Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[MUTARE-ZIMBABWE] L'utilisation de podcasts et du système de messagerie SMS (Short Message System) transforme la production agricole en milieu rural au Zimbabwe.
 
Lors d'une visite de terrain, le mois dernier (2 février) effectuée dans des districts impliqués dans le projet, les responsables ont expliqué que l'utilisation de ces technologies réduit les distances parcourues et contribue à augmenter les rendements agricoles et à réduire la pauvreté.
 
Le projet Amélioration de la nutrition et de la production durable pour une résilience accrue et la croissance économique (Improved Nutrition and Sustainable Production for Increased Resilience and Economic Growth - INSPIRE), mis en œuvre par l'ONG Practical Actions, a été lancé en décembre 2014 et a pris fin en janvier de cette année, a fait savoir Martha Munyoro, responsable de la gestion de l'information et de la connaissance.

“Nous permettons aux agriculteurs d'accéder à des informations actualisées et pertinentes sur les cultures et la production animale.”

Martha Munyoro, Practical Actions, Zimbabwe 

Le projet contribue à la diffusion de l'information agricole en utilisant des technologies simples - des SMS et des podcasts - pour améliorer la production agricole et ainsi renforcer la sécurité alimentaire dans les districts.
 
Le ministère du Développement international du Royaume-Uni l'a financé à hauteur de 1,6 million de dollars américains.
 
Martha Munyoro estime que l'objectif principal du projet INSPIRE est d'améliorer l'accès des petits agriculteurs aux connaissances agricoles en matière d'agriculture.
 
"Nous croyons que l'information est un pouvoir et que l'utilisation des nouvelles technologies pour communiquer des messages agricoles à l'ère du numérique est pertinente", explique-t-elle encore.
 
"Nous collaborons avec des professionnels du savoir, formés au niveau local, ainsi que des spécialistes du ministère de l'Agriculture, des Terres et des collectivités rurales, pour utiliser ces technologies afin d'autonomiser les agriculteurs en milieu rural."
 
Martha Munyoro ajoute que le projet INSPIRE a formé et renforcé les capacités de plus de 100 professionnels du savoir, sont chargés de diffuser des connaissances en agriculture au profit des agriculteurs.
 
"Dans les districts de Mutasa, Mutare et Makoni, plus de 74.000 agriculteurs ont énormément bénéficié d'INSPIRE depuis sa création, en 2014", explique Martha Munyoro. "Nous permettons aux agriculteurs d'accéder à des informations actualisées et pertinentes sur les cultures et la production animale. En plus de faciliter le suivi de leurs pratiques agricoles, les podcasts permettent de lutter contre la pauvreté, en augmentant la productivité et la sécurité alimentaire dans les districts. "
 
Amos Mufanochiya, agriculteur, témoigne : "Les podcasts nous permettent d'obtenir des informations nous renseignant sur la protection de notre bétail contre les maladies, sur la manière dont nous devrions conserver et moderniser nos hameaux et sur l'application de produits chimiques dans nos fermes."
 
Nobbert Ngongoni, chercheur agronome à l'Université ouverte du Zimbabwe, affirme que si la technologie aide beaucoup les agriculteurs du pays et de l'Afrique, elle est généralement peu répandue parmi les populations et, de plus, très limitée dans les communautés rurales.
 
"L'adoption des TIC est lente au Zimbabwe et au sein de la plupart des populations africaines, ainsi que dans les activités qu'elles pratiquent, en particulier dans l'agriculture", dit-il.
 
Les gouvernements africains, note Nobbert Ngongoni, doivent donner la priorité au développement technologique et aider les agriculteurs à le relier aux entreprises, aux clients et aux marchés à travers l'Afrique.
 
Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net.