Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Un financement insuffisant pour la préparation à Ébola met les pays limitrophes de la République démocratique du Congo en danger et compromet les efforts déployés pour gérer la propagation de l'épidémie dans la région, a déclaré l'OMS.
 
Au Kenya, des experts de l’OMS travaillant dans la région ont lancé le mois dernier une alerte de préparation au virus Ébola en direction des médias kenyans, soulignant que, même si l’épidémie d’Ébola en République démocratique du Congo ne constitue pas une urgence sanitaire mondiale, elle n'en est pas moins un grave sujet de portée mondiale. 

“Malgré la nature cruciale du financement de la préparation à Ébola, nous regrettons que le financement de cet aspect du travail ait ralenti.”

Matshidiso Moeti, Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique

« Malgré le caractère crucial du financement de la préparation à Ébola, nous regrettons que le financement de cet aspect du travail ait ralenti », a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.
 
Matshidiso Moeti a déclaré à SciDev.Net que le financement inadéquat avait « atteint un tournant crucial ».
 
L'épidémie actuelle d'Ébola en République démocratique du Congo est la 10ème dans le pays et a été signalée début août l'année dernière.
 
Selon l'OMS, jusqu'à vendredi dernier, 2.204 cas avaient été confirmés, ainsi que 1.479 décès.
 
Les experts affirment que les pays prioritaires en matière de préparation comprennent l’Angola, le Burundi, la République centrafricaine, le Soudan du Sud, le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie.
 
Mais Matshidiso Moeti explique que l'OMS et ses partenaires ont un déficit de financement de 40% sur la préparation au virus Ébola dans les pays voisins.
 
Matshidiso Moeti souligne que le comité d'urgence sur l'épidémie d'Ébola en République démocratique du Congo est déçu par le fait que l'OMS et les pays touchés manquent de fonds et de ressources nécessaires pour lutter contre l'épidémie.
 
Selon les experts, l'objectif du travail de préparation est « de s'assurer que les pays ont mis en place des systèmes leur permettant de détecter, d'enquêter et de signaler des cas potentiels d'Ébola, ainsi que de traiter les cas confirmés ».
 
Cela implique également le contrôle des voyageurs aux frontières nationales et internationales, ce qui facilite la détection des cas et la mise en place d'un système d'alerte opérationnel.
 
Zabulon Yoti, directeur régional des urgences de l'OMS pour l'Afrique, a déclaré que le traitement des cas signalés en Ouganda avait démontré que la préparation était essentielle pour contenir la propagation du virus Ébola.
 
En Ouganda, trois cas d'Ébola signalés dans le pays au début du mois ont été confirmés morts, selon l'OMS.
 
Zabulon Yoti a déclaré que le système de surveillance basé sur la communauté sera essentiel dans les efforts de réponse.
 
« Nous suivons maintenant les contacts en Ouganda et les vaccinons », a déclaré Zabulon Yoti. « Nous voulons nous assurer que nous n'avons pas de nouveaux cas.  »
 
Selon lui, l’OMS et le ministère ougandais de la santé ont répertorié plus de 100 contacts parmi les trois cas et vacciné plus de 400 personnes en contact avec les 100.
 
« L'investissement dans la préparation rapporte », a déclaré Zabulon Yoti, ajoutant qu'il était nécessaire de mettre en place une coordination dirigée par le gouvernement pour contrôler l'épidémie. Mais Omu Anzala, directeur de l’Institut de recherche clinique KAVI de l’Université de Nairobi, affirme que le principal défi de la gestion de l’épidémie d’Ébola en République démocratique du Congo reste l’insécurité.
 
« Nous devons contenir le virus en République démocratique du Congo et nous le préviendrons avec le temps », a déclaré Omu Anzala, demandant aux pays de la région d'être vigilants. Omu Anzala, qui est également professeur de virologie et d'immunologie, demande aux pays d'assurer leurs propres financements sans « attendre les fonds de l'OMS. »

Thèmes apparentés