Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy


La peste des petits ruminants – moutons, chèvres, etc. - affecte le cheptel de plusieurs pays dans le monde.
 
80% des quelque 2.1 milliards de petits ruminants recensés dans le monde se trouvent dans les pays affectés par cette maladie, découverte en 1942 en Côte d'Ivoire.
 
Limitée dans un premier temps à l'Afrique de l'Ouest, elle a maintenant gagné l'Afrique centrale et l'Afrique orientale, notamment le Congo et la Tanzanie.
 
Si la maladie ne présente aucun danger pour l'homme, en revanche elle a de nombreuses conséquences sur l'activité économique de plusieurs petits exploitants, notamment en Afrique.

En marge de la conférence d'Abidjan sur l'éradication de la peste des petits ruminants, Mohammed Fofana Dara a rencontré Bernard Vallat, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), qui évoque les enjeux de la campagne d'éradication lancée en partenariat avec la FAO.