Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Selon une étude, le virus respiratoire syncytial (VRS) est devenu la cause la plus fréquente de pneumonie et doit constituer une cible prioritaire pour les efforts de prévention et de traitement, en particulier chez les enfants de moins de six mois.
 
L’étude indique que plus de 60% des cas de pneumonie sévère chez l’enfant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire sont maintenant liés à des virus, tandis que les bactéries représentent environ 27% des cas.
 
D’après les chercheurs, l'émergence de virus, en particulier du VRS, en tant que principale cause de la pneumonie, implique un besoin croissant de nouveaux vaccins.
 
Le virus respiratoire syncytial est un virus courant qui provoque des symptômes bénins de rhume chez les adultes et les enfants ; il est hautement contagieux et infecte les poumons et les voies respiratoires par la toux, les éternuements ou les surfaces contaminées.
 
Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, la pneumonie tue un demi-million d'enfants de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne, soit la moitié des décès par pneumonie chez les enfants de moins de cinq ans dans le monde, mais les fonds alloués à la prévention, à la gestion et au traitement de la maladie restent insuffisants.

“Le virus respiratoire syncytial et d'autres virus semblent maintenant être les principales causes de pneumonie sévère chez l'enfant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.”

Maria Deloria Knoll, École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg

L'étude visait à identifier les causes de pneumonie sévère chez l'enfant dans sept pays d'Afrique et d'Asie : Bangladesh, Gambie, Kenya, Mali, Afrique du Sud, Thaïlande et Zambie.
 
« Le virus respiratoire syncytial et d'autres virus semblent maintenant être les principales causes de pneumonie sévère chez les enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire, représentant 61% des cas », déclare Maria Deloria Knoll, l'un des deux chercheurs principaux du projet de recherche et chercheur principal à l’école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg, aux États-Unis.
 
L'étude, publiée par la revue Lancet, le mois dernier (27 juin) a évalué 1.769 enfants de moins de cinq ans atteints de pneumonie sévère chez l'enfant et 5.119 enfants sains, du 15 août 2011 au 30 janvier 2014, dans les sept pays, à la recherche de preuves des causes de la maladie, à partir d'échantillons d’expectorations et de sang.
 
Selon l'étude, le virus respiratoire syncytial à lui seul représentait 31% de tous les cas liés à un virus, à une bactérie ou à d'autres causes, ce qui représente la proportion la plus élevée identifiée.
 
Maria Knoll affirme que les principales causes de pneumonie ne sont plus les mêmes qu'au cours des dernières décennies, en partie à cause des succès enregistrés avec les vaccins.
 
Par exemple, les bactéries Haemophilus influenzae de type b et Streptococcus pneumoniae – faisaient partie des principales causes de pneumonie, mais l'utilisation généralisée de vaccins efficaces contre elles est maintenant courante.
 
Connaître les causes actuelles de pneumonie sévère chez l'enfant est essentiel pour cibler des stratégies efficaces de prévention et de traitement, explique encore Maria Knoll, ajoutant que les chercheurs s'emploient à développer des vaccins contre le virus respiratoire syncytial.
 
« Nous devons veiller à ce que les enfants atteints de pneumonie soient suffisamment alimentés en oxygène, en particulier parce que les maladies causées par des virus ne répondent pas aux traitements antibiotiques », poursuit Maria Knoll.
 
Oliver Malande, spécialiste des maladies infectieuses chez les enfants et directeur du Centre pour les vaccins et la vaccination en Afrique de l’Est, déclare à SciDev.Net que les résultats de l’étude reflètent véritablement la menace émergente des causes virales de la pneumonie chez les enfants.
 
« La pneumonie tue plus d'enfants que le VIH, le paludisme et la tuberculose réunis », a-t-il déclaré.
 
« La pneumonie est responsable du plus grand nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans dans le monde et plus encore en Afrique subsaharienne. C'est une urgence. »
 
Olivier Malande ajoute que les problèmes liés au contrôle de la pneumonie sévère chez les enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire comprennent une disponibilité insuffisante de vaccins et des hôpitaux mal équipés.
 
Les stratégies de prévention de la pneumonie causée par le virus respiratoire syncytial comprennent le lavage des mains et la réduction des contacts avec les personnes malades, explique encore Olivier Malande.
 
Pour sa part, Maria Knoll appelle à la promotion de l'allaitement maternel afin que les mères puissent transmettre des anticorps protecteurs aux bébés et à une nutrition améliorée afin de favoriser l’émergence de systèmes immunitaires forts pour lutter contre la maladie.
 
 
 
 

Références

Groupe de recherche sur l'étiologie de la pneumonie pour la santé infantile (PERCH) - Causes de pneumonie sévère nécessitant une hospitalisation chez des enfants non infectés par le VIH en Afrique et en Asie : étude de contrôle PERCH de plusieurs pays (Lancet, 27 juin 2019)

Thèmes apparentés