thérapie antivenimeuse, car elle leur coûtait trop cher. »

« La thérapie antivenin est très efficace pour traiter les morsures de serpent, si elle est administrée tôt et si le produit respecte certaines normes de qualité », a-t-il déclaré à SciDev.Net, ajoutant que de nombreux sérums antivenimeux de mauvaise qualité étaient entrés sur les marchés au cours des deux dernières décennies.

MSF examine tous les produits antivenin disponibles et sélectionne ceux qui conviennent à une utilisation dans ses propres hôpitaux. "La mortalité due aux morsures de serpents est très faible dans nos hôpitaux, soit moins de 1%, et le traitement à l'antivenin est fourni gratuitement", a déclaré Julien Potet.

Le manque d'agents de santé qualifiés et expérimentés dans de nombreuses zones rurales, ainsi que le manque de chaînes d'approvisionnement fonctionnelles, constituent d'autres préoccupations majeures.

« Les écoles de médecine, de pharmacie et les infirmières ne dispensent pas de cours sur l’envenimation et les sérums antivenimeux », a déclaré Jean-Philippe Chippaux.

Le manque d'intérêt des autorités pour le traitement des morsures de serpent, ajoute-t-il, est dû à un manque de compréhension de la maladie ou des moyens de contrôle. Il espère toutefois que « cela changera maintenant que l'OMS a placé les morsures de serpents dans la liste des maladies tropicales négligées ».

L’accessibilité financière est un autre défi de taille, explique Julien Potet, car les sérums antivenimeux coûtent plusieurs dizaines de dollars par traitement et que, dans la plupart des hôpitaux publics ou privés, les patients doivent payer de leur poche.

"Il est vraiment important que les prix de l'antivenin soient couverts par une assurance nationale ou une aide internationale", a-t-il déclaré.

Intervention gouvernementale

Mais quelques gouvernements s’attaquent au problème en Afrique. Au Burkina Faso, un fonds national est disponible pour couvrir en grande partie le coût des sérums antivenimeux.

Au nord du Nigéria, un soutien similaire a été fourni pendant un certain temps. « Mais il reste encore beaucoup à faire. Les gouvernements africains devraient reconnaître que le traitement des morsures de serpents est un élément essentiel de la couverture maladie universelle », a déclaré Julien Potet.

De manière générale, Jean-Philippe Chippaux est d'avis que rien n'est fait pour lutter contre les morsures de serpents en Afrique. « Dans tous les cas, toutes les actions sont paralysées jusqu'à ce que les moyens de les mettre en œuvre soient disponibles, mais je pense que les initiatives devraient venir de l'Afrique même », a-t-il déclaré.

Cependant, il existe quelques exemples de partenariats réussis qui pourraient apporter des secours à l’Afrique. Snapp est le premier outil d'aide à la décision médicale pour l'identification des serpents, basée sur l'intelligence artificielle et le savoir-faire collaboratif à distance.

Développé à l’Institute of Global Health de l’Université de Genève, il revêt une valeur particulière pour l’Afrique avec sa grande variété de serpents.

Snapp a pour objectif de créer un référentiel mondial de photos de serpents venimeux et non venimeux. Mais des milliers de photos de serpents seraient nécessaires pour développer et former l'algorithme d'apprentissage automatique, afin de le rendre capable d'identifier les serpents d'un point de vue taxinomique, selon ses développeurs.

Un partenariat entre le ministère nigérian de la Santé, la Liverpool School of Tropical Medicine, l’Université d’Oxford, l’Instituto Clodomiro Picado (Costa Rica) et Micropharm, un fabricant britannique de sérums antivenimeux, a permis de créer un sérum antivenimeux en cours d'utilisation clinique.

De tels partenariats internationaux permettent de nourrir l'espoir, dans un contexte général plutôt sombre.

Thèmes apparentés