Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Selon la revue Nature News, un vaccin contre le paludisme est devenu le premier à assurer une protection à 100% contre la maladie, surpassant tout autre vaccin antipaludique expérimental testé à ce jour et suscitant surprise et optimisme mesuré au sein de la communauté scientifique.

Le vaccin, développé et testé aux Etats-Unis, va maintenant faire l’objet de nouveaux  essais cliniques en Afrique, avec comme point de départ l'Ifakara Health Institute, en Tanzanie. Si ces essais sont concluants, le vaccin pourrait obtenir une autorisation de mise sur le marché d’ici à quatre ans.
 
Les résultats, publiés dans la revue Science, démontrent pour la première fois le concept qu'un vaccin contre le paludisme peut fournir un niveau élevé de protection, ce qui soulève un optimisme prudent parmi les chercheurs.
 
Jusqu'à présent, le nouveau vaccin n'a été testé que dans le cadre de la phase I d’essais, qui concerne la sécurité, et sur la base d’une étude portant sur un échantillon de quarante personnes.
 
En outre, le vaccin a été administré par voie intraveineuse, ce qui rend difficile son utilisation dans le cadre de campagnes de vaccination de masse ou son administration à des enfants.
 
Il n'existe actuellement aucun vaccin efficace contre le paludisme, une maladie qui tue environ 660.000 personnes par an, principalement des enfants.
 
Lien vers l'article intégral dans la revue Nature News
 
Lien vers l’intégralité de l’étude, dans la revue Science 

Références

Science doi: 10.1126/science.1241800

Thèmes apparentés