Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[ABUJA, NIGERIA] L'avenir de la recherche en Afrique est menacé, à moins qu'une gestion adéquate des systèmes nationaux de recherche scientifique ne soit effectuée, a-t-on appris au cours d’une réunion.
 
Les experts présents à la réunion ont déclaré qu'une gestion inadéquate des systèmes nationaux de recherche scientifique frustre les chercheurs en Afrique et dans d'autres pays en développement.
 
Lors d'une conférence organisée au Nigeria par l’International Council for Science (Conseil international pour la science) le mois dernier (7-8 mars), les principaux chercheurs de pays développés et ceux de pays en développement ont noté que la disponibilité limitée des postes de recherche, le manque de laboratoires de recherche adéquats et de plateformes techniques performantes sont d'autres facteurs qui étouffent l'avenir des chercheurs.
 

Il y a aussi une absence totale de stimulus - pas de prix académiques, de reconnaissances ou d'appréciation [pour les universitaires]

Nazar Hassan, Bureau de l'UNESCO au Caire

 
La réunion qui a attiré environ 30 scientifiques de pays comme le Burkina Faso, le Mozambique, l'Afrique du Sud et la Norvège a appelé à une refonte générale du système éducatif des pays en développement pour se concentrer davantage sur la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques et la création d’organisation spécifiques pour la gestion de la recherche afin de s'assurer que les recherches sont adaptées aux aspirations et aux objectifs nationaux.
 
Nazar Hassan, spécialiste régional des sciences, de la technologie et de l'innovation au Bureau de l'Unesco au Caire, a déclaré que façonner l'avenir des chercheurs obligerait les pays en développement à élaborer et mettre en œuvre les recommandations de la première conférence des ministres chargés de l'application de la science et de la technologie au développement en Afrique ; réunion qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal, en 1974.
 
Nazar Hassan a ajouté que les recommandations incluaient la nécessité pour les Nations africaines de consacrer un pour cent de leur produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement (R&D) dès 1980.
 
Selon l’intéressé, cette cible s'est révélée difficile à atteindre ; et en 1980, la plupart des pays n'allouaient que 0,36% de leur PIB à la R&D.
 
Nazar Hassan a ajouté que le manque de financement est un problème mais il y en a d'autres, comme la faible valeur accordée aux chercheurs ; les priorités des hommes politiques dans de nombreux pays africains étant plus importantes que celles des universitaires.
 
"La plupart des pays en développement manquent de plans stratégiques", a-t-il déclaré. "Il y a aussi une absence totale de stimulus - pas de prix académiques, de reconnaissances ou d'appréciation [pour les universitaires]."
 
Pour Ibidapo Obe, ancien vice-chancelier de l'Université de Lagos au Nigeria, le changement de discours signifie que la recherche dans les pays en développement doit fournir un mieux-être, y compris la sécurité humaine et la participation aux nouvelles frontières de la recherche telles que la technologie des drones et la nanotechnologie.
 
"Les chercheurs des pays en développement doivent se concentrer principalement sur les aspects de l'expansion des connaissances qui ont trait au bien-être humain, car le développement est une valeur globale de confort pour la vie", a-t-il déclaré.
  
Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net.