Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Zubaida Shroff a consacré des années de sa vie à la protection de l'arganier, arbre populaire dans certaines régions du Maroc, et à l'amélioration des techniques désuètes d'extraction de son huile, désormais très prisée.

Chimiste à l'Université Mohammed V de Rabat, au Maroc, Zubaida Shroff a étudié comment rendre l'extraction plus efficace, tout en préservant les qualités de l'huile. Reconnue pour son léger goût de noisette, l'huile d'argan est utilisée en cuisine ainsi que pour ses propriétés médicinales, en particulier pour le soin de la peau et des cheveux.

Zubaida Shroff, qui est également à la tête de l'association Ibn al-Bitar pour les herbes médicinales, créée en 1999 pour développer la production d'huile d'argan dans le pays, s'est entretenue avec SciDev.Net de ses efforts pour renforcer les femmes du groupe ethnique amazigh d'Afrique du Nord, y compris la zone marocaine où Zubaida Shroff a réalisé son projet, tout en protégeant l'arbre du désert.
 

Pourquoi l'arganier a-t-il besoin d'être protégé ?

Au 20e siècle, le Maroc a perdu environ la moitié de ses arganiers, à cause de la déforestation et du surpâturage. La production d'huile d'argan, le produit le plus précieux de l'arbre, n'incitait pas suffisamment les gens à protéger les arbres. Le processus d'extraction était difficile, long et laborieux. Il y avait également un manque de preuves scientifiques de la valeur nutritionnelle et médicale de l'huile.

Laila Amzir, considérée au Maroc comme la "Reine de l'arcanier", lors de l'interview avec SciDev.Net - Crédit Photo : SDN/Laila Amzir.

Comment avez-vous entamé le périple pour la sauvegarde de l'arcanier ?

Grâce à la recherche. J'ai étudié comment accélérer le processus de production, en utilisant des recherches similaires sur le jojoba au Panama. J'ai choisi l'arganier sur 600 plantes locales au Maroc parce qu'une étude oubliée de 1888 réalisée par un chercheur français indiquait qu'une partie des produits de l'arbre pouvait être utilisée dans le domaine de la pharmacie.
 
L'année où je voulais commencer ce travail, une étude a été publiée montrant que le Maroc perdait 600 hectares de forêts d'arganiers par an. J'ai choisi ce défi et l'ai mis au centre de ma thèse de doctorat que j'ai menée en Europe.

Quels défis avez-vous rencontrés ?

J’ai rencontré de nombreuses difficultés, en particulier lorsque les autorités des services des eaux et forêts se sont opposés à l’implication des tiers dans la gestion de l’arbre. Un [fonctionnaire du gouvernement] m'a même demandé d'abandonner le projet en me conseillant d'aller enseigner la couture à d'autres femmes, ce qui m'a beaucoup frustrée. Personne ne m'a aidé au début - à l'exception du Bureau de la coopération pour le développement, dont les responsables avaient confiance en mon projet.

Quel soutien avez-vous obtenu ?

Ma famille m'a offert un soutien énorme. Mon mari m'a facilité la reprise de mes recherches scientifiques et mon voyage pour terminer ma thèse, entre 1985 et 1990. Il m'a également aidé à prélever des échantillons d'huile d'argan pour analyse dans des laboratoires privés en Allemagne. Ma mère s'est également occupée de mes enfants en mon absence. Même mes filles m'ont aidée, quand elles ont grandi, à rechercher des livres et des références scientifiques ; maintenant, elles travaillent dans le même domaine que moi.

D'autres femmes ont-elles bien accueilli votre initiative ?

Le fait que le projet s'adresse aux femmes était en soi un obstacle majeur. Dans la culture amazighe, les femmes ne quittent pas leur foyer pour aller travailler. Pourtant, j'ai commencé à communiquer avec des femmes de la campagne, familiarisées avec les usages traditionnels de l'arganier. Je les ai convaincues que le projet Arganera était leur projet, en soulignant la nécessité de travailler ensemble pour obtenir de meilleurs résultats et en offrant mon aide pour développer le processus de production et de commercialisation du produit. 
À cette époque, les femmes travaillaient pendant 20 heures pour extraire un litre d'huile de 35 kg d'arganier, qu'elles donnaient à leurs maris pour une commercialisation sur le marché. Les méthodes de conservation et de mise en conserve n'étaient pas bonnes et les boîtes de conserve n'étaient pas stérilisées. J'ai essayé de trouver une alternative à la méthode traditionnelle de conservation et de torréfaction, qui diminuait la qualité de l'huile et la rendait impropre à la vente en Europe. Nous avons également travaillé pour améliorer le processus d'extraction de l'huile. J'ai créé la première coopérative pour ces femmes à Tamanar, dans le sud-ouest du Maroc. En 2002, quatre autres coopératives, chacune comptant de 45 à 60 femmes dans différentes régions du pays, ont suivi.

Comment avez-vous surmonté la résistance des hommes ?

Au début, j’ai rencontré une forte opposition de la part de certains hommes, qui ont complètement rejeté l’idée que leurs femmes et leurs filles partent travailler dans les coopératives. Seules les femmes divorcées et les veuves ont participé aux activités des coopératives et la plupart des gens ne comprenaient, ni ne faisaient confiance au projet.
 
Lorsque nous avons commencé à vendre le produit avec succès, les hommes étaient convaincus que le projet valait son pesant d'or. Ils ont remarqué comment d’autres femmes gagnaient de l’argent qu’elles pouvaient dépenser pour leurs enfants et ont commencé à s’adresser à la coopérative pour y inscrire leurs épouses et leurs filles. 

Comment le projet a-t-il contribué à la promotion de la femme ?

Lorsque nous avons créé notre première coopérative d’huile d’argan, environ 95% des femmes impliquées étaient analphabètes ; nous leur avons donc appris quelques notions. Notre travail a abouti à la publication d'un manuel et d'un CD reconnus par l'UNESCO pour lutter contre l'analphabétisme chez les femmes. Les matériaux ont été produits en langue amazighe, après que nous avons remarqué la faible réponse aux programmes menés en arabe pour les sensibiliser aux problèmes environnementaux. Après avoir souffert de la marginalisation sociale et économique, ces femmes ont pu s'épanouir et en faire profiter d'autres femmes. Certaines sont devenues membres du parlement marocain.

Quelle est votre plus grande réussite ? Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

Nous avons pu sensibiliser les gens à l'huile d'argan et à ses bienfaits, aux niveaux local et mondial. Cela a demandé beaucoup de travail en matière de marketing. Nous avons créé une coopérative dans un site fréquenté par de nombreux touristes étrangers. Nous avons aidé à améliorer la vie des femmes rurales à tous les niveaux. Je suis maintenant intéressée par le Protocole de Nagoya sur le partage des bénéfices. Par exemple, une personne qui a utilisé une usine de son pays pour travailler à l’étranger et qui y a investi doit en partager les bénéfices avec son pays d’origine. L'huile d'argan a pris de la valeur en dehors du Maroc ; J'espère que les entreprises qui investissent dans les produits à base d'argan, ou dans n'importe quelle usine nationale, partageront leurs bénéfices avec les femmes qui travaillent de longues heures avec un salaire peu élevé. La plupart des femmes ne gagnent pas plus de 50 dirhams marocains.

Thèmes apparentés