Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Selon des experts, l'Afrique a besoin de systèmes de transport à faible émission de carbone tels que les voitures électriques, pour réduire la pollution de l'air.
 
Ces experts en environnement estiment que les véhicules électriques réduisent la consommation de combustibles fossiles, principale source de pollution atmosphérique induite par les transports.
 
Un grand nombre de voitures d'occasion circulent sur les routes africaines avec peu ou pas de mécanismes de contrôle des émissions et fonctionnent avec du carburant de mauvaise qualité.

Nous avons besoin d'innovations rentables pour garantir une faible pollution

Coletha Ruhamya, Autorité de gestion de l'environnement du Rwanda

"L’effet combiné de cette situation est que, dans la plupart des villes africaines, la pollution de l’air est fortement nourrie par les émissions des véhicules à moteur", déclare David Rubia, chargé de programme à ONU Environnement.
 
Coletha Ruhamya, directrice générale de l'Autorité de gestion de l'environnement du Rwanda, ajoute : "Nous avons besoin d'innovations rentables pour garantir une faible pollution ", citant le besoin d'utiliser des voitures électriques.
 
Les experts ajoutent que les gouvernements africains doivent élaborer et mettre en œuvre des politiques relatives aux véhicules électriques afin de relever les défis environnementaux tels que le changement climatique et la pollution.
 
Ils s'exprimaient en marge d'une réunion de la Plateforme de partenariat pour l'environnement en Afrique, qui s'est tenue au Kenya le mois dernier (17-21 septembre), parallèlement à la septième session extraordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement.
 
Rob de Jong, responsable de l'unité Qualité de l'air et mobilité à l'ONU Environnement, a déclaré que des mesures s'imposaient, car des solutions locales peuvent aider à relever les défis environnementaux auxquels le continent est confronté.
 
L’Afrique devrait investir dans les infrastructures et la planification des espaces urbains nécessaires pour encourager l'utilisation de modes de transport non motorisés tels que le vélo et, de ce fait, réduire les émissions liées aux transports, ajoute Rob de Jong.
 
Pour David Rubia, la plupart des voitures nouvellement immatriculées en Afrique sont des véhicules d'occasion importés d'Europe, des États-Unis et du Japon, qui utilisent du diesel à haute teneur en soufre ; le responsable onusien ajoute que 25 pays africains n'imposent aucune restriction d'âge sur les véhicules d'occasion, tandis que certains disposent de législations autorisant l'importation de véhicules vieux de 15 ans.
 
Au début de ce mois (1er octobre), la loi ougandaise sur l’interdiction des véhicules de plus de 15 ans est entrée en vigueur.
 
"La plupart des pays africains n'ont pas de normes d'émissions pour les véhicules automobiles telles que celles en vigueur en Chine, en Europe, aux États-Unis et au Japon", ajoute David Rubia, dans une interview avec SciDev.Net.
 
Et d'expliquer que le secteur des transports en Afrique représente 70% de la consommation de produits pétroliers.
Selon David Rubia, le Kenya et Maurice ont commencé à utiliser des véhicules électriques et ONU Environnement collabore avec des pays africains tels que l'Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Maroc, le Nigéria et le Rwanda pour élaborer des politiques visant à promouvoir l'utilisation des voitures électriques.