Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Selon une étude, les utilisateurs de voitures dans certaines des villes les plus pauvres du monde subissent les niveaux les plus élevés de pollution de l'air à bord des voitures avec de graves conséquences sur la santé, en raison de leur tendance à ouvrir les fenêtres des voitures pour la ventilation.
 
Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l'air extérieur a causé 4,2 millions de décès prématurés en 2016 ; des décès résultant de l'inhalation de particules - particules solides et liquides en suspension dans l'air, dont beaucoup sont dangereuses et provoquent des maladies telles que le cancer et les maladies cardiaques.
 
D’après une autre étude, le secteur des transports est une source majeure de pollution de l'air dans les pays d'Afrique subsaharienne et il est en augmentation en raison, entre autres, de la croissance du parc automobile vieillissant, des proportions élevées de véhicules à moteur deux temps polluants, de l'absence de contrôle des émissions sur les véhicules, et d’un système médiocre de surveillance et d'application de la règlementation.
 
Les chercheurs affirment que la plupart des études sur la pollution de l'air extérieur ne portent pas spécifiquement sur les villes de pays à revenus faibles ou intermédiaires, d'où leur motivation à mener l'étude dans dix de ces villes : Addis-Abeba en Éthiopie ; Blantyre au Malawi ; Le Caire en Egypte ; Chennai en Inde ; Dar-es-Salaam en Tanzanie ; Dhaka au Bangladesh ; Guangzhou en Chine ; Medellín en Colombie ; São Paulo au Brésil et Sulaymaniyah en Iraq. 

“Le niveau de particules [pollution] dans les pays africains à faibles revenus est bien au-dessus de la limite fixée par l'Organisation mondiale de la santé”

Araya Asfaw, université d'Addis-Abeba, Éthiopie

L'étude a révélé que dans les villes à faibles revenus, les utilisateurs de voitures qui ouvrent leurs vitres pour la ventilation sont exposés à 80% plus de pollution atmosphérique que leurs homologues qui laissent les vitres de leurs voitures fermées.
 
« Plus de 90% des décès liés à la pollution surviennent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires tels que l'Éthiopie, avec des enfants à haut risque de décès prématurés et de décès liés à la pollution », déclare Araya Asfaw, co-auteur de l'étude et professeur associé au département de physique de l'université d'Addis-Abeba en Éthiopie.
 
Ce dernier ajoute que les concentrations de particules étaient variables dans les dix villes, mais que les villes africaines et asiatiques étaient relativement plus exposées que les villes d'Amérique latine et du Moyen-Orient.
 
« Le niveau de particules [pollution] dans les pays africains à faibles revenus est bien au-dessus de la limite fixée par l'Organisation mondiale de la santé », déclare Araya Asfaw, ajoutant que la limite est une exposition quotidienne de 25 microgrammes par mètre cube.
 
« Par conséquent, les utilisateurs de voitures dans ces pays sont exposés à un niveau élevé de pollution… avec l’augmentation [des] maladies et des décès prématurés qui y est associée. »
 
Les chercheurs ont collecté des données entre février et décembre 2019, selon l'étude publiée dans Science of the Total Environment le 1er août.
 
Les chercheurs ont effectué un total de 540 courses, qui ont couvert 507 heures sur une distance de 573 km dans toutes les villes, avec des itinéraires de voiture sélectionnés pour inclure des scénarios d'exposition urbaine similaires, y compris des zones commerciales et des routes à fort trafic.
 

Faire pression sur les décideurs

Dans chaque ville, la même voiture particulière a été utilisée pour tous les parcours d'au moins dix kilomètres. Ils ont également mesuré le niveau de pollution de chaque ville et évalué l'exposition dans différents scénarios, y compris les fenêtres ouvertes à la pollution.
 
L’étude révèle que quels que soient le modèle de voiture utilisé et la ville, les vitres baissées ont entraîné l'exposition la plus élevée, Addis-Abeba enregistrant la plus forte exposition à la pollution de toutes les villes aux heures de pointe du matin, suivie de Blantyre (la capitale du Malawi) et de Dar-es-Salaam en Tanzanie.
 
Araya Asfaw ajoute que les utilisateurs de voitures en Afrique subsaharienne devraient se soucier des résultats de l’étude en raison de leur santé et de leur bien-être, tandis que le grand public peut utiliser les résultats de l’étude pour faire pression sur les décideurs afin qu’ils appliquent les réglementations, en particulier dans le secteur des transports publics.
 
Andriannah Mbandi, chercheure au Stockholm Environment Institute Africa, qui n'a pas participé à l'étude, dit qu’avec la demande dans le transport urbain qui augmente en Afrique, et avec la classe moyenne qui achète de plus en plus et principalement des voitures d'occasion, l'exposition à la pollution de l’air dans les voitures augmentera.
 
« La pollution affecte également ceux qui dépendent des transports publics en Afrique. Les bus et les minibus qui transportent des millions de personnes sur le continent n’ont souvent pas de climatiseur et [sont] souvent obligés d’ouvrir les fenêtres pour circuler », dit-elle.
 
« La pollution de l'air intérieur telle que celle à laquelle nous sommes exposés dans nos foyers, nos voitures et nos lieux de travail est un défi majeur en Afrique », conclut-elle.
 
Cet article a été produit par le desk anglophone de SciDev.Net pour l’Afrique subsaharienne.

Références

[1] Prashant Kumar and others In-car particulate matter exposure across ten global cities (Science of the Total Environment, 1 August 2020)
[2] Ambient (outdoor) air pollution (WHO, May 2018)

Thèmes apparentés