Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Les années passent, et la crise énergétique s’enlise en Afrique. Et un peu partout sur le continent, l’heure est à la recherche de solutions efficaces à cette situation.
 
Ici, c’est l’interconnexion entre les réseaux électriques de plusieurs pays qui est privilégiée. C’est le cas entre l’Ethiopie et Djibouti.
 
Là, c’est le ravitaillement auprès d’un pays voisin en combustible qui est présenté comme l’option salutaire. C’est le cas du Bénin par rapport au Nigéria.
 
Plus loin, c’est la promotion des énergies renouvelables qui est vantée, parce que garantissant aussi une certaine protection de l’environnement.
 
Toutefois, aucun de ces choix ne fait l’unanimité ; certains spécialistes reprochant par exemple aux énergies renouvelables tant vantées de ne pas être adaptées aux ambitions industrielles de l’Afrique, du fait de leur caractère aléatoire.
 
Quelle serait, à votre avis, la solution la plus efficace au déficit énergétique que connaît le continent africain ?
 
Participez à la discussion en laissant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook.