Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[LUSAKA, ZAMBIE] Selon les conclusions d’une série d’études de cas publiées fin octobre, des innovations technologiques telles que les appareils mobiles et la biométrie, permettant d’établir les statistiques vitales d’une population entière, de la naissance à la mort, accélèrent la réalisation des objectifs de développement durable.
 
Les études de cas menées en Arménie, en Équateur, au Kirghizistan, en Namibie, aux Pays-Bas et au Pérou montrent que les systèmes numériques d’enregistrement des faits d'état civil et d'identité contribuent à accélérer les progrès en matière de développement, notamment la lutte contre la pauvreté, l'égalité des sexes, les migrations et la couverture sanitaire universelle.
 
En Afrique, près de la moitié de la population n’est pas enregistrée, ce qui fait perdre au continent des avantages universels tels que l’amélioration des soins de santé, a déclaré Oliver Chinganya, directeur des statistiques à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique.

“Les autorités ne doivent pas seulement penser aux systèmes d'identité, mais aussi à leur principale source de données.”

Zoran Djokovic, Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Oliver Chinganya a déclaré que les systèmes d'identification des personnes dans de nombreux pays africains sont fragmentés, ce qui rend difficile l'accès rapide aux données nécessaires à la prise de décision.
 
Un recueil d'études de cas a été officiellement lancé lors de la cinquième Conférence des ministres africains chargés de l'enregistrement des faits d'état civil, qui s'est tenue en Zambie, du 14 au 18 octobre.
 
« Nous souhaitons créer un pôle de connaissances et partager les meilleures pratiques en matière d’innovations susceptibles d’améliorer l’enregistrement des faits d’état civil et la base de données sur les systèmes d’identité », a déclaré à SciDev.Net Kristin Farr, co-auteur des études de cas et responsable des programmes d’application des connaissances au Centre de recherches pour le développement international, au Canada.
 
Le Centre d’excellence en matière d’état civil et de statistiques sur l’état civil du Centre de recherches pour le développement international a dirigé l’élaboration du compendium, en collaboration avec le Partenariat mondial pour la recherche sur le développement durable.
 
Karen Bett, associée politique du Partenariat mondial pour le développement durable, explique que l'objectif du compendium est de garantir que l'enregistrement civil soit atteint au maximum, car sinon « les femmes et les enfants qui sont les plus vulnérables aux problèmes de santé tels que les décès maternels, seront les plus touchés ».

Les chercheurs ont félicité la Namibie d'avoir adopté « un processus très détaillé pour numériser la plupart de ses fonctions d'enregistrement des actes d'état civil et pour les intégrer au système de production d'identité ».

Zoran Djokovic, l'auteur principal des études de cas, a déclaré que des registres d'état civil et des statistiques de l'état civil précis constituent les sources d'informations les plus fiables et les plus précieuses, en particulier pour le secteur de la santé, et devraient donc être pleinement développés.

« Les autorités ne doivent pas seulement penser aux systèmes d’identité, mais aussi à leur principale source de données, si elles veulent être sûres des données figurant sur ces cartes d’identité », a ajouté Zoran Djokovic, expert en matière d’état civil à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.
 
Stephen Kampyongo, ministre zambien des Affaires intérieures, a pour sa part déclaré que le pays s'était engagé dans la numérisation de ses systèmes d'identité après de longues années de paperasserie. Il a ajouté que le pays travaillait également sur une identité unique, afin d'éviter le double enregistrement des personnes et d'aider à relier l’enregistrement d'état civil et les systèmes de statistiques vitales aux systèmes d'identité.

D'autres pays africains tels que le Kenya et l'Afrique du Sud ont été félicités pour avoir intensifié leurs efforts pour porter l'enregistrement des naissances à plus de 75%, le Kenya introduisant l'enregistrement lors de la vaccination pour tenir compte des enfants qui ne sont pas nés dans des centres de santé.

Les experts ont également reconnu que les efforts de la Sierra Leone et du Zimbabwe visaient à mettre en place un système intégré d’enregistrement de l’état civil et des systèmes de statistiques de l’état civil et d’identité sous une seule autorité.



Références

Zoran Đoković et autres - Compendium de bonnes pratiques pour lier l'enregistrement de l'état civil et les statistiques de l'état civil et les systèmes de gestion de l'identité (Centre de recherches pour le développement international, octobre 2019)

Thèmes apparentés