05/11/20

Une maladie du blé commune en Amérique du Sud se propage en Afrique

Selecting healthy wheat spikes

Lecture rapide

  • Un champignon mortel du blé a été identifié pour la première fois en Afrique
  • Ce champignon peut entraîner des pertes de rendement allant jusqu'à 100%
  • Selon les scientifiques, une action rapide est nécessaire pour enrayer sa propagation

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez sur cette page ne seront pas utilisées pour vous envoyer des emails non- sollicités et ne seront pas vendues à un tiers. Voir politique de confidentialité.

[NAIROBI] Une maladie mortelle du blé commune à l'Asie et à l'Amérique du Sud a été identifiée pour la première fois en Afrique, faisant craindre une propagation potentielle aux cultures de blé à travers le continent.
 
Pawan Kumar Singh, spécialiste de la maladie du blé au Centre international d'amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) affirme que cette maladie fongique à action rapide et dévastatrice connue sous le nom de « wheat blast »[1] a été repérée pour la première fois en Afrique dans le système de production de blé pluvial zambien au cours du cycle de récolte 2017-2018.
 
Mais les scientifiques, explique-t-il, ont maintenant isolé et identifié les agents pathogènes responsables de la maladie du blé pluvial zambien et déterminé leur capacité à provoquer la maladie.
 
Selon une étude datant de 2019, le blé devient une culture vivrière importante en Afrique en raison de la croissance démographique rapide liée à une urbanisation accrue et au changement de préférence alimentaire pour la restauration facile et rapide comme le pain, les biscuits, les pâtes et les nouilles. 

“Étant donné que la maladie peut se propager par la nature des graines et de l'air, la propagation peut être importante en Afrique”

Pawan Kumar Singh, CIMMYT

Dans une interview accordée à SciDev.Net, Pawan Kumar Singh a déclaré que la maladie du « wheat blast », causée par Magnaporthe oryzae pathotype Triticum, est une menace sérieuse pour la production de blé et peut entraîner des pertes de rendements allant jusqu'à 100%.
 
Les principaux pays producteurs de blé d'Afrique subsaharienne sont l'Éthiopie, le Kenya, le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Soudan, la Tanzanie, le Zimbabwe et la Zambie.
 
Le pathogène responsable de la maladie, confie Pawan Kumar Singh à SciDev.Net, a la capacité de vaincre les organismes biologiques utilisés pour tuer les champignons parasites ou leurs spores et « des stratégies de gestion holistique et durable sont nécessaires pour atténuer la menace de la maladie du "wheat blast" ».
 
Elle menace la production de blé, en particulier dans les environnements plus chauds et humides. Les pays africains avec de telles conditions environnementales sont menacés. « Étant donné que la maladie peut se propager par la nature des graines et de l'air, la propagation peut être importante en Afrique », déclare Pawan Kumar Singh.
 
A en croire ce dernier, on ne sait pas encore comment la maladie s’est retrouvée dans les champs de blé zambiens, mais les chercheurs s'efforcent de déterminer son origine.
 
« La chose la plus importante maintenant [est] de réfléchir sur les stratégies pour atténuer les effets de cette maladie. Les parties prenantes locales, régionales et internationales qui peuvent aider à sa gestion devraient y participer », indique le chercheur.
 
Godwin Macharia, un sélectionneur de plantes à l'Organisation kényane de recherche sur l'agriculture et l'élevage, affirme qu'il est nécessaire de disposer d'instruments politiques et de réglementations, ainsi que de développer des outils et des solutions pour éviter la propagation et la dévastation potentielle inhérente à la maladie du « wheat blast ».
 
« Les acteurs de la chaîne de valeur du blé, y compris les agriculteurs, ont la responsabilité individuelle et collective de contribuer aux efforts visant à prévenir la propagation de cette maladie », explique-t-il à SciDev.Net.
 
« La surveillance et le dépistage de la maladie du « wheat blast » ou des situations qui pourraient favoriser sa propagation même dans des fermes spécifiques et au niveau communautaire pourraient être utiles pour étouffer la menace », conclut Godwin Macharia.
 
Cet article a été produit par le desk anglophone de SciDev.Net pour l’Afrique subsaharienne.

Références

[1] Explosion du blé

Trust-Logo-Stacked