Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[NAIROBI] Selon un scientifique, la surcharge dans les systèmes de transport en commun en Afrique pourraient compromettre les efforts visant à freiner la transmission locale de la COVID-19 qui se poursuit.
 
La COVID-19, qui est causée par une nouvelle souche de coronavirus appelée SRAS-CoV-2[1], ravage le monde, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) confirmant 7 967 cas et 348 décès en Afrique au 10 avril 2020.
 
Ifeanyi Nsofor, épidémiologiste et directeur des politiques et du plaidoyer au Nigeria Health Watch[2], a déclaré à SciDev.Net dans une interview le mois dernier que les systèmes de transport public en Afrique sont toujours bondés. Par exemple, dit-il, un véhicule conçu pour 18 passagers comptera près de 30 personnes, et il y a toujours de la place pour plus de gens. La conception des systèmes de transports publics en Afrique présente une « catastrophe qui venir ». 

“Les systèmes de transport public en Afrique sont toujours bondés. Par exemple, dit-il, un véhicule conçu pour 18 passagers comptera près de 30 personnes”

Ifeanyi Nsofor, Nigeria Health Watch

Il ajoute que l'accès limité aux services d'assainissement de base, y compris l'eau pour se laver les mains, et le surpeuplement dans les stations de transport public des villes africaines animées telles que Johannesburg en Afrique du Sud, Lagos au Nigéria, Nairobi au Kenya et Yaoundé au Cameroun pourraient favoriser la transmission du coronavirus si des mesures appropriées ne sont pas prises.
 
L'OMS dit que si l’on se trouve à une distance de moins de 1,80 mètre, l’on peut respirer les gouttelettes libérées par la toux ou les éternuements d’une personne qui a le SRAS-CoV-2.
 
Au Kenya, le ministère de la Santé a demandé à tous les véhicules de service public de respecter l'espacement entre les passagers en ne transportant les voyageurs qu’à hauteur de 60% de leur capacité. Cela implique que les véhicules de 14 places communément appelés matatu transporteront huit passagers par voyage.
 
Charles Hinga, secrétaire principal au Département d'État au logement et au développement urbain du Kenya, a ordonné aux conducteurs de matatu et aux passagers d'éviter les contacts personnels et de se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon ou avec des désinfectants.
 
Il a également demandé que les véhicules à moteur et les équipements des stations de transport en commun soient nettoyés et désinfectés après chaque voyage. En outre, tous les opérateurs de services publics doivent fournir des désinfectants aux passagers avant qu’ils ne montent à bord des véhicules.
 

Mesures

D'autres pays comme le Rwanda et l'Ouganda ont mis en place des mesures qui peuvent limiter la transmission par les systèmes de transport public. Par exemple, les passagers se lavent les mains avec du savon et de l'eau avant de monter à bord des véhicules de service public.
 
Mais malgré de telles mesures, dit Ifeanyi Nsofor, dans des pays comme le Rwanda, la surcharge reste un problème majeur dans les véhicules de service public.
 
Pour lui, les autorités locales de santé publique doivent former les chauffeurs de bus et de taxi sur les nécessités telles que le fait de ne pas avoir de véhicules de transport public bondés de passagers et le fait de s'assurer que leurs passagers toussent ou éternuent dans des papiers de soie et les éliminent de manière appropriée. Il exhorte les gouvernements africains à encourager les gens à travailler à distance.
 
« Moins il y aura de personnes qui travaillent loin de chez elles, moins il y aura de personnes qui utilisent les transports en commun », explique Ifeanyi Nsofor.
 
Simon Kimutai, président de la Matatu Owners Association[3] au Kenya, dit que la COVID-19 a mis l'industrie des transports publics à genoux à cause du faible encadrement.
 
« C'est une période difficile car nous avons perdu des revenus, mais les vies comptent pour l'industrie. Nous soutenons les efforts du gouvernement pour contenir le virus et, espérons-le, nous réussirons et nous nous relancerons », affirme-t-il.
 
Cet article a été produit par le desk anglophone de SciDev.Net pour l'Afrique subsaharienne.

Références

[1] Syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2
[2] Observatoire nigérian de la santé
[3] Association des propriétaires de matatu

Thèmes apparentés