Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[BLANTYRE, MALAWI] La Zambie a commencé à former des agents de santé dans les provinces frontalières de la République démocratique du Congo (RDC), dans la perspective d'une possible épidémie d'Ébola.
 
Cet effort fait suite à une flambée épidémique persistante en République démocratique du Congo et à la menace qu’elle fait peser sur la Zambie voisine.
 
Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'épidémie en RDC a provoqué 122 décès sur 159 cas confirmés au 9 octobre. 

“Nous ne voulons pas que la tragédie qui a frappé l'Ouest de notre continent en 2014 se répète.”

Viktor Mukanka, Institut National de santé publique de Zambie

"Il est essentiel de renforcer les capacités de préparation et d’intervention en cas d’urgence sanitaire", déclare Victor Mukonka, expert en santé publique et directeur de l’Institut national zambien de la santé publique [Zambia National Public Health Institute (ZNPHI)].
 
"Nous ne voulons pas que la tragédie qui a frappé l’Ouest de notre continent en 2014 se répète. Les équipes d’intervention rapide formées à tous les niveaux assurent une bonne capacité de réaction à toute communauté et nous encourageons tous les États membres à adopter cette stratégie."
 
Le ministère de la santé, par l’intermédiaire de la ZNPHI, a formé 216 agents de santé dans les provinces du Nord-Ouest et de la Copperbelt, le mois dernier (du 1er au 8 septembre), tandis que 86 autres ont été formés dans les provinces du Nord et de Luapula, du 13 au 18 août.
 
Les personnes formées comprennent des responsables de la santé environnementale, des médecins, des infirmières, des responsables de la santé publique, des pharmaciens et du personnel de laboratoire.
 
 
Nathan Bakyaita, représentant de l’OMS pour la Zambie, a déclaré dans un communiqué de la région Afrique de l'OMS que la surveillance et la collaboration entre les deux pays devaient être renforcées.
 
Mazyanga Lucy Mazaba Liwewe, responsable du système d’information sur la santé de la ZNPHI, a pour sa part, déclaré à SciDev.Net : "La formation vise principalement à… avoir les informations de santé nécessaires sur Ébola pour la communication des risques, la prévention des infections, la collecte et la référence des échantillons, la surveillance, ainsi que la gestion des cas cliniques."
 
Selon Ante Mutati, un agent de surveillance de la province de Luapula, qui participait à la formation, en tant qu’agents de santé de première ligne, ils doivent informer les autres membres de l’équipe sur la façon de lutter contre les épidémies d’Ébola.
 
Victor Mukonka appelle, de son côté, à collaborer pour lutter contre ce fléau évitable qui affecte le continent, en exploitant les plateformes existantes et de manière multisectorielle, en tenant compte de l'avantage comparatif de chaque secteur et de chaque pays.
 
"Il est important que l'Afrique prenne en main et contrôle les problèmes de santé et les autres facteurs qui déterminent le bien-être du continent", déclare-t-il à SciDev.Net.