Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy



A Madagascar, 95% des lémuriens sont menacés d'extinction, ainsi que 20 espèces animales indigènes, dont six types de lémuriens et 150 espèces d’arbres.

En cause, les activités des braconniers dans la forêt, la pauvreté et une corruption endémique.

Dans un documentaire datant de 2014, "Island of Lemurs" (L'île des lémuriens), qui a tant fait pour attirer l'attention sur le sort de ces animaux, les auteurs ont involontairement encouragé l’essor d’un marché pour le commerce des lémuriens.

Certains tuent ces créatures inoffensives pour se nourrir, d'autres les vendent comme animaux de compagnie - et pour se nourrir, ils abattent de précieux arbres tropicaux.

Résultat des courses : la forêt humide de Vohibola, un sanctuaire de faune et de flore endémiques, est menacée de disparition.

Thèmes apparentés