Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Un voilier traditionnel de type dhow, fabriqué à partir de déchets plastiques, a achevé son premier voyage de sensibilisation du public aux dangers de la pollution marine.

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'Environnement, plus de huit millions de tonnes de plastiques échouent dans les océans chaque année, entraînant des effets négatifs sur la faune marine, la pêche et le tourisme.

Le dhow, d'une longueur de neuf mètres, construit à partir de plus de 30 tonnes de déchets plastiques récupérés sur les plages et dans les villes du Kenya, est arrivé ce jeudi à Zanzibar - une région semi-autonome de Tanzanie -, après avoir débuté son voyage, le 24 janvier, à Lamu, sur la côte nord du Kenya, à une centaine de kilomètres de la frontière somalienne.

“Le boutre symbolise notre patrimoine. La pollution par les plastiques est l’un des problèmes les plus pressants de notre époque.”

Dipesh Pabari, projet FlipFlopi

« Le boutre symbolise notre patrimoine. La pollution par les plastiques est l’un des problèmes les plus pressants de notre époque », déclare Dipesh Pabari, responsable du projet FlipFlopi, qui a permis la construction du bateau.

« Ce projet est une réponse à la pollution et montre qu'il est possible de donner une seconde vie au plastique », a-t-il poursuivi.

Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim d’ONU Environnement, a pour sa part ajouté : « Les pays africains ont prouvé qu’ils pouvaient prendre l’initiative en matière de protection de l’environnement, en montrant que les déchets plastiques pouvaient être transformés en une richesse plastique ».

Le projet est le fruit d'un partenariat avec la campagne CleanSeas d'ONU Environnement, visant à lutter contre la pollution par les plastiques.

L'expédition comprenait plusieurs arrêts sur les sites des communautés côtières du Kenya et de la Tanzanie, afin de sensibiliser le public aux dangers que le plastique pose aux économies tributaires de la pêche.

Joyce Msuya a déclaré à SciDev.Net que les animaux marins ingéraient des déchets plastiques sur la plage ou dans l'océan.

« Si l'animal survit, les produits chimiques plastiques sont transmis à l'homme par le biais de la chaîne alimentaire. Les scientifiques avertissent que puisque les humains sont au sommet de la chaîne alimentaire, nous sommes les plus gros perdants. Cela peut entraîner des problèmes de santé dangereux tels que des problèmes de reproduction », explique-t-elle.

Selon Leonard Schurg, ingénieur à FlipFlopi, l'équipe a dû relever de nombreux défis, lors de la construction du dhow, de 2016 à 2019.

« Séparer les déchets en différentes fractions utilisables s'est avéré être une tâche ardue, car tout cela a été fait manuellement et il faut beaucoup de connaissances pour identifier rapidement les types de plastique », explique-t-il.

L'ingénieur ajoute que l’insuffisance des fonds et la gestion des différents paramètres qui influent sur la formation de bulles ont constitué un défi majeur.

« Nous avons délibérément choisi de travailler avec des machines très simples et peu coûteuses, afin de faciliter la copie de notre modèle et de démontrer que la construction du boutre n'exige pas des moyens exceptionnels. »

Pendant son séjour à Zanzibar, l'équipe prévoit de sensibiliser davantage de personnes aux dangers de la pollution des océans par les déchets plastiques.

Koleka Mqulwana, haut-commissaire d'Afrique du Sud au Kenya, reconnaît pour sa part, la nécessité d'une éducation accrue sur les déchets plastiques.

« Nous devons nous assurer que l'éducation est cruciale dans nos communautés, qui constituent la source de la pollution », a déclaré Koleka Mqulwana.

Thèmes apparentés