01/12/20

Le Royaume-Uni renonce à ses promesses d’aide, compromettant la recherche

African researchers
Avec la décision du Royaume-Uni, les chercheurs africains ont du souci à se faire. Crédit image: DFAT photo library (CC BY 2.0)

Lecture rapide

  • Des bailleurs comme le UK Research and Innovation et le Newton Fund sont probablement concernés
  • Le Royaume-Uni revient sur des engagements juridiquement contraignants
  • Ces coupes sont susceptibles d'affecter à long terme la recherche et les sciences sociales

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez sur cette page ne seront pas utilisées pour vous envoyer des emails non- sollicités et ne seront pas vendues à un tiers. Voir politique de confidentialité.

[LONDRES] Selon des universitaires, les projets de recherche dans les pays du Sud devraient se préparer à des restrictions de financement du moment que le gouvernement britannique a annoncé qu’il réduirait l’aide étrangère à 10 milliards de livres l’année prochaine. 

Le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, a annoncé le mercredi 25 novembre que les dépenses pour l‘aide étrangère du Royaume-Uni passeraient de 0,7 % de son PIB à 0,5 %. 

Cela signifie que le Royaume-Uni revient sur des engagements juridiquement contraignants en matière de dépenses d’aide étrangère à un moment où cela est le plus nécessaire, selon des organisations caritatives, citant une loi de 2015. 

Le Royaume-Uni a été à la pointe des connaissances sur le développement et la recherche collaborative, ce qui est essentiel au moment où nous cherchons à mieux reconstruire, mais aussi à avancer différemment après la COVID-19

Melissa Leach, Institut des études sur le développement

Le Royaume-Uni est l’un des plus grands bailleurs de fonds au monde et finance la recherche au plan mondial via une série d’organismes, notamment le UK Research and Innovation et le Newton Fund. 

Des instituts de développement ont déclaré à SciDev.Net que si ce changement de politique aura probablement des implications pour la recherche et l’innovationon n’a pas encore une idée claire de là où les coupes seront les plus sévères. 

Cependant, Subir Sinha, spécialiste des institutions et du développement dans le monde et professeur à la School of Oriental and African Studies (SOAS) à Londres, affirme que la recherche scientifique à long terme est confrontée à des perturbations, tandis que les études en sciences sociales sur la corruption, la violence et les conflits qui reposaient sur des financements du Département britannique pour le développement international (DFID), aujourd’hui disparu, sont également dans une situation précaire. 

Il soutient que ce serait «assez désastreux» si des projets essentiels axés sur le renforcement des capacités des chercheurs du Sud devaient voir leurs financements supprimés. 

Alors que les économies mondiales luttent sous la pression de la COVID-19, les défenseurs du développement craignent que de nouvelles coupes ne se profilent à l’horizon. Au cours de la dernière décennie, des bureaux d’aide ont été fermés et peu de pays développés ont atteint l’objectif de 0,7 de leur PIB dédié à l’ide internationale, convenu aux Nations Unies en 1970. L’année dernière, treize gouvernements ont réduit leur aide humanitaire. 

Rishi Sunak fait remarquer que l’engagement d’aide du Royaume-Uni restait « nettement supérieure à la moyenne des 29 pays membres du comité d’aide au développement de l’OCDE », qui représentait 0,3du revenu national brut combiné en 2019. 

Collaboration mondiale 

Mais, alors que le Royaume-Uni menace de redéfinir son niveau de financement de base – le gouvernement dit qu’il « a l’intention de revenir à l’objectif de 0,7% lorsque la situation budgétaire le permettra » –, une lueur d’espoir sur l’aide étrangère peut venir des États-Unis et Chine. 

George Ingram, chercheur principal en économie et en développement au Brookings Institute, une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis, a déclaré dans une note d’information en ligne publiée le 9 novembre que le monde peut «être assez certain» que le président élu Joe Biden s’engagera à travailler en tant que partenaire collaboratif et soutien aux organisations internationales. 

Cela inclurait la réintégration à l’Organisation mondiale de la santé, dont le président sortant Donald Trump a retiré les États-Unis en juillet, et l’accord de Paris sur le changement climatique. 

Subir Sinha reconnaît qu’il existe un engagement politique en faveur du multilatéralisme aux États-Unis et affirme que l’économie du pays revient à ses niveaux d’avant la pandémie. 

« Un autre grand acteur est désormais également la Chine », déclare Subir Sinha. Les étudiants du Sud se tournent maintenant vers la Chine et le Japon pour se former, car les destinations traditionnelles comme l’Australie, ont récemment resserré leurs règles en matière de visas, dit-il. 

Environ 200 organisations humanitaires et de développement basées au Royaume-Uni ont déclaré dans une lettre ouverte que les coupes interviennent à un moment d’urgence mondiale, la pandémie montrant que « personne n’est à l’abri de ce virus tant que nous ne sommes pas tous en sécurité ». 

Les chefs de file de la recherche et du développement ont souligné comment les connaissances créées dans le Sud grâce à la science financée par le Royaume-Uni, en particulier en ce qui concerne les principaux problèmes de santé, renforcent en fin de compte leur compréhension. 

« Le Royaume-Uni a été à la pointe des connaissances sur le développement et la recherche collaborative, ce qui est essentiel au moment où nous cherchons à mieux reconstruire, mais aussi à avancer différemment après la COVID-19 », déclare Melissa Leach, directrice de l’Institut des études sur le développement. 

« Nous avons besoin du FCDO [Foreign, Commonwealth & Development Office] pour soutenir les investissements à la fois dans les secours d’urgence et dans la recherche pour le développement de pointe qui produira des preuves pour une prise de décision plus efficace, éclairée par les expériences, les contextes et les complexités du monde réel », conclut-elle.

La version originale de cet article a été publiée par l’édition mondiale de SciDev.Net.

Trust-Logo-Stacked